Longueuil confie les relations avec le gouvernement à un ex-employé du cabinet du premier ministre

Québec — Jacques Tétrault deviendra lundi «chef de service» à la direction générale de la Ville de Longueuil, a appris Le Devoir. L'ancien animateur de radio, qui a été attaché de presse de Marc Bellemare d'avril 2003 à la démission de ce dernier presque un an plus tard, fut, de 2004 à 2008, employé du cabinet du premier ministre Charest. Il sera chargé de «planification stratégique et affaires gouvernementales» pour Longueuil et travaillera donc, comme fonctionnaire, pour la mairesse Caroline Saint-Hilaire, ancienne députée bloquiste et épouse de l'actuel député péquiste de Bourget, Maka Kotto.

Joint hier, M. Tétrault a refusé de commenter son embauche avant son entrée en poste. Celui qui, à la commission Bastarache, a totalement contredit la version de l'ancien ministre de la Justice, occupait depuis septembre 2008 le poste de directeur-conseil chez Optimum Relations publiques, une division de la firme Cossette. Pour Optimum, il a notamment été porte-parole, en début d'année, pour la firme de génie-conseil BPR, accusée d'avoir violé la loi sur le lobbyisme.

Comme fonctionnaire à Longueuil, pour les années 2010 et 2011, son salaire annuel est fixé à 135 000 $, montant auquel s'ajoute une prime de 9 % puisque comme employé contractuel, il ne bénéficie pas du régime de retraite de la Ville. Son contrat se termine le 31 octobre 2013 et aucun renouvellement automatique n'est prévu. S'il était remercié avant le 30 avril 2013, il aurait droit à six mois de salaire.

La nomination de M. Tétrault a été entérinée par le comité exécutif de Longueuil, réuni en séance extraordinaire le 19 octobre. Au procès-verbal, on présente la chose comme la «création» d'un poste. Le directeur général de la Ville, Guy Benedetti, a soutenu hier que ce n'était «pas vraiment le cas» puisque celui-ci avait existé, avant d'être aboli par l'administration précédente. Depuis, c'est un consultant externe qui a effectué les tâches de planification et «d'affaires gouvernementales».

Ce dernier vocable ne signifie pas que M. Tétrault sera un «lobbyiste» pour Longueuil auprès du gouvernement pour lequel il a travaillé pendant cinq ans, a précisé M. Benedetti. M. Tétrault aidera la nouvelle administration à faire des «choix cohérents» et prendra contact à l'occasion auprès des ministères avec lesquels la Ville traite le plus souvent, soit ceux des Affaires municipales, de l'Environnement et des Transports. Hugo D'Amours, l'attaché de presse du premier ministre, ignorait tout de l'embauche de M. Tétrault à Longueuil. «Nous, de toute façon, dans les villes, on fait affaire avec les maires, pas les fonctionnaires», a noté M. D'Amours.

Si le contrat d'embauche de M. Tétrault exige de lui l'exclusivité, la Ville lui permet cependant d'accepter des charges de cours à l'université, «notamment à l'Université de Sherbrooke, campus de Longueuil». M. Tétrault donne actuellement le cours Communication politique au Département des lettres et communications de l'UdeS.
1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 29 octobre 2010 10 h 24

    Choix douteux

    A moins que M. Tétraullt ait une vraie âme de mercenaire, 100% loyal envers celui qui la paye, mais n'ayant aucune idée ou aucun principe personnel.