Sondage Léger Marketing-Le Devoir -- La grogne reste forte envers le gouvernement Charest

Le temps des Fêtes et des réjouissances n'y a rien changé: les Québécois sont toujours aussi insatisfaits du gouvernement de Jean Charest. En fait, depuis octobre, le taux d'insatisfaction est collé au plafond. Il est actuellement à 75 %, identique depuis le dernier coup de sonde rendu public à la mi-décembre, révèle un nouveau sondage Léger Marketing-Le Devoir mené en collaboration avec The Gazette.

Depuis octobre, le taux de satisfaction oscille entre 18 et 20 % seulement. À titre de comparaison, à pareille date l'an dernier, ce taux de satisfaction était de 35 %, soit une chute de 16 points depuis un an. Les lecteurs du Devoir ont toutefois pu constater que cette descente s'est faite graduellement, Léger Marketing et Le Devoir étant les seuls à publier des résultats de sondage tous les mois.

«Les claques au visage, le gouvernement Charest les a reçues le printemps dernier et au début de l'automne. Depuis, la grogne est forte, et on constate que le temps des Fêtes n'y a rien changé. On se demande maintenant comment le gouvernement va faire pour rétablir le lien de confiance et sa crédibilité», dit le vice-président de Léger Marketing, Christian Bourque.

Dans les intentions de vote, c'est la stabilité. Le Parti québécois domine, avec 36 %, suivi du Parti libéral du Québec, à 29 %. L'Action démocratique du Québec a réussi à maintenir son léger rebond du dernier mois, à 14 %. Québec solidaire (10 %) et le Parti vert du Québec (7 %) suivent dans l'ordre.

Chez les francophones, l'avance du Parti québécois lui accorderait facilement un gouvernement majoritaire. Le PQ obtient 43 %, devant le PLQ (21 %), l'ADQ (15 %) et QS, à 11 %. C'est la région de Québec qui permet à l'ADQ de se maintenir, puisque le parti y récolte 39 % des intentions de vote, au premier rang, devant le PQ (28 %) et le PLQ (19 %). La marge d'erreur est toutefois plus forte dans les sous-régions.

«Le seul qui gagne depuis trois mois, c'est l'ADQ et Gérard Deltell. Pour le reste, c'est stable. Dans le cas de l'ADQ, les gains sont modestes au niveau national, mais, dans la région de Québec, c'est un bond important.»

Des chefs impopulaires


L'ambiance politique au Québec continue de malmener la popularité de tous les chefs. Depuis des mois, la réponse la plus populaire à la question «qui ferait le meilleur premier ministre?» est «ne sait pas». Encore en janvier, près de 41 % des citoyens ont dit ne pas savoir ou ont refusé de répondre.

Ils sont 17 % à avoir placé Pauline Marois en tête, suivie de Jean Charest, à 15 %. Pour la première fois, Amir Khadir, un des deux chefs de Québec solidaire, est à égalité avec le premier ministre, à 15 %. Le baromètre des personnalités politiques Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette dévoilé en décembre avait d'ailleurs montré que M. Khadir est le politicien le plus aimé au Québec, tous partis confondus. Le chef de l'ADQ, Gérard Deltell, obtient 11 %, alors que le nouveau chef du Parti vert du Québec, nommé le 21 novembre dernier, Claude Sabourin, récolte 1 %.

Le sondage a été mené du 10 au 12 janvier, auprès de 1001 personnes. Le coup de sonde Internet a été réalisé selon une méthodologie fiable et éprouvée. Les données ont été pondérées selon l'âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité et la composition du foyer. Plus de détails sur la méthodologie et les questions dans le document PDF. Un échantillon probabiliste de la même taille présenterait une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

À voir en vidéo