Fonds du Secrétariat à la condition féminine - Christiane Pelchat s'insurge contre la décision de St-Pierre

La présidente du Conseil du statut de la femme, Christiane Pelchat<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La présidente du Conseil du statut de la femme, Christiane Pelchat

Québec — En commission parlementaire, la présidente du Conseil du statut de la femme (CSF), Christiane Pelchat, s'est insurgée contre la décision de Christine St-Pierre de «détourner» des fonds du Secrétariat à la condition féminine vers les Forums jeunesse.

«Le Conseil du statut de la femme s'apprête à écrire à la ministre pour dire jusqu'à quel point il est outré de la décision de la ministre de donner 1 million aux Forums jeunesse», a lancé Christiane Pelchat lors de l'étude des crédits du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

L'intervention de la présidente du CSF s'est produite après que la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine eut justifié le versement de cette somme aux Forums jeunesse plutôt qu'aux groupes de femmes en s'appuyant sur des avis de l'organisme sur la régionalisation de la politique d'égalité entre les hommes et les femmes. La députée de Rosemont et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine, Louise Beaudoin, a alors pris un malin plaisir à inviter Christiane Pelchat, qui était présente en commission parlementaire, à venir dire si l'interprétation que donnait Christine St-Pierre des avis du CSF était juste.

La présidente du CSF a contredit tout de go la ministre. «Le Conseil du statut de la femme n'a jamais demandé à la ministre de financer les Forums jeunesse», a affirmé Christiane Pelchat. L'organisme ne peut cautionner le détournement des sommes destinées à l'égalité entre les sexes vers les Forums jeunesse, a-t-elle soutenu.

Christiane Pelchat craint que cette décision ne présage d'un changement dans le plan d'action de la politique d'égalité entre les hommes et les femmes, plan d'action dont on attend la deuxième mouture prochainement. Plutôt que de se concentrer sur le problème de discrimination systémique dont sont victimes les femmes, le gouvernement en viendrait à promouvoir une «symétrie» entre la situation des hommes et des femmes. Dans un communiqué diffusé en fin de journée, le CSF précise que cette «symétrisation» ferait en sorte «que les problèmes des hommes soient considérés de la même manière que les discriminations subies par les femmes. Ce serait une erreur».

Appel à l'aide de la FFQ ignoré

La semaine dernière, Le Devoir révélait que Christine St-Pierre avait suscité la grogne des groupes de femmes en refusant de porter secours à la Fédération des femmes du Québec (FFQ) qui a perdu sa subvention fédérale représentant 40 % de son budget.

En outre, le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec (RTGFQ) dénonçait le fait que la ministre lui avait préféré les Forums jeunesse en leur octroyant une somme de 1 million pour des activités dont les groupes de femmes se font une spécialité.

«Si on suit bien le raisonnement, c'est qu'on est en train de nous reprocher de vouloir travailler avec plus de partenaires, a fait valoir, hier, Christine St-Pierre. L'égalité entre les hommes et les femmes, ça doit se faire avec l'ensemble de la société.»

«On ne nie pas le travail des groupes de femmes, a ajouté la ministre. Mais il n'y a pas personne qui a le monopole de l'égalité entre les hommes et les femmes.»

Pour Louise Beaudoin, la ministre «s'est livrée à une interprétation douteuse» et a inventé «des recommandations qui n'existent pas». Surtout, elle n'a pas procédé par un appel de projets avant d'accorder sa subvention, a souligné la députée péquiste.
3 commentaires
  • UglyToesPete - Inscrit 21 avril 2011 12 h 46

    Égalité hommes-femmes.....au Québec?

    "L'égalité entre les hommes et les femmes, ça doit se faire avec l'ensemble de la société."

    Moi, je ne voit pas l'égalité au Québec entre les hommes et les femmes, je voit plutôt "donne a moi car je suis une femme" "faites moi confiance, comme femme, je suis la seule placée pour aider les femmes et ignorer les hommes"

    Denise Bombardier a clairement (et avec vision) expliqué il y as longtemps le mal fait au Québécois et QUÉBÉCOISES a seulement financé les besoin au féminin. En plus, seul une femme a le droit de faire ceci..........l'entendez vous?

    Comment pouvons nous faire confiance a un Ministère de la condition féminine d'adresser des problèmes masculin?

    Avec notre démographie qui signale trop peu de travailleurs et trop de vieux pendant deux décennies a venir......les jeune mâles seront forcé de se rendre a l'évidence que le Québec ne les aime pas.....et ceci depuis trop longtemps.

    La solution la plus simple, c'est d'accorder tous ce que les femmes veulent. Tôt ou tard (trop tard j'imagine), les femmes eux mêmes vont se rendre compte que la société et débalancé et s'éffondras.

    Déja, nous avons plus de femmes sur le marché du travail que d'hommes....plus d'hommes sur le BS que de femmes....etc.

    OUI OUI OUI, continuons l'égalité homme femme au Québec!!!! ¨Ça risque d'etre drôle très bientôt.

    UTP

  • Jean-Pierre Audet - Abonné 21 avril 2011 12 h 57

    Encore négligées

    On a beau dire que le féminisme est dépassé chez nous, il m'apparaît évident que les femmes demeurent les grandes négligées des politiques tant fédérales que provinciales.

    JPA

  • André Lacombe-Gosselin - Abonné 30 avril 2011 20 h 35

    JUSTICE et ÉGALITÉ

    Pourquoi ne pas distribuer les fonds selon la proportion réelle de femmes et d'hommes dans la société ?
    On éviterait ainsi que les plus bavard-e-s et les plus organisés/es n'accaparent le pouvoir au delà de leur situation démographique.
    L'article laisse entendre que pour mieux contôler les groupes qui ne lui plaisent pas, qui ne sont pas d'accord avec l'idéologie dominante, on trouve un ou des moyens "économico-légaux" pour leur couper les vivres.
    Les politiques "harperiennes" sont-elles en train de déteindre sur le Québec?
    Bonne fin de semaine et ALLEZ VOTER, si vous coyez toujours au Canada !
    Le joyeux retraité de MZT