Le DGE relève des irrégularités dans la circonscription de MacMillan

Québec — Le ministre délégué des Transports, Norman MacMillan, s'est retrouvé sur la sellette, hier, à la suite d'une vérification du Directeur général des élections révélant des irrégularités dans l'association libérale de sa circonscription.

L'opération, amorcée en mars dernier et portant sur les années 2008 et 2009, a permis de constater des «anomalies», notamment que huit électeurs ayant fait des dons aux libéraux du comté de Papineau, dans l'Outaouais, étaient domiciliés à l'adresse de leur entreprise.

M. MacMillan a expliqué cette situation en affirmant que les responsables de sa campagne de financement ont sollicité des dons en adressant des lettres à des entreprises.

«Nous, on envoie des lettres aux gens, a-t-il dit. Les gens reçoivent leur lettre probablement à leur commerce. Et envoient leur chèque personnel.»

Une porte-parole du DGE, Cynthia Gagnon, a déclaré hier que les «anomalies» relevées dans la circonscription de M. MacMillan ne démontrent pas que des entreprises pourraient avoir illégalement contribué au Parti libéral du Québec.

Même si leur examen est complété, les enquêteurs doivent encore faire des vérifications supplémentaires auprès d'un contributeur sélectionné au hasard parmi les deux années vérifiées, qui n'a pas été en mesure de certifier qu'il avait fait un don à partir de ses propres biens et sans contrepartie, tel que prescrit par la loi.

M. MacMillan a reconnu son erreur hier, soutenant qu'il s'agissait d'un lapsus qui a éveillé les soupçons du DGE.

«J'étais au courant qu'une compagnie ne pouvait pas donner, a-t-il dit. Je suis au courant que des gens qui travaillent pour des compagnies choisissent de donner au Parti libéral. Je pourrais sortir ma liste des 10 dernières années et c'est toujours les mêmes qui donnent chez nous.»

La vérification du DGE a d'autre part permis de découvrir que l'allocation de fonction de M. MacMillan a servi à rembourser des frais de 4000 $ sans aucune justification.

Au terme de ses travaux, le DGE a été incapable de retracer les factures associées à ces dépenses, dont la nature n'a pas été expliquée à ses enquêteurs.

Aucune sanction n'est prévue dans de tels cas mais le DGE a recommandé à l'association libérale de Papineau d'assurer un suivi plus rigoureux des remboursements effectués, a déclaré Mme Gagnon.
2 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 8 juillet 2010 12 h 41

    Utilisateur des listes des fournisseurs du gouvernement.

    En vérifiant le personnel des fournisseurs on constate que les dons se situent entre 2000 et 3000$ depuis 2003, c'est étrange.

    Ils semblent que se soit légal d'envoyer des lettres aux fournisseurs pour financer un parti politiqueà l'entreprise comme BCIA par exemple. De toute façon c'est l'entreprise qui rembourse les employés, c'est la règle pour ces entreprises.

    http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/Libra

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 8 juillet 2010 19 h 45

    N`importe quoi.

    MacMillan et son organisation de comté se contredisent et le chef du Parti accepte n`importe quoi. Le DGE devrait mettre le point sur la table avec ces inconscients sans foi ni loi. Il faut croire que les Libéraux sont nés sur laisser- passer!