Sondage Léger Marketing - Le Devoir - Legault gagne des points sur la question nationale

La firme de sondage a posé la question suivante: «Sur la question nationale du Québec, est-ce que vous vous sentez plus proche de...?» Près de 29 % des personnes ont répondu «François Legault», qui a, avec sa coalition, laissé tomber à la fois la souveraineté et le renouvellement du fédéralisme. Puis, 23 % ont répondu «Pauline Marois», alors que 19 % ont dit «Jean Charest». Près de 24 % ont dit ne pas savoir ou ont refusé de répondre.

Le fait que François Legault arrive en tête n'étonne pas Christian Bourque, vice-président de Léger Marketing. «Il a choisi un entre-deux séduisant pour bien des gens. Il a fait une bonne lecture de l'opinion ambiante, alors qu'il y a beaucoup de nationalistes qui ne veulent pas prendre part au débat sur l'avenir du Québec», dit-il, ajoutant. «On revient à la célèbre phrase de [Yvon] Deschamps, le Québec fort dans un Canada uni!»

Lorsque l'on décortique les réponses à cette question, on se rend compte sans surprise que ce sont les électeurs de l'ADQ (58 %) qui affirment se sentir le plus près de la position de François Legault sur la question nationale.

Parmi les électeurs du Parti québécois, 25 % préfèrent la position de Legault à celle de Pauline Marois, alors que 13 % des électeurs du Parti libéral s'identifient plus à Legault qu'à Charest sur la question nationale. «Le PQ est devenu une sorte de formation parapluie qui regroupe des indépendantistes, mais aussi des nationalistes pour qui la souveraineté n'est pas une priorité. Ce sont eux qui sont attirés par Legault», dit M. Bourque.

Toujours la santé

Au chapitre des priorités des Québécois advenant la création d'un nouveau parti politique au Québec (sans mentionner le nom de Legault dans la question), on constate que l'éducation, le cheval de bataille de François Legault et de sa coalition, arrive au troisième rang. Seulement 16 % des Québécois pensent qu'un nouveau parti devrait en faire sa priorité.

La santé, avec 38 %, arrive largement en tête, suivie de l'économie, avec 25 %. La place du Québec dans le Canada (9 %), l'environnement (5 %) et le système de justice (4 %) ont aussi obtenu des votes.

Le groupe de François Legault devra faire preuve de persuasion et de pédagogie s'il veut convaincre les Québécois que l'éducation doit se retrouver en tête des priorités, affirme Christian Bourque. «S'il veut s'aider, François Legault devra trouver un moyen de réconcilier le discours sur l'éducation avec celui sur l'économie et la création de la richesse. Il aurait plus de chance d'attirer l'attention», dit-il.

Plus de détails sur les questions, les résultats et la méthodologie dans le document PDF sur notre site Internet. Le coup de sonde a été mené du 7 au 10 mars auprès de 1005 personnes. Un échantillon probabiliste de la même taille présente une marge d'erreur de 3,1 %. Le sondage Internet a été réalisé selon une méthodologie fiable et éprouvée.

À voir en vidéo