Sondage Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette - Le PQ maintient son avance

Pauline Marois
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois

Le gouvernement Charest n'a pas réussi à remonter la pente depuis un mois. Un nouveau sondage Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette montre qu'il tire toujours de l'arrière dans les intentions de vote et que le taux d'insatisfaction se maintient à un niveau record.

La démission du ministre Tony Tomassi et le projet de loi sur les écoles passerelles n'ont pas permis au gouvernement de reprendre du poil de la bête. En cette fin de session à Québec, le taux d'insatisfaction atteint 76 %, soit exactement le même résultat qu'un mois plus tôt. Près de 20 % des Québécois se disent «satisfaits» du gouvernement Charest.

En fait, le taux d'insatisfaction dépasse 70 % depuis mars dernier. «Ce sont des chiffres très durs. C'est difficile d'imaginer pire», affirme Christian Bourque, vice-président de Léger Marketing.

Dans le domaine des intentions de vote, on constate également la même stabilité depuis 30 jours. Le Parti québécois demeure en tête, avec 41 % des intentions de vote, contre 30 % pour le Parti libéral du Québec. Le PLQ a perdu un point depuis un mois, ce qui est dans la marge d'erreur. L'ADQ (13 %), Québec Solidaire (8 %) et le Parti vert du Québec (5 %) suivent dans l'ordre. Le PQ est en avance dans toutes les régions du Québec, même si la lutte est plus serrée à Montréal.

«Les libéraux ont atteint un plancher depuis deux mois. Et les gens restent sur leur position. Ça bouge peu. L'été, qui est souvent plus favorable au gouvernement parce qu'il ne se passe rien et que l'opposition est moins visible, devrait aider Charest», dit Christian Bourque.

Chez les francophones, qui décident du sort de la majorité des circonscriptions lors des élections, le Parti québécois est largement en avance, avec 49 %. Le PLQ récolte 23 % et l'ADQ, 14 %. Québec solidaire (9 %) et le Parti vert (4 %) ferment la marche.

Marois meilleure première ministre

À la question «qui ferait le meilleur premier ministre du Québec?», Pauline Marois maintient son avance. Elle récolte 25 % des intentions de vote, ce qui est comparable aux résultats du mois passé. Jean Charest reçoit 18 % d'appuis, alors qu'Amir Khadir (10 %) et Gérard Deltell (8 %) suivent. Guy Rainville, du Parti vert, est crédité de 1 %.

Encore une fois, près de 38 % des citoyens ont dit ne pas savoir ou ont refusé de répondre. «C'est constant depuis des mois, ce qui en dit long sur l'opinion des gens», dit M. Bourque.

Le sondage a été mené du 7 au 10 juin derniers, auprès de 1015 personnes. Le coup de sonde Internet a été réalisé selon une méthodologie fiable et éprouvée. Un échantillon probabiliste de la même taille présente une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Jean-François Trottier - Inscrit 14 juin 2010 04 h 11

    À propos d'Amir Khadir

    J'apprécie les qualités de M. Khadir. Mais force est de reconnaître que sa performance ne tire pas son parti vers le haut autant qu'on pourrait le penser.
    Je serais curieux de voir sa performance dans son comté par contre.

  • Carj - Inscrit 14 juin 2010 04 h 49

    La chute aux enfers des libéraux

    La chute des libéraux va se poursuivre dès que les québécois vont commencer à payer les nouvelles taxes de ce gouvernement. Pour l,instant, ce n'est que des taxes virtuelles.

    Les libéraux vont chuter dans leurs comtés traditionnels sur l'île de Montréal et dans la région de Québec (surtout). Leur clientèle traditionnel (le vote anglophone et allophone) va chuter. La sondage le laisse sous-entendre.

  • meme moi ici - Inscrite 14 juin 2010 06 h 28

    Madame marois

    même si . depuis quelques années, je ne suis plus péquiste, madame Marois m'a impressionné ces derniers temps, le pm jean charest, ne lui va pas a la cheville le pauvre néocons.... mon cheminement m'amène quand même vers QS. qu il serait bon au Québec d avoir un gouvernement PQ, avec QS a l'opposition, je pense que ce gouvernement pourrait avancer dans une bonne direction.. puisque leur volant à eux est déjà tourné du bon coté :))) alors que le néo con roule à sens unique... dans un cul de sac

  • Daniel Lévesque - Inscrit 14 juin 2010 20 h 57

    Pq? Pas fort!

    Madame Marois est un boulet pour son parti qui serait probablement encore beaucoup plus fort dans les sondages si elle n'était plus là.

    Ses stratégie racoleuses et son attitude dictatoriale rendront ce parti extrêmement vulnérable d'un point de vue organisationnel lors des prochaines élections qui disons-le, ne seront que dans deux ou trois ans.

    La démission de Jean Charest et l'arrivée éventuelle d'une personnalité charismatique telle que la vice-première Ministre Nathalie Normandeau à la tête du PLQ aurait tôt fait d'inverser la tendance et de rendre le Parti québécois facile à battre.

    Madame Marois vit dans une tour d'ivoire et du coup, elle ne se rend pas compte qu'elle traine un lourd passé qui la rattrapera lors du prochain scrutin. Elle est une de celles et ceux qui ont suivi aveuglément Lucien Bouchard. Elle porte le poids des fusions municipales, des mises à la retraite massives des infirmières, du déficit zéro, des infectes réformes de l'éducation et on ne parle même pas des innombrables soupçons de magouilles l'impliquant, elle et son mari. Sa prétention que le Pq lave plus blanc est carrément pathétique. Bref, avec un tel pedigree, elle ne passera jamais.

    Le Québec est mûr pour une nouvelle voie. Plus intelligente plus forte et plus citoyenne. Le Québec est mûr pour prendre son destin en main et ne plus le laisser entre les mains de penseurs de droite comme Bouchard, Landry, Charest et autres apprenti-sorciers qui veulent saigner les gens ordinaires pendant qu'une poignée d'autres font sonner la caisse. Amhir Kadir et Québec Solidaire se présente de plus en plus comme une solution brillante et surtout intègre, capable de mettre fin au cynisme ambiant. Mais, aurons-nous le courage de changer pour vrai. Aurons-nous le courage de changer réellement et pour autre chose que quatre trente sous pour une piastre. J'en doute...

    Daniel Lévesque
    Ex-président du parti Québécois de Montmorency