Turcot: Québec confirme les lacunes de l'armature d'acier, mais se fait rassurant

L’échangeur Turcot<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’échangeur Turcot

Le ministère des Transports confirme qu'il y a bien une partie d'armature d'acier manquante dans l'échangeur Turcot, mais il assure que le tronçon est sécuritaire.

Il y a deux semaines, le ministère a fermé deux des trois voies de la bretelle de la 720/20 en direction ouest, expliquant que «certains dommages à la structure» y avaient été répertoriés, que du béton était fissuré en raison de l'usure. Hier matin, La Presse a révélé toutefois qu'une partie de l'armature prévue dans les plans de construction d'il y a 40 ans est manquante dans la structure. «Le béton n'est pas en cause, le problème, c'est la charpente d'acier... Il en manque...» a affirmé une source au quotidien.

Le porte-parole du ministère, Mario Saint-Pierre, confirme que «la construction n'est pas conforme aux plans» et qu'on le savait dès l'annonce de la fermeture des voies, le 15 avril. «On en avait une bonne idée, mais on voulait poursuivre les évaluations. Le choix fait, ce vendredi soir-là, était de ne pas aller dans les détails de la cause, parce que, pour les usagers, peu importe la cause, c'est la conséquence sur la circulation qui est importante à gérer.» La semaine suivante, le ministre Sam Hamad n'en a pas non plus fait mention lorsqu'il a expliqué la nécessité de renforcer la bretelle, parlant de «failles importantes».

Le ministère assure que la circulation sur l'unique voie ouverte de cette bretelle est sécuritaire. La Presse faisait hier un lien entre les faiblesses du viaduc de la Concorde à Laval, ayant causé la mort de cinq personnes, et ce manque à la structure de l'échangeur. Le viaduc s'est effondré en 2007 en raison d'une armature mal positionnée.

Mario Saint-Pierre précise que la situation est différente pour l'échangeur Turcot, puisqu'il est possible d'en détecter l'armature, contrairement au cas d'un viaduc. «Ce n'est pas la même histoire. La preuve, malgré que ça n'a pas été conforme aux plans initiaux, il n'y a pas eu de déficience pendant 40 ans. Et quand il y en a eu, on a pu les voir» et réagir en réduisant la circulation et en dirigeant les automobiles au centre de la structure, alors que c'est l'extérieur qui est «touché».

Il n'est pas impossible que d'autres pièces d'acier soient absentes de l'immense infrastructure; des vérifications se poursuivent. On ignore quand les travaux de réparation d'urgence sur ce tronçon seront lancés. La circulation y restera diminuée au moins jusqu'à l'été.

L'échangeur Turcot, en fin de vie, doit être refait à compter de l'an prochain. Les travaux se poursuivront jusqu'en 2018.