Discours inaugural - Raffarin prend Charest de vitesse

Québec — Le premier ministre Jean Charest prononcera au début de février un discours inaugural dans lequel il sera question du déficit zéro, de la performance économique du Québec, du Plan Nord et d'investissements en santé.

C'est du moins ce que révèle dans son carnet Web l'ancien premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, aujourd'hui sénateur de la Vienne et représentant du président Nicolas Sarkozy auprès de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Jean-Pierre Raffarin dévoile certaines informations qu'il a obtenues lors de sa visite au caucus des députés libéraux qui a eu lieu jeudi de la semaine dernière au Manoir Saint-Castin de Lac-Beauport.

Saluant le fait que le film de Xavier Dolan, Les Amours imaginaires, qui venait d'être sélectionné pour concourir aux César dans la catégorie du meilleur film étranger, Jean-Pierre Raffarin s'épanche sur le «scénario» de la rentrée parlementaire à Québec. Dans cette entrée de son carnet daté du 23 janvier (dimanche), il décrit, sur un ton plaisant, la «distribution» de cette rentrée: «L'homme concentré: Jean Charest a préparé avec son caucus son discours inaugural, chez nous le discours de politique générale. L'ambiance était celle de la mobilisation: déficit zéro, grands projets dont "le Plan Nord" [avec visite de François Fillon], équipements de santé, résultats économiques... La concentration n'exclut pas ni la courtoisie, ni la gentillesse. Il sait qu'il peut compter sur de solides amitiés. C'est un coeur vaillant.»

Jean-Pierre Raffarin a aussi rencontré Pauline Marois le même jour qu'il s'est entretenu avec le premier ministre. Il écrit au sujet de la chef du Parti québécois: «La femme prudente: Madame Marois ne veut pas vendre la peau de l'ours... Elle prépare le rendez-vous de son parti en avril 2011, préalable à toute perspective. En multipliant ses interventions toutes les fins de semaine devant son parti, le travail de préparation se veut professionnel. Le ton est serein... La question de la souveraineté revient en force, dans une démarche construite et selon un calendrier maîtrisé. Ce parcours réfléchi passera aussi par Paris.»

Jean-Pierre Raffarin nous entretient également de la députée de Rosemont, Louise Beaudoin, active en France pour le PQ: «Une femme expérimentée: Louise Beaudoin reprend du service (si l'on peut dire). Sans renier ses amis socialistes, l'ancienne ministre des Relations internationales du Québec souhaite élargir ses réseaux parisiens et souhaite des contacts avec l'UMP. Bonne nouvelle! La relation France-Québec ne peut se réduire, en effet, à une relation partisane puisque c'est une relation de nation à nation.»

Lors de son passage au Québec, l'ancien premier ministre français a donné une conférence conjointe avec Bernard Landry devant la Chambre de commerce française au Canada, section Québec. Il le décrit ainsi: «Un homme constant: j'ai retrouvé Bernard Landry comme je l'avais connu quand nous étions tous les deux premier ministre: cultivé, chaleureux et toujours... souverainiste! La cause lui semble toujours juste et nécessaire. Les espoirs de victoires du PQ relancent le débat.»

Jean-Pierre Raffarin continue en présentant Régis Labeaume comme «un homme heureux: confidence de Régis Labeaume, le maire de Québec: "le plus beau job au Canada, c'est maire de Québec"! [...] Les projets ne manquent pas, notamment en ce qui concerne la francophonie en Amérique. Le projet de l'OIF [Organisation internationale de la Fancophonie], proposé à Montreux par Jean Charest concernant "le forum mondial de langue française", sera aussi une belle occasion pour la capitale nationale.»
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 29 janvier 2011 17 h 56

    Les raffineries

    Amusant de lire ces propos, surtout en imaginant que l'auteur était certain qu'ils allaient être lus au Québec. La valse de la diplomatie...
    Roland Berger