Élections partielles au Québec - Chrétien prend le crédit des victoires libérales

Ottawa — Le premier ministre Jean Chrétien s'est réjoui hier des deux victoires libérales aux élections partielles de la veille, les attribuant aux initiatives prises par son gouvernement au cours des derniers mois — et non à l'effet «Paul Martin».

«Depuis un an et demi, deux ans, on est toujours en haut de 50 % au Québec, alors ça s'est matérialisé à l'élection», a commenté M. Chrétien avant d'entrer dans une réunion du cabinet.

Les candidats libéraux ont récolté plus de 55 % des voix lors des scrutins tenus lundi dans les circonscriptions de Lévis-et-Chutes-de-la-Chaudière ainsi que de Témiscamingue, surclassant de plus de 20 points leurs adversaires du Bloc québécois. Le taux de participation a toutefois été faible: moins de 30 % dans les deux régions.

«Ça montre que les gens sont satisfaits du gouvernement», a ajouté le premier ministre, en rejetant l'hypothèse que la popularité actuelle de Jean Charest et de Paul Martin au Québec ait pu jouer un quelconque rôle dans la victoire libérale.

Aux dernières élections partielles, en décembre, les libéraux n'avaient pas réussi à ravir au Bloc les comtés de Berthier-Montcalm et de Lac-Saint-Jean-Saguenay.

«Je pense que nos politiques sont tout à fait acceptables aux yeux des Québécois», a estimé Jean Chrétien, faisant allusion à la ratification par Ottawa du protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre et à la non-participation du Canada à la guerre contre l'Irak — des décisions qui ont été bien accueillies au Québec.