Élection partielle dans Kamouraska-Témiscouata - La lutte mouvementée prend fin aujourd'hui

Le suspense entourant l'élection complémentaire dans la circonscription de Kamouraska-Témiscouata prendra fin aujourd'hui. Au terme d'une campagne mouvementée, les candidats engagés dans la course à la succession de Claude Béchard, décédé en septembre dernier, se sont livrés hier à un dernier blitz de poignées de mains.

Ex-députée de Kamouraska-Témiscouata de 1985 à 1997, la libérale France Dionne tentera de reconquérir son fief. Bien qu'elle détienne une avance dans les intentions de vote, selon un sondage publié la semaine dernière, elle est talonnée de près par le candidat péquiste, André Simard, un nouveau venu en politique.

Hier matin, les deux rivaux se sont croisés puisqu'ils se sont tous deux présentés à un brunch communautaire qui se déroulait dans le village de Saint-Denis, près de La Pocatière. La vice-première ministre, Nathalie Normandeau, accompagnait France Dionne. «Ce n'est pas parce que Claude a été député pendant 13 ans que ça pourrait se traduire automatiquement par une victoire, a indiqué Mme Normandeau. Ça, on l'a compris très, très rapidement.»

Ancien directeur de l'Institut de technologie agroalimentaire, André Simard a abondamment parlé d'intégrité au cours de sa campagne, misant sur le mécontentement de la population à l'égard des libéraux éclaboussés par de multiples allégations de malversation.

Pour sa part, l'Action démocratique du Québec a lancé dans la mêlée Gérald Beaulieu, qui, lors du scrutin de 2007, avait décroché la deuxième place derrière Claude Béchard. Québec solidaire est représenté par Serge Proulx.

La lutte n'a pas été de tout repos dans Kamouraska-Témiscouata qui appartient aux libéraux depuis 1985. La tension a été particulièrement vive il y a une dizaine de jours lorsqu'une vidéo, mettant en scène des militants s'invectivant devant le local électoral de la candidate libérale, a été diffusée sur Internet. Les échanges sont tellement musclés qu'un enfant de sept ans, qui assiste à la scène, avoue qu'il a peur.

France Dionne a porté plainte à la Sûreté du Québec pour tentative d'intimidation et vol d'affiches électorales. Son adversaire André Simard a rejeté avec vigueur les accusations de son adversaire qui mettait ces incidents sur le compte de proches du Parti québécois.

***

Avec La Presse canadienne
1 commentaire
  • 93Licar - Inscrite 29 novembre 2010 16 h 35

    La dignité

    Il me semble qu'il serait tant que l'on châtie notre langage, que nos impatiences et manifestations de ras-le-bol s'apaisent un peu et que nous retrouvions une certaine dignité, citoyens comme élus!

    Le climat créé par ce Gouvernement libéral et le manque de tenue de la part tous les élus, n'incitent guère à des campagnes électorales sereines et propres et décourageront encore plus, si c'est possible, les citoyens d'aller voter lors des prochaines élections générales.

    Christiane Gervais
    Montréal/Ahuntsic