Sam Hamad dévoile les secrets de l'unité anticollusion

Soudainement, hier matin, le nombre d'employés et le budget de l'unité anticollusion du ministère des Transports du Québec ont cessé d'être des secrets d'État. À l'Assemblée nationale, le ministre Sam Hamad a affirmé que l'unité dirigée par Jacques Duchesneau emploie une dizaine de personnes et fonctionne avec un budget annuel d'environ deux millions de dollars.

Des informations que le gouvernement gardait pourtant obstinément secrètes depuis plusieurs semaines. Le Devoir avait tenté d'obtenir ces chiffres par l'entremise de la loi d'accès à l'information, mais le ministère des Transports avait refusé net, invoquant la «sécurité nationale» comme prétexte. Même s'il s'agit de fonds publics, le ministère affirmait que connaître le budget et le nombre de personnes affectées à l'unité anticollusion mettrait la sécurité de ces individus en danger.

Or il semble que le ministre des Transports n'en soit pas aussi convaincu que ses fonctionnaires. Questionné à l'Assemblée nationale par le député péquiste Nicolas Girard, Sam Hamad a révélé toutes les informations hier. «Le budget de M. Duchesneau, c'est deux millions de dollars par année. Il y a une dizaine de personnes qui travaillent directement ou indirectement avec M. Duchesneau pour réaliser ce mandat», a-t-il dit.

Le salaire de Jacques Duchesneau, qui n'a pas été confirmé par le ministre hier, serait de 203 942 $.

Sam Hamad a soutenu que l'unité anticollusion ne fait pas que réviser les contrats accordés par le ministère des Transports, puisqu'elle fait aussi des «enquêtes». «Ce travail-là est confidentiel», a dit le ministre, ajoutant que, si des dossiers anormaux sont découverts, la Sûreté du Québec entre dans la danse. Son mandat serait ainsi complémentaire à l'opération Marteau.

Le porte-parole du Parti québécois en matière de transports, Nicolas Girard, a affirmé qu'avec à peine une dizaine de personnes à son emploi, l'unité anticollusion pourrait bien n'être qu'une simple diversion. «Les Québécois sont tannés, a-t-il dit. On veut une commission d'enquête sur l'industrie de la construction, puis on a une unité anticollusion qui est visiblement dysfonctionnelle. Est-ce que c'est une coquille vide pour masquer la volonté du gouvernement de refuser une commission d'enquête?» Sam Hamad a répliqué que l'unité anticollusion «fait son travail».
 
3 commentaires
  • Denis Miron - Inscrit 28 octobre 2010 05 h 34

    «L'industrie de la corruption», un PPP de l'ombre? Mafiocratie?

    Comment l’industrie de la corruption au Québec peut-elle être gêné dans son fonctionnement par l’escouade antisolution alors que la commission Bastarrache nous révèle l’énorme porosité entre le le politique et le judiciaire. Ce gouvernement aura fort faire maintenant pour nous prouver que l’Opération Marteau n’est pas seulement qu’une Opération Valise. Est-ce que «l’industrie de la corruption » fonctionne en mode PPP?

  • 54lili - Inscrit 28 octobre 2010 09 h 22

    le ménage impossible..

    Mme Marois a promis une commission d'enquête publique sur la construction quand elle sera au pouvoir.
    Quand on sait que le PLQ a placé tous ses pions dans les hautes spères de l'état ainsi qu'à la magistrature, il sera pratiquement impossible d'avoir la vérité dans cette enquête. Comme avec l'escouade petit Marteau, ce ne sera que des petits poissons qui seront pris.
    Surtout maintenant avec la mafia qui y est mêlé, la seule alternative à ce pouvoir occulte serait des manifestations comme les Français.
    Sauf qu'ici, les médias préfèrent (sauf Le Devoir et Vigile et quelques autres) occuper la population avec des nouvelles à la queu leu leu comme aux heures de trafic du matin et du soir.

  • alen - Inscrit 28 octobre 2010 11 h 02

    Étrange suite de choses...

    En effet, il faut se rappeler que c'est l'effondrement d'un viaduc à Laval qui a déclanché la ruée tête baissée des libéraux dans la construction de routes, ponts, chaussés, et tout ce que vous voulez.

    Effondrement d'un pont mal bâti à l'époque par on ne sait plus trop quels contracteurs... Il y a des informations comme ça qui se perdent... C'est bien pratique en cas de catastrophe...

    Alors, faut surtout pas de Commission trop vite... faut attendre que l'information se perde...