Politique régionale - Le PQ rejette le mur à mur pour adopter le cas par cas

Pauline Marois a présenté hier le rapport Un gouvernement partenaire des régions.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois a présenté hier le rapport Un gouvernement partenaire des régions.

Le Parti québécois privilégie des solutions adaptées aux problèmes locaux afin d'assurer le développement des régions.

«On ne peut pas appliquer une solution unique pour tout le territoire, c'est fini le mur à mur», a affirmé hier Pauline Marois. La chef péquiste présentait en conférence de presse (diffusée sur le Web pour une première fois) le rapport Un gouvernement partenaire des régions produit par le PQ en vue de son congrès d'avril prochain.

Selon Mme Marois, les régions sont mûres pour un changement. Le PQ souhaite ainsi offrir une plus grande flexibilité. «M. Charest et son équipe sont déconnectés des régions», a-t-elle soutenu.

La chef du PQ a rappelé qu'une des propositions concerne les redevances aux régions dont les ressources sont exploitées. Une politique des redevances devrait prévoir un partage plus équitable à l'égard des régions, leur permettant ainsi d'avoir les moyens d'orienter leur propre développement.

Le document qui sera soumis à la discussion des membres du PQ soulève également des réflexions sur un accroissement des services de transport aérien, sur une révision des programmes d'aide agricole, sur l'accès à Internet à haute vitesse et sur une collaboration étroite avec les communautés du Grand Nord pour le développement nordique.

En matière d'énergie, Mme Marois estime que l'on doit «redresser le tir». S'il faut accorder la priorité aux énergies renouvelables, le PQ n'écarte toutefois pas la possibilité d'aller de l'avant avec l'exploration du gaz de schiste et de l'uranium. «On peut faire les deux en même temps», a-t-elle déclaré en insistant pour dire que «le Parti québécois, c'est le parti des régions».

À voir en vidéo

1 commentaire
  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 3 février 2011 16 h 25

    En bref...

    Le PQ choisira la politique à suivre selon l'opportunité offerte...Dans quels termes, selon quels principes?