Ligne à haute tension de la Romaine - Québec imploré de dire non au BAPE et d'épargner trois aires protégées

Nature Québec a réclamé hier du ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, qu'il balaie du revers de la main la «recommandation contraire à la loi» que vient de lui faire la commission du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Cette dernière a proposé à Québec de faire passer la ligne à haute tension de la Romaine à travers trois aires protégées, dont la réserve écologique Matamec.

La loi québécoise protège davantage les réserves écologiques que les parcs nationaux. Personne ne peut même y pénétrer sans une autorisation du sous-ministre de l'Environnement afin de protéger leur intégrité.

«On croyait qu'avec Orford, a déclaré Mélanie Desrochers, responsable de la commission des aires protégées chez Nature Québec, plus un seul politicien n'oserait s'attaquer aux aires protégées, qui protègent des écosystèmes essentiels pour notre bien-être et celui des générations futures. On n'avait pas prévu qu'une commission du BAPE puisse faire une recommandation contraire à la loi. Et tout cela, pendant que la planète se réunit à Nagoya au Japon, pour trouver une solution è un problème qui nous menace tous, le recul dramatique de la biodiversité.»

La commission du BAPE, qui s'est penchée sur le projet de ligne à haute tension en provenance du futur complexe de la Romaine, a proposé à Québec d'enlever le statut juridique de réserve écologique au territoire occupé éventuellement par la ligne. Cette fiction juridique a évidemment les mêmes effets que d'autoriser le passage de la ligne dans la réserve, dont l'intégrité serait concrètement menacée par ce corridor, où la végétation serait artificialisée sous les lourds équipements en hauteur.

Souvent, note de son côté, Charles-Antoine Drolet, vice-président de Nature Québec, les ministres de l'Environnement ont édulcoré les recommandations du BAPE. Cette fois, dit-il, «le ministre Arcand doit se lever et exiger d'Hydro-Québec un tracé alternatif qui respecte le caractère inviolable des aires protégées, ce que n'a pas osé faire le BAPE», qui prend un nouveau coup pour sa crédibilité.

À voir en vidéo