Vers une élection fédérale - Charest n'enverra pas de lettre

Jean Charest affirme qu’il va réfléchir à la façon de présenter les enjeux qui concernent le Québec lors de la campagne électorale qui s’annonce.  <br />
Photo: Agence Reuters Jacques Boissinot Jean Charest affirme qu’il va réfléchir à la façon de présenter les enjeux qui concernent le Québec lors de la campagne électorale qui s’annonce. 

Québec — Cette fois, Jean Charest n'enverra pas de lettre ouverte aux chefs des partis fédéraux. Le 29 septembre 2008, alors que la campagne électorale fédérale battait son plein, le premier ministre, alors minoritaire (il sera réélu majoritaire le 8 décembre suivant), avait, dans une lettre, formulé 14 demandes. Le Bloc avait répondu, les libéraux aussi, quoique tardivement, mais pas les conservateurs.

En 2011, «la formule des lettres», ça «devient usé un petit peu», a soutenu Jean Charest hier matin lorsqu'il a été questionné sur la stratégie qu'il compte adopter une fois que la campagne sera déclenchée. «Il y a des enjeux qui sont du Québec et on va réfléchir sur la façon dont on veut les présenter durant la campagne fédérale», a-t-il dit. Choisissant de mettre en relief un des enjeux, il a parlé des chantiers navals Davie et des «contrats extrêmement lucratifs» que le fédéral s'apprête à octroyer. «Ce sont de gros contrats de plus de 30 milliards de dollars. C'est un enjeu dans lequel nous avons un intérêt très spécial», a-t-il insisté.

Quant au reste, le premier ministre s'est montré plutôt optimiste, affirmant que certains dossiers progressaient «bien, comme Old Harry» et l'harmonisation de la TVQ avec la TPS, pour laquelle le Québec réclame 2,2 milliards. Sur ce dernier point, il ne s'attendait pas nécessairement à ce que le gouvernement fédéral règle l'affaire dans son budget. «Que ce soit avant, pendant ou après la campagne, l'important c'est qu'il se règle comme il faut dans l'intérêt du Québec. Nous, on ne fera pas de règlement au rabais parce qu'il y a une campagne électorale», a-t-il soutenu. Le ministre des Finances, Raymond Bachand, lui, espère un règlement à court terme: «Il est toujours temps cette semaine, avant le déclenchement des élections, de signer ce projet d'entente que j'ai décrit avec force détails dans le budget que j'ai déposé.»

Le budget déposé mardi ne deviendra très probablement jamais loi. C'est pourquoi M. Bachand ne l'a pas commenté le soir même. Hier, il s'est réjoui d'y voir un passage sur les transferts fédéraux, qui viennent à échéance en 2014. Ces dernières années, Ottawa soutenait qu'après cette échéance rien ne garantirait que ceux-ci soient maintenus au niveau actuel, soit 7,6 milliards en 2011-2012. «M. Flaherty maintient les transferts fédéraux avec leur croissance», même pour l'après-2014. «Ça, c'est quand même majeur pour les Québécois», a-t-il souligné.

Le Parti québécois

En Chambre, à la période de questions, Pauline Marois a fustigé le gouvernement Charest pour sa discrétion devant un «budget aussi décevant pour le Québec», soutenant qu'il ne défendait pas les intérêts du Québec et reculait sur tous les fronts. Jean Charest s'est amusé à qualifier sa vis-à-vis de «porte-parole du Bloc québécois». «Elle ne défend pas les intérêts du Québec, elle défend les intérêts du PQ, puis celui d'un référendum dont ne veulent pas les Québécois», a pesté le premier ministre.
7 commentaires
  • Michel Simard - Inscrit 24 mars 2011 01 h 31

    Charest ?

    Qui est ce Charest qui envoie des lettres ? Le même que celui qui est désavoué à 95% par la nation québécoise, si l'on excepte les partisans de la corruption.

  • Daniel Hemond - Inscrit 24 mars 2011 03 h 58

    Charest

    Charest n'est plus tout à fait le même, ses mots d'esprit pas très souvent heureux tombent en poutine depuis quelques temps.

    Je crois qu'il va fermer sa clapette durant les élections fédérales.
    Il se pourrait qu'il se prépare une sortie digne de ses ambitions...
    Je crois que si Harper fait des gains au Québec et se retrouve à la tête d'un gouvernement STEVEN Majoritaire Charest pourrait tirer sa révérence vers une belle job de représentant du Canada quelque part...

    ÇA SERAIT BIEN ... DE TOUTE FAÇON LES QUÉBÉCOIS SONT PLUS CAPABLE DE LE VOIR.

    Awayeee Steven fait une bonne action et débarasse-nous de John Charest...

    Daniel à Florence

  • Fabien Nadeau - Abonné 24 mars 2011 06 h 02

    Charper

    M. Charest s'amuse à qualifier sa vis-è-vis de "porte-parole du Bloc". M. Harper fait planer la menace des "separatists" liés au PQ. Charest-Harper, même combat!

    Mais je suis d'accord avec M. Charest. Une lettre de demande du Québec, en période d'élections, serait perdue dans le foisonnement de propagande partisane dont nous allons être inondés.

    Vaut mieux attendre et présenter au nouveau gouvernement minoritaire Harper ses demandes. On pourrait même recycler la même vieille lettre, comme M. Harper ne changera pas...

  • NiDieuNiMaitre - Inscrit 24 mars 2011 09 h 32

    un petit passage pour les étudiants

    Dans la magnifique lettre de Charest on peut lire: «Le gouvernement du Québec considère que l’éducation est la base de l’économie d’aujourd’hui et de l’avenir. Elle aide à la compétitivité de nos entreprises et de notre économie.»
    La réponse de Charest? On augmente les frais de scolarité et on fourgue tous les cas problèmes dans les classes régulières.

  • Jacques Morissette - Inscrit 24 mars 2011 10 h 15

    La formule des letttres, c'était déjà en 2008.

    Sauf que Charest l'a bien appris à ses dépends. En 2011, lui qui devrait penser à se reposer au jour 7 qui s'en vient, n'est toujours pas plus humble qu'auparavant.