Nouveau mouvement politique - Legault, Facal et Bouchard exaspérés

Québec — Heureux de l'intérêt que suscite son idée de nouveau mouvement politique, François Legault s'est toutefois montré exaspéré hier par l'ampleur «exagérée» que l'affaire a prise dans les médias. «On est rendu trop loin», a-t-il dit, remettant même la publication d'un manifeste en question: «Il n'y a rien de convenu! On a évoqué différentes possibilités de contribuer au débat public, mais on ne sait pas encore quelle forme ça pourrait prendre... si ça prend une forme.» Lucien Bouchard a quant à lui catégoriquement nié des informations publiées hier dans La Presse, par la voie d'une porte-parole: «Il ne joue aucun rôle dans cette démarche, n'a pas l'intention d'y participer et encore moins d'agir comme collecteur de fonds.»

L'autre prétendue tête d'affiche du groupe, Joseph Facal, s'est refusé à toute confirmation, hier. Au bas d'un des articles de son blogue, l'ancien ministre a écrit: «Je reste tout de même maître de ma parole, non?» Professeur à HEC, M. Facal doit prononcer une conférence-bénéfice le 29 octobre pour L'Action nationale. Sur son blogue, il a précisé qu'il ne reniait pas ses convictions souverainistes, mais a déploré que lorsqu'un souverainiste «en vient à la conclusion qu'il n'est pas sage de continuer à faire semblant [que c'est] pour la semaine prochaine, la question devient: que faire? [...] Je constate que le simple fait de se poser la question est un grave crime pour certains. Dommage.» Récemment, M. Facal n'écartait pas la possibilité d'être présent au congrès du PQ prévu pour mars 2011. Hier, il a indiqué par courriel qu'il n'avait toujours pas renouvelé sa carte de membre, échue depuis le 23 novembre 2008, «donc quelques mois avant notre départ pour l'étranger».

Même vague, le projet de François Legault divise les souverainistes. Un de ses anciens rédacteurs de discours du temps où il était ministre, l'historien Éric Bédard, de la Télé-Université, a décidé de ne pas le suivre. Il estime que de vouloir écarter la question nationale serait «refaire une erreur de Mario Dumont». Cette question dépasse la polarité souverainisme-fédéralisme: «Elle traverse toute notre histoire, du Parti canadien au Parti québécois, en passant par Honoré Mercier, le Parti national, l'Union nationale, etc.» Selon M. Bédard, François Legault fait aussi une mauvaise lecture du PQ actuel. D'une part, cette formation politique ne promet plus un référendum rapide. D'autre part, elle a éjecté le club politique de la gauche syndicale, le SPQ Libre: «Le PQ a toujours été une coalition», insiste M. Bédard. Ce dernier croit que l'ancien ministre aurait dû commencer par proposer ses idées lors du congrès de mars 2011. «Plusieurs d'entre elles auraient été acceptées, je crois.»

D'autres accueillent la démarche de M. Legault plus favorablement. L'ancien député péquiste de Berthier Alexandre Bourdeau écrivait hier sur son blogue que l'intérêt suscité par un tel mouvement, même embryonnaire, «démontre la difficulté du PQ de réactualiser son option souverainiste et son incapacité à remettre en question les institutions».

Par ailleurs, Joseph Facal et François Legault n'assisteront pas à la première rencontre du Réseau Liberté-Québec, le 23 octobre à Québec. Une des porte-parole de ce groupe de centre droit, Joanne Marcotte (réalisatrice du documentaire l'Illusion tranquille), a confirmé hier que les deux têtes d'affiche avaient décliné l'invitation du réseau. Elle s'est dite déçue de la décision des deux ex-ministres puisque pour plusieurs, ce sont là de «potentiels agents réformateurs du modèle québécois».
 
35 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 9 octobre 2010 02 h 32

    Dommage!

    Ce serait tellement intéressant de voir un nouveau parti politique de droite, dans sa stricte orthodoxie, à l'oeuvre.
    Imaginez! L'idéologie conservatrice dans toute sa splendeur. Déconnecter de la réalité, réfugier dans le ciel des idées et complètement sous la férule de la main invisible. Le rêve pour toutes les forces progressistes de la société en mal d'un adversaire crédible!

  • Socrate - Inscrit 9 octobre 2010 04 h 32

    bulles

    À trop se redire, on finit parfois par se répéter, et tout comme les annonces de savon, il est parfois utile de les oublier si on veut éviter de faire trop de bulles romanesques.

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 9 octobre 2010 07 h 08

    Pour aider M. Legault à recruter...

    M. Legault, si votre nouveau parti a besoin d'un chef, pourquoi ne pas faire appel à M. Denis Coderre qui est un chef-né en quête d'un groupe à diriger?
    Dans le domaine de la santé, n'oubliez pas M. Couillard qui a su bien bousiller notre CHUM lorsqu'il était ministre de la santé.
    En économie, vous avez Max Bernier que M. Harper aura tôt fait de vous larguer. Il connaît bien le milieu de la finance: c'est un beauceron. Il va vous vendre des petits gâteaux Vachon partout dans le monde.
    En éducation, il y a vous bien sûr. Vous avez l'expérience; vous avez été ministre de l'éducation. Alors peut-être pourrez-vous réparer les erreurs commises alors?
    J'avais aussi pensé à Mario Dumont. mais à la réflexion, je le pense trop intelligent pour accepter de ramer dans votre galère.
    Alors je vous dis : bon recrutement et ayez beaucoup de plaisir avec ce nouveau violon d'Ingres que vous vous donné.

  • Normand Carrier - Inscrit 9 octobre 2010 07 h 10

    Ou nous mènent ces tergiversations ?

    Mettre l'idée de souveraineté de coté comme l'avait fait Mario Dumont ne contribue a cette morosité ambiante car les électeurs ont besoin d'une idée forte ! Augmenter taxes , impôts et tarifs et réduire les services de l'état comme le préconisait l'ADQ , comme le préconise Francois Legault et comme l'essence du dernier budget du Québec est peut être nécessaire mais c'est peu mobilisateur et carrément impopulaire ....

    Les Québécois ont besoin de sortir de cette ambiance de corruption par une enquête publique et doivent se mobiliser autour d'idées fortes comme la formation d'un pays ou de développer une richesse collective qui servirait a l'enrichissement de tous ... Force est d'admettre que c'est bien mal parti dans les cas du gaz de schiste et du développement d'Old Harry ......

  • Paul Lafrance - Inscrit 9 octobre 2010 07 h 17

    Une troisième voie

    M.Legault ne peut penser à former un nouveau Parti politique d'un véritable centre droit sans entente au préalable avec l'ADQ etM.Deltell. Je suis certainement en faveur d'un Parti politique qui pense aux vrais problèmes, au lieu de s'enliser dans des rêves utopiques. L'ADQ est incontournable pour tout mouvement de droite qui songe à se politiser.