Richard Goyette ne reprendra pas son poste à la FTQ-Construction

Richard Goyette
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Richard Goyette

La FTQ-Construction a un nouveau directeur général: il s'agit de Yves Ouellet, qui était jusqu'ici le vice-président de la centrale.

Quant au directeur général précédent, Richard Goyette, celui-ci demeure en congé de maladie, mais, même si son état devait s'améliorer, M. Goyette ne reprendrait pas ses fonctions d'ici la fin de son mandat qui devait se terminer en novembre 2011.

C'est le président de la centrale, Yves Mercure, qui en a fait l'annonce hier après-midi, à Montréal.

M. Mercure s'est montré plutôt vague sur la mécanique de succession, alors que M. Ouellet se trouve dans les faits à être nommé directeur général par intérim, tout en étant assuré que cet intérim sera maintenu jusqu'aux élections de novembre 2011.

Yves Mercure a cependant précisé que Richard Goyette pourrait être appelé à remplir certains mandats pour la FTQ-Construction — ou d'autres instances de la FTQ — advenant un rétablissement de sa part.

Le poste de vice-président de M. Ouellet, quant à lui, a été confié à Mario Basilico.

M. Goyette a été au centre de la tourmente qui a secoué le syndicat à la suite du départ de son ancien président, Jocelyn Dupuis, qui fait face à des accusations de fraude liées à des notes de frais douteuses.

Richard Goyette était également en poste lorsque des allégations d'intimidation et d'extorsion de la part de représentants de la FTQ Construction sur des chantiers de la Côte-Nord ont été rendues publiques. Ces allégations n'ont toutefois pas mené à quelque accusation que ce soit jusqu'ici.
3 commentaires
  • Paul Lafrance - Inscrit 2 juin 2010 20 h 22

    directeur-général

    "eadem farina". Ça ne change rien à la culture syndicale. Ç'est changer 4 trente sous pour une piastre.

  • Gael - Inscrit 4 juin 2010 08 h 40

    un retour au sources

    Je crois qu il s est trouve un emploi chez Barnum

  • Marie-France Legault - Inscrit 29 juin 2010 10 h 46

    Le chevalier sans peur et sans reproche...

    Il a démissionné, c'est parfait...il avait essayé d'impressionner les québécois en se présentant à la télévision comme le chevalier de la pureté...
    mais il a oublié que nous ne sommes pas des valises...

    Voilà que les syndicalistes supposément purs et sans reproches se révèlent des profiteurs, des magouilleurs
    tout ce qu'ils ne cessaient de reprocher aux MÉCHANTS PATRONS...