Camille Laurin, le «père de la loi 101»

Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir

Des dizaines de personnes ont assisté hier à l'inauguration d'un buste en bronze de Camille Laurin, dans l'espace vert adjacent à l'édifice qui abrite les bureaux de l'Office québécois de la langue française du Québec (OQLF), à Montréal, afin honorer la mémoire du «père de la loi 101».

La cérémonie s'est déroulée notamment en présence de la ministre responsable de l'application de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, de la p.-d.g. de l'OQLF, Louise Marchand, de la veuve de Camille Laurin, Francine Castonguay, ainsi que de son frère, Pierre Laurin. L'ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry, était également présent. Sur la plaque de bronze qui accompagne l'oeuvre du sculpteur de Roberval Léonard Simard est gravée l'une des citations les plus connues de M. Laurin: «La langue est le fondement même d'un peuple, ce par quoi il se reconnaît et il est reconnu, qui s'enracine dans son être et lui permet d'exprimer son identité.»