Pour se renseigner sur les gaz de schiste - Normandeau suggère maintenant le BAPE

Québec — Après avoir conseillé aux citoyens inquiétés par l'exploitation du gaz de schiste d'écouter l'information communiquée par l'industrie, la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau, insiste maintenant sur le rôle du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Pour la ministre, l'inquiétude, voire la colère qu'ont manifestées les citoyens lors de l'assemblée publique organisée par l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) à Saint-Édouard-de-Lotbinière mardi soir signifie que la population, qui a besoin d'être rassurée, a besoin d'information, ce que le BAPE leur fournira. «Ce qu'il faut faire, c'est de se donner une chance de dialoguer. Dans les circonstances, c'est précisément pour ces raisons que nous avons mandaté le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement pour qu'on puisse faire la lumière de façon objective, indépendante et scientifique sur toute la question entourant la naissance d'une filière gazière au Québec», a-t-elle affirmé.

Doté d'un mandat limité aux aspects environnementaux de l'exploitation des gaz de schiste (les enjeux économiques en sont exclus), le BAPE commencera ses travaux et consultations le 4 octobre prochain et doit remettre son rapport quatre mois plus tard, le 4 février.

À l'Assemblée nationale, la chef de l'opposition officielle, Pauline Marois, a accusé le gouvernement de «torpiller une nouvelle filière énergétique» et de «brader les ressources naturelles» du Québec.

Jean Charest s'est élevé une fois encore contre l'imposition d'un moratoire, soulignant que deux anciens ministres péquistes de l'Environnement, Jacques Brassard et André Boisclair, s'opposaient également à cette mesure. «Quel pourcentage de profit on retire d'un moratoire?» a lancé le premier ministre à la chef péquiste.

Nathalie Normandeau a tenu à rappeler que l'industrie du gaz de schiste en est encore à la phase de l'exploration et qu'aucun permis d'exploitation ne sera délivré avant le dépôt du rapport du BAPE et de l'adoption d'un projet de loi sur les hydrocarbures. «La bonne nouvelle, c'est qu'après le BAPE, il y a un projet de loi qui sera déposé à l'Assemblée nationale qui s'inspirera des recommandations du BAPE pour qu'on puisse moderniser l'encadrement législatif et réglementaire au Québec», a fait valoir la ministre.
10 commentaires
  • Amie du Richelieu - Inscrit 23 septembre 2010 07 h 20

    Comment peut-elle oser parler de dialogue!

    "Dialoguer" dit-elle! Alors qu'une quinzaine de puits sont déjà forés au Québec depuis plusieurs années. Après avoir laissé des torchères brûler pendant une centaine de jours! Alors que toute la vallée du Saint-Laurent est toute "claimée" déjà pour des peanuts! Alors que les camions "thumper" ont déjà ébranlés des citoyens dans plusieurs villes du Québec alors que même les Maires de ces dites villes n'étaient même pas au courant!

    "Dialoguer", après nous avoir fait croire que le Québec était une province aux énergies renouvelables. Après avoir fixé nos diminutions d'émissions de GES! Après avoir passé la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau en 2009 pour ensuite la donner presque aux forages profonds qui la contamineront!

    "Dialoguer" alors que l'on joue avec les mots exploration et exploitation: comment faire la différence quand un gazoduc sera prêt à fonctionner pour l'exploitation dès l'an prochain?

    Ce n'est pas un dialogue quand tout est déjà décidé à l'avance, quand la population est devant le fait accompli, quand le scénario est déjà tout écrit et la mise en scène est déjà montée.

    Johanne Dion
    Richelieu, Qc

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 23 septembre 2010 07 h 54

    LE BAPE Libéral?

    Le premier ministre Charest et sa "go for" dans le dossier du gaz de schiste la ministre Normandeau insistent un peu trop lourdement sur le fait que le Bape serait le seul habilité à juger de l'exploitation des gaz de schiste et de leur danger.
    Comme nous l'expliquait candidement Charles Rondeau à la commission Bastarache cette semaine, le parti Libéral avait la lourde tache au lendemain de l'élection de 2003 de mettre de bons Libéraux à la tête de tous les organismes para publics et de toutes les sociétés d'état faisant affaire avec le gouvernement. Tache dont s'acquittait la fameuse Mme Landry au bureau du premier ministre en vérifiant l'allégance libérale des candidats dont elle avait reçu les c.v.
    On peut donc se poser la question le BAPE serait il noyauté par le pouvoir libéral .Dans un tel cas ses conclusions seraient évidemment très peu crédibles ...

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 23 septembre 2010 08 h 27

    Gardez les gaz de schiste dormir tranquilles encore 2 à 3 ans

    - Pour laisser à notre BAPE le temps de faire ses devoirs de façon exemplaire;

    - Pour laisser les États-Unis terminer leurs propres recherches, faire leur propre consensus et s'en inspirés au besoin;

    - Pour laisser la planète devenir encore un peu plus chaude afin que tout le monde en tremble, autant les élus, les financiers crapulaires que les citoyens indifférents;

    - Il y a les changements de civilisations et il y a les changements de climat; nous vivons les deux, donnons-nous le temps d'apprendre et de réfléchir;

    -Laissons-nous le temps de voir ce que deviendra l'économie mondiale qui agonise dans ses immondices matérielles et sociétales, en faisant déjà agoniser des millions de personnes avec elle;

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 23 septembre 2010 08 h 28

    Gardez les gaz de schiste dormir tranquilles encore 2 à 3 ans (2)

    -Penchons-nous sur l'exercice en cours concernant de nouvelles lois pour l'urbanisme au Québec. Cet exercice est géré par le gouvernement de la même manière que pour les gaz de schiste, i.e. de façon ignare, manipulatrice et dénuée de toute visions. C'est une question encore plus cruciale que toutes les autres car il faut planifier désormais le développement des établissements humains. J'ai entendu dire entre les branches que, de la totalité de l'humanité ayant vécu sur la terre toutes époques confondues, de 5 à 10 % de celle-ci serait vivante en ce moment. Je suis sceptique mais enfin... Cette croissance exponentielle de notre espèce se serait produite grâce à un alignement de planètes imprévu: l'augmentation des connaissances scientifiques et l'amélioration des conditions de vie, alors que la sexualité féminine est demeurée soumise à celle des hommes, privant ainsi les femmes de leur droit de décider d'avoir le nombre d'enfants qu'elle désirent ou qu'elles sont capables de mettre au monde.

    -De toute urgence, essayons d'améliorer le système politique actuel, une création humaine qui peut et doit changer. Tout évolue, pourquoi pas les procédures improductives et l'esprit de combat de rue qui ont cours actuellement et qui nous donnent la nausée. Ils ne sont coulés dans le béton que par ceux qui en profitent.

  • M. Julien - Abonné 23 septembre 2010 08 h 35

    Mme Normandeau en réfère maintenant aux dinosaures...

    À l’évidence, la ministre Normandeau n’est pas de calibre pour travailler sur ce dossier. Elle ne dispose pas de la compétence et des connaissances requises en la matière. À preuve notamment, et entre autres inepties de sa part dans ce dossier, sa toute dernière référence à Jacques Brassard, l’ex ministre de l’environnement dans le gouvernement péquiste, comme étant en quelque sorte, selon elle, une éminence grise dans le domaine. Si M. Brassard est favorable à l’exploitation des gaz de schiste dit-elle, c’est que ce doit être bon.

    M. Brassard est un dinosaure en matière d’environnement, toute comme notre premier ministre canadien et sa horde. Plus particulièrement, il fait partie du clan des climato- sceptiques. Il nie catégoriquement l’évidence même du réchauffement climatique, alors que les faits confirment pourtant l’évidence du phénomène.

    Mme Normandeau aurait intérêt à passer le chapeau à quelqu’un d’autre avant de perdre le peu de crédibilité qu’il lui reste, si tant est qu’il lui en reste un peu