Le «Je me souviens»

Québec — Jacques Chagnon, qui a été élu président de l'Assemblée nationale mardi, aurait-il induit la Chambre en erreur le surlendemain? De surcroît à propos d'une phrase capitale, la devise du Québec «Je me souviens»? C'est du moins ce que lui reproche Gaston Deschênes, historien qui a travaillé lui aussi à l'Assemblée nationale, pendant 30 ans.

Jeudi, au terme d'un débat sur une motion soulignant les 125 ans de l'hôtel du Parlement, M. Chagnon a affirmé, au sujet de la devise gravée au-dessus de sa porte centrale: «"Je me souviens... d'être né sous le lys et d'avoir grandi sous la rose", c'était exactement l'expression qu'Eugène-Étienne Taché [l'architecte du parlement] avait prise [...] Nous avons conservé le "Je me souviens".»

«Faux!» se fâche Gaston Deschênes. En affirmant que les «lys et les roses» formeraient une partie cachée de la devise, M. Chagnon a propagé, du trône du salon bleu, une légende tenace au sujet de l'origine de cette phrase énigmatique, sans complément, devenue devise nationale en 1939. Elle remplaça le «La Belle Province» au bas de nos plaques minéralogiques en 1978. Deschênes est formel: «La devise n'a jamais compris que trois mots», par lesquels Taché souhaitait décrire la fonction de sa façade: un panthéon des grands personnages de notre histoire.

«Née dans les lis, je croîs dans les roses» est une devise distincte, conçue effectivement par Taché, mais bien plus tard, vers 1900, et recyclée sur une médaille du tricentenaire de Québec. Taché n'a jamais mis les deux phrases bout à bout, a conclu M. Deschênes au terme de plusieurs années de recherche. L'historien a écrit au président Chagnon, jeudi, pour le lui rappeler. Ce dernier, du reste, n'a pas rappelé Le Devoir hier. M. Deschênes soutient que Jean Charest a repris la même légende du «Je me souviens» «fleuri» au Japon en 2005 et devant le président français Nicolas Sarkozy en 2008.
6 commentaires
  • Franfeluche - Abonné 9 avril 2011 10 h 21

    Je me souviens

    À cette devise, je serais tenté d'ajouter : de quoi? C'est un peu court comme commentaire, mais ça dit tout.

  • Jean-François Trottier - Inscrit 9 avril 2011 18 h 55

    Propagande révisioniste

    Le sujet avait été à la mode au début des années 2000, une tentative des fédéralistes pour tenter de désagréger le sentiment national Québécois en prétendant que le "je me souviens" est une devise au sens mystérieux. Une devise à trois mots les mélange, imaginez une question référendaire...
    Il y a eu d'autres exemples de réécriture: la nationalisation de René Lévesque n'en était pas vraiment une, la révolution tranquille n'a pas changé grand chose (une série de reportage dans ces pages, je vous signale), ou la plus rigolote proférée par Harper: la fondation de Québec est la fondation du Canada.
    Sur une note plus concrète, ça indique aussi à quoi ressemblera la présidence de l'assemblée avec monsieur Chagnon. Si la première allocution contient déjà un élément de propagande partisane, on voit avec quelle objectivité il remplira sa fonction!
    La foire d'empoigne va reprendre. Encore.

  • Claude Jean - Inscrit 11 avril 2011 17 h 53

    La devise «Je me souviens»

    La devise «Je me souviens»
    Gaston Deschênes
    En 1976, le Parti québécois, favorable à la souveraineté du Québec, était porté au pouvoir. Deux ans plus tard, la phrase Je me souviens était inscrite sur les plaques d'immatriculation de la Belle Province. Il en est résulté une controverse qui dure toujours. Les uns attribuèrent à cette devise une connotation revancharde, les autres y virent un éloge de l'administration anglaise; ils ajoutaient foi à une opinion selon laquelle la phrase complète d'où a été tiré le Je me souviens, était: «Je me souviens que né sous le lys, je croîs sous la rose.» Dans cet article, destiné à devenir un classique de l'analyse des rumeurs, Gaston Deschênes met fin à la controverse.

    Pour en savoir plus consulter le lien suivant:

    http://agora.qc.ca/Documents/Quebec_-_Etat--La_dev

    Merci M. Deschenes!

  • Claude Jean - Inscrit 12 avril 2011 07 h 48

    La devise du Québec

    Son origine



    En concevant en 1883 les plans du Palais législatif de Québec (aujourd'hui l'Assemblée nationale), Eugène-Étienne Taché (1836-1912), architecte et sous-ministre des Terres de la Couronne, fit graver dans la pierre, sous les armes du Québec qui apparaissent au-dessus de la porte principale du parlement, la devise Je me souviens. Elle fut utilisée et désignée comme la devise du Québec durant plusieurs décennies. L'adoption en 1939 de nouvelles armoiries du Québec sur le listel desquelles elle figure, raffermit son caractère officiel.


    Sa signification

    En l'absence de textes où Eugène-Étienne Taché expliquerait ses intentions, c'est en se plaçant dans le contexte où il a créé cette devise qu'on peut en comprendre la signification. Taché a conçu la décoration de la façade de l'hôtel du Parlement comme un rappel de l'histoire du Québec. Il en a fait un véritable Panthéon. Des bronzes y représentent les Amérindiens, les explorateurs, les missionnaires, les militaires et les administrateurs publics du Régime français, ainsi que des figures du Régime anglais, comme Wolfe, Dorchester et Elgin. D'autres éléments décoratifs évoquent des personnages ou des épisodes du passé et Taché avait prévu de l'espace pour les héros des générations à venir. La devise placée au-dessus de la porte principale résume les intentions de l'architecte : Je me souviens... de tout ce que cette façade rappelle.

    http://www.drapeau.gouv.qc.ca/devise/devise.html

  • Claude Jean - Inscrit 12 avril 2011 09 h 25

    Mémoire de bronze : Les statues de la façade de l’hôtel du Parlement

    Description

    Ce dépliant décrit les 26 statues ornant la façade de l’hôtel du Parlement, indique leur emplacement dans les différentes niches et présente les sculpteurs qui les ont créées. La majorité de ces statues représentent des hommes et des femmes qui ont marqué l’histoire du Québec et de l’Amérique : fondateurs, explorateurs, militaires, missionnaires, hommes politiques et administrateurs publics.

    Pour plus de détails consulter le lien suivant;:

    http://www.assnat.qc.ca/fr/publications/fiche-memo

    Je me souviens!