La Fédération des femmes perd une subvention - St-Pierre doit aider la FFQ, disent Françoise David et Micheline Dumont

L'ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) Françoise David et l'historienne des femmes Micheline Dumont appellent la ministre de la Condition féminine, Christine St-Pierre, à aider financièrement la FFQ qui a perdu une subvention annuelle du gouvernement fédéral équivalant à 40 % de son budget.

Il s'agit d'un problème «idéologique» à Ottawa devant lequel le gouvernement du Québec ne peut rester les bras croisés, ont-elles dit. On accuse le gouvernement conservateur de subventionner seulement les organismes de services et pas les groupes de défense des droits comme la FFQ.

Dans Le Devoir d'hier, la ministre St-Pierre expliquait ne pas avoir l'intention de prêter main-forte à la FFQ, faisant valoir qu'Ottawa investit toujours autant d'argent au Québec, mais pour des organismes différents. Elle a ajouté que le changement idéologique à Ottawa que décrie la FFQ est ni plus ni moins qu'une interprétation. Présidente de la FFQ entre 1994 et 2000, Françoise David assure quant à elle que la fédération voit juste. «Quand j'ai quitté [la présidence], déjà, les critères commençaient à changer en ce sens et on me dit qu'avec l'arrivée des conservateurs au pouvoir, ça a empiré. C'est rendu tellement compliqué d'appliquer pour les subventions que plusieurs groupes n'essaient même plus.»

Elle sent maintenant ce virage idéologique au gouvernement du Québec, avec le refus de voler au secours de la FFQ. Le Québec, mieux que bien d'autres provinces, aide les groupes qui offrent des services aux femmes, convient Françoise David. «Mais ça ne dispense pas le gouvernement d'aider les groupes de défense de droits.» Les deux aspects ont toujours été «extrêmement» importants, défend Micheline Dumont, qui a siégé au conseil d'administration de la fédération. «Un service est toujours une béquille.»

Les deux femmes ont aussi du mal à comprendre pourquoi un budget d'un million de dollars du Secrétariat de la condition féminine du Québec a été octroyé aux Forums jeunesse pour des projets concernant l'égalité entre les sexes, ce que le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec dénonçait aussi dans nos pages hier. Françoise David et Micheline Dumont estiment que la priorité doit aller aux groupes de femmes, qui font ce travail depuis des années. «À mon avis, si la spécificité de la problématique des femmes s'en va dans d'autres lieux, on se perd. Ce sont des groupes qui existent souvent depuis les années 1970; elles ont l'expérience pour faire le travail», dit Mme Dumont.
4 commentaires
  • Pierrette Marcotte - Abonné 9 avril 2011 08 h 15

    Amnésie de madame St-Pierre

    Merci à mesdames David et Dumont,

    Madame St-Pierre semble avoir oublié la finale de son long titre de ministre de la Culture, des communication et de la condition féminine.

    Monsieur Charest, peut-on lui inverser, pour lui faciliter la souvenance???

  • Roland Berger - Inscrit 9 avril 2011 10 h 48

    Une féministe de parade

    Madame St-Pierre compte parmi ces femmes en vue qui s'indignent parfois publiquement du sort fait aux femmes mais qui pensent fondamentalement que le féminisme a fait son temps. Il y a longtemps que l'on sait que des femmes peuvent être aussi sinon plus misogynes que les hommes.
    Roland Berger

  • Rodrigue Guimont - Abonnée 9 avril 2011 11 h 04

    Merci Madame Dumont de vous impliquer dans ce dossier...

    Surprenant quand même le nombre d’hommes et de femmes misogynes et/ou antiféministes qui ont commentés l’article d’hier de Robert Dutrisac
    Voir: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/320668/le

    Si j’étais la ministre je me questionnerais sur l’appui que lui donne la droite dans ce dossier sur les femmes.

  • Donald Bordeleau - Abonné 10 avril 2011 20 h 00

    La bataille continue MMe St-Pierre

    Utiliser votre droit de vote, cela est un droit universel et démocratique. La Finlande a donné le drot de vote en 1906, au Canada les femmes pouvaent voté à partir de 1918. Le Québec n'a donné le droit de vote aux femmes en 1940. Bizarre.

    http://www.journeedelafemme.com/historique-acces-d