Réseau Liberté-Québec: la droite québécoise ferme et assumée

Le député conservateur Maxime Bernier sera du premier événement de Réseau Liberté-Québec aujourd’hui.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le député conservateur Maxime Bernier sera du premier événement de Réseau Liberté-Québec aujourd’hui.

Québec — S'il trouve ses racines dans l'Action démocratique du Québec (ADQ), le Réseau Liberté-Québec, qui tient aujourd'hui son premier événement, paraît plus à droite, plus idéologue et plus proche du Canada anglais que l'ancien parti de Mario Dumont.

«Pour l'instant, ils semblent aller plus loin que la droite québécoise que l'on connaît», affirme Frédéric Boily un expert de la droite basé à l'Université de l'Alberta.

En fait foi, dit-il, la participation à leur événement du chroniqueur Ezra Levant, qui est associé à un courant «très dur» de la droite canadienne. Le RLQ, ajoute M. Boily, cherche à se donner une crédibilité intellectuelle comme l'a fait dans l'ouest le mouvement conservateur avec la création du Manning Center for Building Democracy, un think tank de droite.

«Le reproche qu'on a souvent fait à l'ADQ de Mario Dumont est qu'il n'avait pas assez d'armature intellectuelle. Tout tournait autour du chef, son équipe était faible et ses idées, mal articulées.»

Une hypothèse confirmée par les propos d'un des fondateurs du RLQ, Roy Eappen, qui, dans une entrevue au magazine Maclean's, a affirmé que le RLQ était «similaire au Manning Center».

Au moins trois des six cofondateurs du RLQ sont des figures bien connues de l'ADQ: l'ancien conseiller de Dumont et chroniqueur Éric Duhaime, la réalisatrice du documentaire L'Illusion tranquille, Joanne Marcotte et Ian Sénéchal, un ancien candidat du parti.

Parmi les autres, on retrouve aussi le Dr Roy Eappen, un médecin de Montréal qui intervient souvent dans les médias anglophones. En visitant son blogue (http://torydrroy.blogspot.com), on a pu apprendre que M. Eappen en a contre les «stalinistes» de l'environnement et est très attaché à la reine d'Angleterre ainsi qu'à Conrad Black. Le National Post (qui a été fondé par M. Black) a par ailleurs la faveur du RLQ puisque deux de ses invités y travaillent, Adam Daifallah et Tasha Kheiriddin.

Lorsqu'on lui demande si la droite québécoise a besoin de la droite canadienne pour se définir, Éric Duhaime rétorque que «c'est important pour le Canada anglais d'avoir un son de cloche de ce qui se passe au Québec» et que le Québec sache «ce qui se fait de bien» au Canada anglais.

Pour brasser des idées, le RLQ a également convié le conservateur Maxime Bernier, ainsi que l'ancien ministre péquiste Jacques Brassard, qui conteste l'existence du réchauffement climatique.

D'après M. Duhaime, les ex-péquistes François Legault et Joseph Facal, qui jonglent avec l'idée de fonder un nouveau parti de droite, ont tous les deux été invités à participer à l'événement d'aujourd'hui mais ont refusé de venir.

Un refus peu étonnant selon Frédéric Boily en raison de la présence de personnalités controversées, comme l'animateur de radio Jeff Fillion notamment. «Ils ont probablement l'impression qu'il y a un risque de dérapages», dit-il.

Éric Duhaime, qui dînait justement avec Jeff Fillion le jour de notre entretien, a déjà écrit dans Le Journal de Montréal qu'il fallait réhabiliter M. Fillion parce qu'il était le meilleur animateur de sa génération. M. Fillion doit d'ailleurs participer à la journée de demain, tout comme l'animateur de CHOI-FM Dominic Maurais et l'animatrice du Saguenay Myriam Ségal. Une autre figure bien connue de la radio de droite à Québec, Sylvain Bouchard, a aussi été invité, mais aurait décidé de ne pas venir.

Éric Duhaime n'est pas peu fier du succès de son événement, qui affiche complet depuis plusieurs jours. D'après lui, la plupart des participants ont entre 30 et 35 ans, sont des gens branchés et actifs sur les réseaux sociaux, 95 % des inscriptions ayant été effectuées par Internet. On estime enfin à 25 % les gens venant de l'extérieur de Québec.

Pour lui, l'heure est grave. «Il faut que les gens assument leurs convictions. Au Québec, ça fait 50 ans que la droite est traitée comme une maladie honteuse. Il faut que ça arrête!»

De son expérience à l'ADQ, il a retenu que les partis politiques sont limités. À titre d'exemple, dit-il, aucun parti politique ne peut dénoncer publiquement une subvention à une entreprise sans compromettre l'avenir du député ou du candidat de la région concernée. Aucun parti n'a osé critiquer le contrat donné à Bombardier, qui était une véritable subvention déguisée. Selon lui, c'est à l'extérieur des partis politiques qu'on peut «peut-être changer les choses». «Je vais là parce que je veux que mes idées avancent.»
59 commentaires
  • - Abonné 23 octobre 2010 01 h 52

    Les leçons de l'histoire sont implacables...

    Réseau Liberté-Québec
    Pour tous ceux dont la démarche est sincère et honnête, le Réseau Liberté-Québec risque fort de décevoir, amèrement.
    Il ne suffit pas de se draper du mot Liberté pour qu'elle survienne.
    Prenez le temps d'étudier l'histoire de l'Angleterre des trente dernières années. Allez voir les politiques que Margaret Tarcher et Tony Blair ont appliquées. Vous serez estomaqués d'y trouver les idées dont le Réseau Liberté-Québec fait aujourd'hui la promotion : un État aminci, des marchés concurrentiels, la « liberté » de choix...
    La catastrophe économique que connaît cette Angleterre qui a fait les manchettes cette semaine est la suite logique des idées dont le RLQ fait aujourd'hui la promotion.
    Plus on donnera d'espace aux forces du marché, plus on restreindra l'espace laissé aux individus. On aspire tous à la liberté, mais celle que réclame le RLQ est un leurre. Les Anglais le réalisent brutalement aujourd'hui.
    Attention, ce n'est pas parce que vous vous retrouverez dix, cent ou mille dans un même lieu, cette fin de semaine ci, à penser de la même façon que la Vérité sera immanquablement de votre côté. Des millions de Britanniques ont été subjugués par les sirènes néolibérales, le naufrage est aujourd'hui stupéfiant.
    Désolé, le Réseau Liberté-Québec n'a rien inventé. Si les mots réseau, liberté et Québec pris séparément peuvent faire rêver, ils ne forment ici qu'un bien triste jeu de mots.
    Les leçons de l'histoire sont implacables, relisez celle récente de l'Angleterre.

  • André Loiseau - Abonné 23 octobre 2010 07 h 47

    Vve la liberté

    Nous savons maintenant à qui nous devrons faire face. Les pions sont alignés. Il ne manquera pas d'importants chefs d'entreprises ni de gros financiers échus des "paradis fiscaux" pour les financer, si les sondages les favorisent encore un moment. Et nous verrons plusieurs noms connus, de carriéristes vedettes surgir de l'ombre. Si l'extrême gauche fut extraite du PQ, l'extrême droite le sera itou... Et les moutons seront bien gardés.

  • ysengrimus - Inscrit 23 octobre 2010 07 h 52

    Les louvoiements de Facal et Cie

    "les ex-péquistes François Legault et Joseph Facal, qui jonglent avec l'idée de fonder un nouveau parti de droite, ont tous les deux été invités à participer à l'événement d'aujourd'hui mais ont refusé de venir. "

    On veux-tu se faire dire de continuer de payer plus en recevant moins pour, ainsi, mieux engraisser le privé. Franchement... L’art de la nouvelle-pas-si-nouvelle-droite de tenter de renouveler son allure nouvelle sans venir aux nouvelles et prendre la nouvelle qu’on ne veut pas des nouvelles-vieilles-idées de la si publicisée et claironnée et médiatisée nouvelle-droite. Pas surpris au demeurant que cela soit relayé par la «fameuse» maison de production Bazou-Bazzo-vieille-nouvelle-droite-pas-si-nouvelle, fausse penseuse nouvelle, s’il en fut… claironnante promotrice d’autrefois de l’oublié André Boisclair, ex-champion rhétoriqueur creux de ces pulsions nouvelle-droite dans le gros ventre gangrené et putride du PQ. Pas étonné non plus qu’ils aient tassé le petit Dumont, populiste foufou, flambé comme un carcajou, quand la ligne actuelle de ce «nouveau» mouvement c’est le louvoiement. Pourquoi ne pas admettre ouvertement, candidement, qu’il s’agit d’un parti de droite-droite bien rigide et bien cynique visant à ploutocratiser encore plus le Québec et à servir ouvertement la bourgeoisie. Bouchard, l’éternel crypto-conservateur. Legault, le vire-capot. Facal le réac fiscal. Pourquoi louvoyer ainsi et ballonner tous ces ballons. Messieurs, s’il-vous-plait…

    Et si les médias en parlent tant, c’est parce que les médias servent les mêmes maîtres que ce futur parti, pardi.
    Paul Laurendeau

  • Serge William - Inscrit 23 octobre 2010 08 h 04

    La de-d'ouate

    Nous avions la go-gauche, nous avons maintenant la de-d'ouate.

  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 23 octobre 2010 08 h 20

    La plaie de Québec

    Véritable plaie réactionnaire dans le paysage politique québécois, pas surprenant que la «pure, la franco, la catho, la xénophobe» Québec reçoivent ce gratin de réactionnaires.
    Ne banalisons pas ce mouvement basé sur les demie-vérités, les peurs, les amalagmes au plan économique qui seront utilisées à outrance en utilisant la maxime mussolinienne : »L'individu n,a pas à réfléchir, il n,a à croire». Il y a de tout dans cette auberge espagnole pour lancer une plate-forme idéologique qui doit nous tenir sur nos gardes à tous les instants.
    Le fanatique réactionnaire et méprisant personnage Jacques Brassard en mission contre les écologistes et les Musulmans,

    Un invité de Toronto, croisé Sioniste, Ezra Levant, dont la journaliste n'a manifestement pas fait beaucoup de recherches sur ses écrits et sur quels sites d'opinions ses discours sont récupérés.
    La Johanne Marcotte, qui tout récemment sur la tribune de Christiane Charette à R.C déclarait que «le Tea Party n'était pas suffisamment à droite pour le mouvement» qu'elle lance. Ce qui avait fait bondir Michael Fortier présent ce matin là. C'est peu dire !

    Est-ce nécessaire de représenter J.F.Fillion ? Qui avait trouvé la «solution finale» pour régler le cas des handicapés mentaux dans les hopîtaux psychiatriques !!!!!!!!!!

    Notre distributeur de Joe Louis, M. Bernier, qui laisse traîner des valises top secret au plan militaire comme un enfant de 5 ans laisse traîner ses camions dans le carré de sable.

    Il y aura de tout dans ce mouvement, du Québec bashing, de l'islamophobie, du sionisme, des distributions de couleuvres à profusion, la promotion des mesures de sécurité pour brimer encore plus nos droits(au fait il y a pas le mot Liberté????? dans ce mouvement, Un peu plus de fric pour le militarisme, plus de prisons, et la vente du parlement à une firme de Calgary.

    Misère de misère. Il y a de l'ouvrage, mais seul sont perdus les combats qu'on ne livre pas