Sondage Léger Marketing-Le Devoir - Une majorité de Québécois appuient le Plan Nord des libéraux

En dévoilant le Plan Nord, le lundi 9 mai, le premier ministre Jean Charest faisait notamment miroiter des investissements de 80 milliards de dollars sur 25 ans.
Photo: Clément Allard - Le Devoir En dévoilant le Plan Nord, le lundi 9 mai, le premier ministre Jean Charest faisait notamment miroiter des investissements de 80 milliards de dollars sur 25 ans.
À la question: «Selon vous, est-ce que le Plan Nord est un bon ou un mauvais projet pour le Québec?», 56 % des personnes sondées ont répondu qu'il s'agissait d'un «bon projet», tandis que 17 % ont répliqué qu'il s'agissait d'un «mauvais projet».

«C'est la première fois que je mesure quelque chose de positif pour le Parti libéral du Québec depuis un an», fait remarquer le président de Léger-Marketing, Jean-Marc Léger.

En dévoilant le Plan Nord, le lundi 9 mai, le premier ministre Jean Charest faisait notamment miroiter des investissements de 80 milliards de dollars sur 25 ans et la création de milliers d'emplois.

La moitié de la population québécoise estime toutefois que les compagnies minières bénéficieront le plus des retombées économiques du Plan Nord, alors que 28 % de celle-ci croit que ce sont «tous les Québécois» qui en tireront le plus profit.

«Les gens ont un préjugé favorable au Plan Nord, mais en même temps ils ont une préoccupation majeure: ils ont l'impression que c'est fait en fonction des compagnies minières, pas en fonction des Québécois. Ils sont sceptiques quant aux effets réels sur l'économie du Québec qui va plus favoriser les compagnies minières que la population québécoise», souligne M. Léger.

Par ailleurs, moins d'une personne sur dix estime que les communautés autochtones pourront s'enorgueillir d'être les grands gagnants du Plan Nord.

La nation crie (16 000 personnes) et la nation naskapie (1000 personnes), ainsi que les Inuits (10 000 personnes) prennent part au Plan Nord, tandis que la plupart des communautés de la nation innue (16 000 personnes) refusent d'y participer.

D'ailleurs, la circulation sur la route 138 qui traverse la réserve de Betsiamites, à mi-chemin entre Baie-Comeau et Forestville, a été perturbée la semaine dernière par des Innus craignant les contrecoups des projets d'exploitation des ressources naturelles au menu du Plan Nord.

Le sondage Léger Marketing-Le Devoir a été effectué du 6 au 8 juin 2011, auprès de 1004 personnes aux quatre coins du Québec. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20. Le coup de sonde a été fait selon une méthodologie fiable et éprouvée. Tous les détails de celle-ci se trouvent sur notre site Internet, ainsi que l'ensemble des questions et des résultats.

À voir en vidéo