Jeu de chaises musicales à la FTQ-Construction

Yves Mercure et Yves Ouellet<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Yves Mercure et Yves Ouellet

Après avoir annoncé le retour au calme dans les rangs de la FTQ-Construction, voilà le syndicat reparti dans un jeu de chaises musicales de ses dirigeants. Un nouveau président est entré en fonction hier. Et le directeur général devrait être remplacé sous peu, a appris Le Devoir.

Yves Mercure a devancé son départ de la présidence de la FTQ-Construction, qui était d'abord prévu pour l'automne prochain. C'est Arnold Guérin, dont la nomination a été approuvée par l'assemblée des directeurs et représentants qui se tenait hier, qui prend la relève de M. Mercure jusqu'au prochain congrès. M. Guérin cumulera ses nouvelles fonctions avec celles de directeur général de la Fraternité inter-provinciale des ouvriers en électricité (FIPOE).

C'est à ce titre que M. Guérin a donné son aval pour que la FIPOE accorde des prêts à des entreprises dont Tony Accurso est actionnaire. Radio-Canada révélait l'automne dernier que ces investissements totaliseraient 10 millions de dollars. Un mois plus tard, M. Guérin annonçait que la FIPOE instaurait un moratoire sur tous les prêts.

Par ailleurs, M. Guérin est un proche de Jean Lavallée, qui a présidé la FTQ-Construction pendant plus de 25 ans et qui est parti en 2008 dans la controverse. M. Lavallée dirigeait également la FIPOE.

Un nouveau directeur général

Selon les informations glanées par Le Devoir, M. Guérin pourrait faire équipe avec un nouveau directeur général sous peu. Yves Ouellet, l'actuel directeur général intérimaire, était le bras droit de M. Mercure.

Le nom d'Éric Boisjoli circule. M. Boisjoli est à la section locale 791 des grutiers, le même syndicat dont était issu Jocelyn Dupuis qui a été directeur général de la FTQ-Construction pendant 11 ans. M. Dupuis est aujourd'hui poursuivi pour fraude.

Il a été impossible de recueillir les commentaires de M. Guérin. La FTQ-Construction a toutefois diffusé un communiqué dans lequel M. Guérin dit prendre très au sérieux ses fonctions, et notamment les dossiers litigieux qui secouent son syndicat depuis quelques années. Il a également salué la décision de son prédécesseur de demeurer au sein du comité exécutif à titre de secrétaire. La semaine dernière, M. Mercure a déclaré que le crime organisé était partout, y compris dans les syndicats de la construction. Hier, il a précisé qu'il avait voulu dire qu'aucun secteur de l'industrie de la construction n'est à l'abri du crime organisé.