La droite appuie le Réseau Liberté-Québec

Québec — La création du Réseau Liberté-Québec (RLQ) fait en sorte que le chef de l'Action démocratique du Québec, Gérard Deltell, et l'ex-adéquiste et député indépendant de La Peltrie, Éric Caire, se retrouvent sur la même longueur d'onde: tous les deux jugent que l'émergence de ce mouvement de droite est une bonne chose.

Gérard Deltell s'est réjoui de la création de mouvement qui ne se veut pas un parti politique, mais un plutôt «un forum d'échanges et de discussions où les idées auxquelles on croit vont être débattues». Le chef adéquiste trouve que la formule est si intéressante qu'il participera, à titre de panéliste, à une journée de conférences organisée par le RLQ le 23 octobre prochain.

De son côté, Éric Caire a souligné que la droite, composée d'adéquistes, d'ex-adéquistes déçus, de conservateurs ou d'électeurs sans allégeance, doivent se retrouver dans le même bateau. «Ça fait longtemps que je dis que ça prend une coalition arc-en-ciel», a rappelé Éric Caire.

Une des fondatrices du RLQ, Joanne Marcotte, compare le mouvement à un Institut du Nouveau Monde de la droite. L'ex-députée adéquiste Marie Grégoire y voit une forme de SPQ Libre de l'ADQ.

Tea Party?

Mais par son mode d'organisation et de fonctionnement, qui s'appuie sur les nouvelles technologies de l'information (Facebook, Twitter, etc.), et par certaines de ses idées, le RLQ s'apparente au mouvement Tea Party aux États-Unis. «Sans le conservatisme social», a signalé Éric Duhaime, un des six fondateurs du RLQ. Cet ancien conseiller de Mario Dumont tient une chronique dans Le Journal de Québec et il collabore à des émissions dans huit stations de radio, dont CHOI-FM à Québec et le 98,5 FM à Montréal.

Au Québec, le conservatisme social ou moral est remplacé le nationalisme, a fait valoir Éric Duhaime. «Depuis la Révolution tranquille, on a l'impression que la gauche a le monopole du nationalisme alors que c'est une aberration dans l'histoire du Québec. Historiquement, les vrais nationalistes, c'étaient les gens plus à droite.»

Le RLQ caresse l'ambition de «redonner ses lettres de noblesse aux idées de droite qui sont ancrées dans la culture et l'histoire du Québec», a indiqué Éric Duhaime.

Le mouvement veut aussi assurer une diversité d'opinions dans les médias, a-t-il poursuivi. «Quand tu fais la promotion d'idées de droite au Québec, tu as systématiquement mauvaise presse», a avancé le chroniqueur.

C'est dans cette optique qu'un des conférenciers au premier rassemblement du RLQ est Kory Teneycke, vice-président de Quebecor et directeur de la nouvelle chaîne SUN TV News, qu'on a désignée comme le «Fox News du Nord». Éric Duhaime connaît M. Teneycke depuis 20 ans.

Alors que le Tea Party est financé par le magnat des médias et propriétaire de Fox News, Rupert Murdoch, et par les frères Koch, Quebecor ne contribue pas au financement du RLQ. Le mouvement, dont les moyens sont très modestes, ne compte que l'appui financier d'individus, a précisé M. Duhaime. Les six fondateurs ont cotisé 500 $ chacun.

À voir en vidéo