Michaud veut des excuses de Charest

Québec — Yves Michaud réclame des excuses à Jean Charest, «parrain» de la motion «scélérate» qui, le 14 décembre 2000, l'a condamné pour des propos qu'il n'a jamais tenus. Journaliste de métier, ancien député et ex-délégué du Québec à Paris, M. Michaud a noté avec joie que Jean Charest, à de multiples reprises hier, a condamné ceux qui souhaitaient «transformer notre Assemblée nationale en tribunal populaire. [...] Est-ce notre idée d'une société juste et équitable?»

Avec la motion d'il y a 10 ans, qui qualifiait les propos de M. Michaud d'antisémites, c'est précisément ce en quoi s'est muée l'Assemblée nationale. Et il s'en est plaint en vain devant plusieurs cours. Or, le chef de l'opposition de l'époque, Jean Charest, «était le "parrain" — oups! — de la motion de blâme me concernant», s'est amusé à rappeler M. Michaud hier lorsque joint par Le Devoir.

Par conséquent, M. Michaud réclame que le premier ministre présente incessamment une nouvelle motion, celle-là «réparatrice», qui corrigerait celle du 14 décembre 2000. Ce faisant, «il faudrait amender les règlements parlementaires pour qu'aucun citoyen du Québec n'ait plus à subir une telle chose». Le 27 novembre, le député de Québec solidaire Amir Khadir, dans une déclaration au Salon bleu, a qualifié d'«injustice» le vote de décembre 2000 et a annoncé son intention de déposer une motion. Début octobre, un essai, L'Affaire Michaud, chronique d'une exécution parlementaire (Septentrion), de Gaston Deschênes a rappelé cette histoire, non sans lien avec le départ de Lucien Bouchard. Certains ont offert leurs excuses à M. Michaud: Louise Beaudoin, Bernard Landry et Joseph Facal, entre autres.
3 commentaires
  • Henry Fleury - Inscrit 25 novembre 2010 04 h 56

    Trop comme pas assez !

    Là, on vous adore M. Michaud, mais le lait est à la veille de tourner en crème. Pour que M. Bouchard s'excuse, il aurait fallu que vous ayez une étude fort payante à lui offrir derrière le comptoir; pour que M. Charest s'excuse, il faudrait que vous ayez une influence notoire pour faire cesser la glissade de sa triste figure dans le fossé politique dans lequel son parti est en train de sombrer. Dans les deux cas, ce n'est pas le cas. Non, M. Michaud, c'est correct là, on vous a entendu et la ritournelle a comme assez duré. Ne nous dites pas que cette condamnation de basse-cour, par des coqs sans couilles pour la plupart, vous choque à ce point ? C'est dommage qu'une chose comme celle-là vous soit arrivée, d'accords avec vous, mais petit pays, petites valeurs. Ne cherchez pas plus loin et le Salon du livre est terminé.

  • Michel Page - Inscrit 25 novembre 2010 12 h 32

    Que l'Assemblée nationale présente des excuses à Monsieur Michaud

    Essentiellement,
    Présenter des excuses s'impose pour deux raisons:
    1. par respect pour un démocrate Monsieur Michaud qui a sans aucun doute souffert du traumatisme causé;
    2. pour éviter que la chose se répète, surtout tant et aussi longtemps que de petits politiciens du genre de charest se présentent en politique.

    Bien votre

  • Nelson - Inscrit 25 novembre 2010 18 h 27

    M. Michaud, attention avec la sensibilité hyper-sensible des communautés culturelles.

    Il faut apprendre des événements pénibles vécus par vous et M. Parizeau, concernant des déclarations SANS AUCUNE MAUVAISE INTENTION que vous avez faits concernant des communautés culturelles, amplement utilisés par vos adversaires politiques, et depuis des années.

    Les membres des communautés culturelles sont extrêmement sensibles à tout commentaire ou opinion, de prêt ou de loin, en lien avec ceux qu'eux considérent des ''réalités a eux'', exclusivement.

    Il est un terrain extrêmement sensible (archaique et très primaire) celui que concerne les cultures, les races, les langues, les religions, les ethnies.

    La meilleure preuve est celle du peuple québeçois que après cinq siècles du début de la colonisation, et entouré de 98% d'anglophones...refuse à s'assimiler ou à lâcher sa langue et la culture...et la plus part voudrait être un pays indépendant justement pour conserver leur identité comme peuple.

    Attention donc avec les susceptibilités ethniques, culturels, historiques, raciaux, religieuses, que facilement nous pouvons tous nous sentir menacés, et même, attaqués.

    LES TRÈS DISGRACIEUX ÉVÉNEMENTS VÉCUS PAR VOUS ET PAR MONSIEUR PARIZEAU SE SITUENT DANS CES REGISTRES, HAUTEMENT ÉMOTIFS ET BEAUCOUP DANS LES DOMAINES DE L'INCONSCIENT.