Legault est déçu du refus de Facal

Dans sa chronique publiée hier, M. Facal annonce qu'il ne rejoindra pas le mouvement politique de M. Legault.<br />
Photo: Bazzo.tv Dans sa chronique publiée hier, M. Facal annonce qu'il ne rejoindra pas le mouvement politique de M. Legault.

Québec — François Legault ne baisse pas les bras malgré la décision de son ancien collègue Joseph Facal de bouder son groupe de réflexion politique.

Dans sa chronique publiée hier dans Le Journal de Montréal, M. Facal annonce qu'il ne rejoindra pas le mouvement politique de M. Legault, un coup dur pour ceux qui espéraient voir les deux anciens ministres péquistes revenir en tandem dans l'arène politique.

«Réflexion faite, je ne me joindrai pas à l'initiative de M. Legault, écrit M. Facal. Nous partageons plusieurs points de vue, mais nous ne faisons pas la même lecture de ce qu'il convient de faire à l'heure actuelle.»

En entrevue à La Presse canadienne, M. Legault a dit être déçu de la décision de l'ancien président du Conseil du trésor avec qui il a eu un entretien la semaine dernière. Comme Joseph Facal, M. Legault a refusé de fournir des détails sur la nature de leurs différends.

«J'ai beaucoup d'estime pour Joseph Facal, mais c'est sa décision. Ce sera à lui d'expliquer ce qu'il propose. Nous, on va proposer quelque chose et si lui veut avancer autre chose, eh bien, il proposera autre chose. Je suis évidemment déçu de sa décision», a confié celui qui préfère l'étiquette «gauche efficace» à celle de «centre droit».

Mais aussi regrettable qu'elle soit, la décision de M. Facal ne compromet d'aucune façon la réflexion en cours, a soutenu M. Legault, empressé de dissiper tout doute sur la vitalité de son mouvement politique en gestation depuis des mois.

«Ça ne change pas. Je peux vous assurer que je ne renonce pas à ma volonté de réunir des personnes pour former un mouvement. Cette décision de Joseph Facal ne change rien dans les objectifs que je me suis donnés, et je compte bien y arriver», a-t-il affirmé.

L'ex-ministre de l'Éducation dit avoir réuni jusqu'à présent une quinzaine de personnalités autour de son projet de manifeste politique. D'autres rencontres figurent à l'agenda pour les prochains jours.

Pour l'heure, M. Legault préfère garder le secret sur l'offre politique que concocte son groupe de réflexion et sur le moment où il présentera son manifeste.

«Ce n'est pas simple de mettre tout le monde d'accord sur un texte, a-t-il convenu. Je ne veux pas fixer de date. J'ai encore des rencontres cette semaine et la semaine prochaine. Quand j'aurai terminé de voir toutes les personnes que je veux rencontrer, puis qu'on se sera entendus sur ce qu'on veut faire, je sortirai. Mais je ne veux rien bousculer», a-t-il dit.

Le député indépendant Éric Caire, qui semblait attendre avec impatience le retour en politique du duo Legault-Facal pour quitter les lignes de côtés, s'interroge sur les causes de cette union ratée.

«C'est bizarre. M. Legault vient de se faire dire non par l'une des personnes les plus influentes au Québec. Pourquoi donc? Facal est celui qui tient le discours politique le plus juste à l'heure actuelle au Québec», a fait valoir l'ancien adéquiste.
14 commentaires
  • helene poisson - Inscrite 23 novembre 2010 01 h 45

    Lettre ouverte à M. Facal

    M. Facal,

    vous n'avez pas besoin de persister dans votre ''collaboration'' au Journal de Montréal pour boucler votre budget hebdomadaire.

    Cette persistance à faire copain-copain avec PKP est, selon moi, plutôt révélatrice de votre vision myope du couple information-démocratie dans le Québec réel d'aujourd'hui. Libre à vous de jouer ce rôle de pion. (Pour ne pas utiliser cet autre mot de quatre lettres commençant par un ''s' et se terminant par un ''b'')

    Pour Noël, j'espère que votre boss vous donnera un laisser-passer pour Le Banquier, pour ouvrir des valises...vides.

    Consolez-vous, Éric Caire voudrait être ami avec vous. Et Denis Coderre ne saurait tarder.

    Ceci étant dit, je reconnais votre contribution passée à l'enfantement d'un état québécois moderne, jusqu'à votre démission. Après toutes ces années, c'est votre droit strict d'adhérer au club des ex. Bonne retraite même si vous êtes encore bien jeune.

  • pierre savard - Inscrit 23 novembre 2010 06 h 01

    Que Legault continue

    Il faut que Legault continue son travail. Nous en avons besoin. PQ et PLQ n'ont plus de crédibilité. Le PQ ne sera même pas capable de remporter la partielle dans Kamouraska !!!! Pas possible ! L'ADQ est à 25 % dans Kamouraska ! Il faut qu'on fase qqchose sinon on va se retrouver avec un autre gouvernement libéral dans deux ans. Le peuple veut une alternative.

  • Jean St-Jacques - Inscrite 23 novembre 2010 07 h 55

    Facal a compris

    Facal a compris que l'union fait la force. Legault devrait aussi comprendre qu'il est dans l'erreur car il fait un tort immense à lui et au PQ. Il n'ira pas loin et reviendra au bercail.

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 23 novembre 2010 08 h 26

    Les légoistes

    Pour M. Legault, millionnaire, ce nouveau parti n'est qu'un violon d'Ingres qu'il veut se donner.
    Pendant des années, M. Legault a été au gouvernement avec le PQ. Il a été ministre. Ministre de l'éducation entre autre. Qu'a-t-il fait de si remarquable? Qu'a-t-il proposé de si exceptionnel?
    Il n'a pas même été capable de devancer ni Boisclair ni Marois comme chef.
    De plus, vouloir ignorer la question nationale est complètement aberrant. Dans tous les domaines, Ottawa a son mot à dire. Par exemple, le gaz de schiste. Si nous voulons en vendre aux USA, il faut passer par Ottawa. Si nous voulons établir des alliances avec l'EU, il faut passer par Ottawa. Si Ottawa dépense 35 milliards pour des avions de chasse, il nous faut payer. Si Ottawa décide de prolonger le séjour des troupes en Afghanistan, nous nous devons d’accepter. Alors dire que l'on va ignorer la question nationale, c'est déjà berner la population à des fins purement électoralistes...comme le fait le gouvernement Charest.
    A-t-on vraiment besoin de cela?

  • Côté Marcel - Inscrit 23 novembre 2010 08 h 59

    ROND,ROND,ROND,PETIT ROND.

    Bonjour.
    Pour M,Facal il est un personnage politique, et je tiens à être précit sur le mot politique où personnage politique que quand on est pas convaincu d'une chose vos mieux être en dehors de la joute politique.
    J'ai une proposition à M.Facal pour que il arrête de virer en rond, et en rond et de regarder derrière lui tout les premiers ministres de Papineau à 2010 dans le système de confédération et de fédération des provinces et des trois-territoires et dans un système Monarchique ou le Québec à eu la reconnaissance de la société du Bas-Canada 1791-1840 .
    L'Acte constitutionnel modifie l'Acte de Québec de 1774.Création de 2 entités distinctes:LE HAUT ET LE BAS CANADA.Le tout constitue UN BEAU CADEAUX aux Canadien Francais concu et octroyé à cause du contexte d'agitation dans lequel se trouvait l'Amérique du Nord et les Britanniques savait fort bien que si les Canadien Francais s'associaient aux Américains,elle risquait de tout perdre:le Canada et les 13 colonie et le Québec a sauver le Canada.

    Les pouvoirs accordés par l'Acte constitutionnel et les évènement de 1837-38 la constitution à toujours été des étapes de l'affrontement les 92 résolutions de 1834 ,les 10 résolutions de Russel(6-Mars 1837)et la méfiance s'installe dans le BAS-CANADA ( QUÉBEC) et voilà de Papineau à 2010 bien le Québec a toujours perdu dans les changement constitutionnelle.

    M. Facal pour bien faire les choses et pour le respect de la population du Québec qui a défendu les terres du Canada il sagit de proposer au gouvernement fédéral une entente constitutionnelle Québec et Ottawa comme État qui va respecté les spécificités du québec comme État et si l'entente constitutionnelle est refuser par le gouvernement fédéral bien dans les trente jours qui suivent le refus de l'entente bien le Québec va faire sécession avec la Monarchie Britannique car 401 ans de négociation à une Nation pour ce faire reconnaître comme peuple bien c'est as