Effondrement sur l'autoroute Ville-Marie - Hamad minimise la responsabilité de son ministère

Le ministre des Transports du Québec, Sam Hamad, a tenu hier une conférence de presse au cours de laquelle il a minimisé la responsabilité du MTQ à la suite de l'effondrement survenu dimanche dans un tunnel de l'autoroute Ville-Marie.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le ministre des Transports du Québec, Sam Hamad, a tenu hier une conférence de presse au cours de laquelle il a minimisé la responsabilité du MTQ à la suite de l'effondrement survenu dimanche dans un tunnel de l'autoroute Ville-Marie.

Minimisant la responsabilité du ministère des Transports du Québec (MTQ) dans l'accident du tunnel Ville-Marie de dimanche dernier, le ministre Sam Hamad a plutôt laissé entendre, lors d'un point de presse tenu hier sur les lieux de l'effondrement, que les travaux de réfection des parois du tunnel, effectués par l'entreprise Laco Construction inc., seraient à l'origine de la chute de la poutre de béton.

«Il faut séparer l'inspection qui a été faite et les travaux réalisés pour la sécurité du tunnel [de] l'accident qui est arrivé à un endroit où des travailleurs, un entrepreneur et des ingénieurs étaient en train de réaliser des travaux», a-t-il déclaré, en ajoutant que l'effondrement n'est pas lié à un problème de structure, puisque la poutre qui est tombée est «une poutre architecturale, qui n'est pas reliée à l'état de l'infrastructure».

Ces travaux de réfection des murs du tunnel, délaminés par les intempéries et par le temps, étaient justement réalisés à la suite des recommandations du rapport d'inspection de 2008, rédigé par SNC-Lavalin et rendu public lundi, qui indiquait que l'état «critique» du tunnel exigeait des travaux. Selon les hypothèses soulevées, ces travaux auraient pu amincir les murs de soutien et par conséquent la poutre de 25 tonnes, qui s'est effondrée en entraînant avec elle la série de paralumes.

Un peu plus tôt hier matin, lors d'un autre point de presse, la sous-ministre adjointe à la direction générale des infrastructures pour le MTQ, Anne-Marie Leclerc, avait indiqué que les huit recommandations du rapport d'inspection de 2008 qui exigeaient des «travaux de sécurisation» avaient toutes été appliquées au cours des dernières années. Selon ses dires, le gouvernement aurait d'ailleurs investi plus de 25 millions de dollars depuis 2009 pour effectuer les travaux recommandés.

Une information que le ministre Hamad a relayée hier après-midi. «Les huit [recommandations] ont été réalisées depuis 2008, pour rendre sécuritaires les infrastructures du tunnel Ville-Marie. Et il y en a d'autres qui, à court ou à moyen terme, sont en réalisation», a insisté le ministre, indiquant que le ministère prévoit investir un montant de 12 millions de dollars pour l'année 2012 pour continuer les travaux.

Reconnaissant que l'état des infrastructures routières est «inquiétant» pour les citoyens, le ministre Hamad s'est toutefois fait rassurant, disant que les travaux effectués ont permis de rendre l'état du tunnel «acceptable», ce qui veut dire en assez bonne condition pour qu'il soit ouvert à la circulation. «Il n'y a pas de compromis pour la sécurité et tout l'argent est disponible pour rendre nos ouvrages sécuritaires», a-t-il déclaré, en ajoutant que «s'il y a [eu] des erreurs, elles vont avoir des conséquences».

Mais il faudra attendre le rapport des deux experts indépendants mandatés par le gouvernement, des ingénieurs de l'École de technologie supérieure (ETS) et de l'École polytechnique, pour connaître les causes de l'effondrement et ainsi «réagir le plus rapidement possible», a dit le ministre. Quant aux rapports d'inspection des autres infrastructures montréalaises, pour l'instant gardés sous silence, le ministre a assuré qu'ils seraient rendus publics, mais «au cas par cas».

Gérald Tremblay interpelle Québec

Réagissant de nouveau à l'événement de dimanche dernier, le maire Gérald Tremblay s'est fait virulent hier et a lancé un appel direct au ministre Hamad, exigeant un investissement massif dans les infrastructures routières et plus de transparence de la part du ministère. «J'ai demandé au ministre de rendre toutes les études publiques le plus rapidement possible, que ce soit pour le pont Champlain, le pont Mercier, le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, l'échangeur Turcot ou pour Bonaventure. Les citoyens sont assez responsables pour analyser la situation», a-t-il lancé, visiblement exaspéré.

Le maire a d'ailleurs qualifié de «tension utile» les incidents comme ceux du tunnel Ville-Marie, puisqu'ils accélèrent la prise de décisions.

Le déficit d'investissement de 120 milliards de dollars dans les infrastructures canadiennes ne fait que se creuser davantage d'année en année, a aussi déploré Gérald Tremblay, et les villes comme Montréal, qui veulent moderniser leurs infrastructures et leur réseau de transport en commun, manquent de ressources. «Au-delà du discours, ça va prendre des sources de revenus additionnelles. Ce n'est pas avec les fonds existants du gouvernement que ça va se réaliser», a-t-il déclaré. Le maire a suggéré que les ordres de gouvernement puissent imposer une taxe d'accise additionnelle sur l'essence et instaurer un péage régional pour financer la rénovation des infrastructures. Ce qui pourrait aussi donner aux citoyens «ce sentiment de sécurité qui est essentiel pour Montréal, le Québec et le Canada».

Outre les inspections pour déterminer les causes de l'effondrement, des travaux se poursuivaient hier soir pour dégager le tunnel des débris de béton. Le ministre Hamad, tout comme le maire Tremblay, croit que le tunnel sera rouvert à la circulation dans les prochains jours.
37 commentaires
  • Marc Gendron - Abonné 3 août 2011 00 h 31

    Vous avez aimé Normandeau, vous allez adorer Hammad

    Mal pris, ils disent n'importe quoi, les champions de la ''bullshit''. Démissionnez!
    J'arrive pas à croire qu'on va être pris avec des nuls pareils pour des années encore. Pauvres de nous! comme dirait Sol

  • Doris Brulotte - Abonnée 3 août 2011 01 h 04

    Yé pas responsable de rien de toute façon

    C'est connu, ce n'est que la marionette de Jean Charest après tout!

    Il n'est responsable de rien, ce n'est que le Ministre des transports...

    Pauvre petit, on devrait installer son bureau dans le tunnel pour le consoler!!!

  • Carole Dionne - Inscrite 3 août 2011 01 h 04

    HAMMAD, L'INGÉNIEUR!!!

    Ou l'ingénu? Ou l'ignare? On cherche un qualificatif.

  • KaptnKrunch - Inscrit 3 août 2011 01 h 21

    Sam Hamad responsable de quoi

    Il rejette les responsabilité sur les autres. Quand ça va bien c'est pour lui et quand ça va mal c'est pour les autres.

    Hors, qu'il s'agisse de sous-contractance ou non, c'est lui qui gère les sous-contractants.

    En gestion de projet on apprend que le gestionnaire de projet est l'ultime responsable de l'achèvement et de la qualité du projet. Et le ministre des transport est responsable de tout ce qui concerne les transports au québec, c'est lui qui prend les plus hautes décisions.

    Comment se fait t-il que pour un incident aussi grave et j'insiste sur la gravité, Sam Hamad joue les pantins, ça glisse d'un bord à l'autre vers les contracteurs ou vers les hauts fonctionnaires etc. On veut un ministre des transports capable de prendre des décisions, pas un pantin.

    Un ministre qui cache les rapport et qui nous dit qu'on ne serait pas capable de les comprendres... Il manque de transparence en plus de nous prendre pour des caves. J'aimerais qu'il nous prouve lui même qu'il est capable de les comprendre en nous les expliquants...

    Je serais soulagé que Charest au retour des vacances nous donnera un nouveau ministre.

    Venez à montréal, vous en reviendrez pas!!

  • Minotaur - Inscrit 3 août 2011 02 h 23

    Responsabilité de Sam Hamad

    Le ministre soustrait sa responsabilité à celle de l'entrepreneur qui effectuait des travaux près de l'autoroute.

    Mais je me demande, comment l'entrepreneur aurait pu savoir que l'A720 était fragile sans être averti par le MTQ?

    Autrement dit vulgairement, si je lache un pet près d'un viaduc et que celui-ci s'écroule, Sam Hamad déclinera donc toute responsabilité...

    Mais il est responsable de quoi au juste? S'il décide de sous-contracter des travaux il doit tout de même en vérifier l'exécution.

    Si Bombardier installe des trains d'atterrissages défectueux, c'est quand même l'action de Bombardier qui en prend un coup en plupoursuites criminelles. Et Sam Hamad qu'est-ce qui lui reviend? On doit tout gober comme des andouilles?