Sondage Léger-Marketing-Le Devoir - Le tiers des péquistes doute que Marois puisse «faire le pays»

Alors qu'elle dirige un parti dédié à ce projet, 65 % des souverainistes seulement estiment que Pauline Marois est la «bonne personne pour faire le pays du Québec». C'est ce qu'a révélé un sondage Léger-Marketing-Le Devoir, effectué dans la semaine avant le XVIe congrès des membres qui s'est ouvert hier soir à Montréal. Chez les électeurs péquistes, étonnamment, la proportion est similaire, à 64 %.

À la question «qui ferait le meilleur premier ministre?», le score de Pauline Marois a toutefois augmenté depuis notre sondage de début mars, alors que 30 % des répondants l'ont nommée, ce qui représente une augmentation de 9 points. La cote de Jean Charest a aussi connu une croissance, passant de 15 % à 20 %. Gérard Deltell a gagné un point (10 %) Amir Khadir en a perdu deux (10 %).

Pour Jean-Marc Léger, président de Léger Marketing, Mme Marois est peut-être en «meilleure position qu'elle ne l'a jamais été depuis l'élection de 2008». Malgré le tiers des souverainistes qui doutent qu'elle soit la personne pour «faire le pays», M. Léger estime que ce sondage est de bon augure pour le vote de confiance de ce soir.

D'ailleurs, au chapitre des intentions de vote, le Parti québécois (PQ) se maintient à 38 % (37 % en mars). Son avance chez les francophones a légèrement augmenté à 46 % (42 % en mars). Il arrive même premier dans la région de Québec (32 %, devant l'ADQ à 25 % et le PLQ à 23 %). «S'il y avait élection aujourd'hui, le gouvernement serait clairement péquiste et majoritaire», indique Jean-Marc Léger. L'ADQ maintient à 14 % des intentions de vote (13 % en mars), Québec solidaire aussi, à 9 % (11 % en mars).

La descente aux enfers des libéraux de Jean Charest semble être interrompue. Il effectue même une légère remontée quant aux intentions de vote, passant de 27 à 31 %, mais cela reste dans la marge d'erreur. Le taux d'insatisfaction, à 73 %, est encore très élevé, mais est le meilleur depuis le début de l'année: 79 % en mars, 77 % en février et 75 % en janvier. «C'est du jamais vu en politique. C'est arrivé que les partis politiques aient été impopulaires. Mais jamais aussi fort et aussi longtemps: la marque libérale, elle est ternie au Québec.»

On trouvera plus de détails sur le sondage dans le document PDF sur ledevoir.com. Le coup de sonde a été mené du 11 au 14 avril auprès de 1000 personnes. Un échantillon de la même taille présente une marge d'erreur de 3,1 %. Le sondage Internet a été réalisé selon une méthodologie fiable et éprouvée.
6 commentaires
  • Normand Carrier - Inscrit 16 avril 2011 06 h 48

    En très bonne position , le PQ ....

    Si ce congrès ne dérape pas et est bien réussi , il est clair que le PQ rebondira encore dans l'opinion publique car il mène présentement dans toutes les régions francophones du Québec avec plus de 46% du vote ..... L'insatisfaction envers le gouvernement ne risque pas de baisser dès que le prochain scandale va survenir et cela risque d'arriver plus tôt que prévu et le nouveau duo Normandeau-Delorme n'aidera en rien ...... Tant qu'a la souverainaté , Pauline Marois pourra compter sur son meilleur vendeur Gilles Duceppe qui jouera le rôle de Lucien Bouchard au dernier référendum .....

  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 16 avril 2011 08 h 22

    L'aviron dans la gravelle.

    16 ans après le deuxième référendum, le principal porteur de ce projet n,a jamais été en mesure de faire augmenter les intentions de votes à au moins 50% en faveur de la souveraineté. Pourquoi donc ?

    Parce qu'il n'a jamais été en mesure d'offrir un projet de société à la population. Q'une coquille vide et des couleuvres pour tenir en otages ses membres. Qu'attendent-ils pour rejoindre Québec solidaire ?

    Visiblement il est de moins en moins interessant ce parti et incapable de rassembler la jeunesse. Constatons le lors de la couverture médiatique de leur congrès. Un parti pour les 55 ans et plus et majoritairement blanc, catho et franco. Non représentatif du tout du nouveau Québec et de son immigration.

    Leur position entre autres sur l'interdiction du port de symboles religieux dans les institutions publiques ne fait que repousser les communautés culturelles et s'approcher d'une xénophobie rampante à la sarkozisme. Un parti tourné vers le passé non vers l'avenir. Un parti de plus en plus tourné vers le nationalisme identitaire(plutôt que civique), cause de tout les problèmes actuellement en Europe.

    Vraiment rien de rafraîchissant dans cette formation.

  • Jean Lapointe - Abonné 16 avril 2011 09 h 21

    Quel est votre but?


    Encore un fois je me demande ce que vous visez, je me demande à quoi vous voulez en venir en commanditant de tels sondages.

    Vous allez peut-être me répondre que vous voulez savoir pour savoir. Mais là je ne vous croirai pas parce qu'on ne cherche jamais à savoir pour savoir il me semble.

    On a toujours un but derrière la tête quand on pose des questions, même si on n'en est pas conscient.

    Mais le but que vous visez vous le gardez pour vous si vous le savez et, si vous en êtes conscient, vous savez aussi sûrement pourquoi vous le cachez ?

    Alors pourquoi toutes ces cachettes? Je me le demande.

    En plus quelle drôle de question?

    Si j'ai bien compris, les sondeurs ont demandé aux gens si "Pauline Marois est la bonne personne pour faire le pays du Québec".

    Une telle question ne peut qu'être interprétée de multiples façons et les réponses tout autant.

    Alors pourquoi poser une telle question et pourquoi en donner les résultats dans votre journal? Je me le demande aussi.

    C'est du drôle de journalisme que vous faites je trouve . Personnellement je ne trouve pas ça très sérieux.

    Je me demande même si ce n'est pas du gaspillage d'argent de votre part.

    Moi je suis d'avis qu' avant de procéder à un sondage, on doit d'abord déterminer très clairement ce qu'on cherche à mieux savoir et dans quel but on le fait. Et l'interprétation des résultats doit être aussi faite à la lumière de ces préalables.

    Et alors, les gens qui en prennent connaissance ont des chances d'être plus en mesure de les commenter parce qu'ils auront eu l'ensemble du portrait.

    Autrement ça risque que de n'être que du placotage.

  • Gilbert Talbot - Abonné 16 avril 2011 11 h 52

    C'est l'heure du ralliement !

    Oui, je crois que Pauline Marois va réussir à rallier les différentes tendances à l'intérieur du PQ. On le verra encore aujourd'hui autour de la proposition de Jacques Parizeau de se doter d'un comité de suivi pour la préparation d prochain Référendum. C'est pas le moment de lâcher, au contraire, c'est le moment de mettre l'épaule à la roue : Gilles Duceppe va encore gagner la majorité des comtés du Québec - cinquataine prévoit-on. On va encore se retrouver devant un gouvernement minoritaire conservateur, puisqu'on a rejeté toute idée de coalition de l'oppostion, faute encore à Ignatieff. Le moment sera propice pour les prochaines élections provinciales de reprendre le pouvoir pour le PQ de Pauline. C'est là qu'il faudra pousser encore plus fort pour qu'il y ait référendum au cours de ce mandat, et qu'il soit gagnant cette fois-ci.

  • Marie-France Legault - Inscrit 22 avril 2011 09 h 37

    J'ai de sérieux doutes

    que Mme Marois ne sera JAMAIS Premier Ministre,
    je me souviens du P.Q. et de la mise à la retraite précipitée de
    milliers de médecins et infirmières compétents et qualifiés...

    Mme Marois est très loin de Mme Angela Merkell
    Chancelière de l'Allemagne...