Des Innus déposent une requête pour arrêter les travaux de La Romaine

Les Innus d'Uashat et de Mani-Utenam déposent une requête en injonction interlocutoire dans l'espoir d'interrompre les travaux du complexe hydroélectrique La Romaine.

Leurs représentants ont rencontré la presse, hier à Montréal, pour expliquer la teneur de leur requête en injonction interlocutoire et de leur demande d'ordonnance de sauvegarde.

En juin 2009, les Innus avaient déjà déposé une requête en injonction permanente devant la Cour supérieure du Québec. La récente requête, également devant la Cour supérieure, a un objectif plus immédiat puisqu'elle vise à faire cesser les travaux jusqu'à l'audition de la cause sur le fond.

«Nous avons interpellé Hydro-Québec et le gouvernement du Québec, sans résultat. Nous déposons une requête en injonction interlocutoire afin de faire respecter nos droits ancestraux et stopper le développement du projet hydroélectrique de La Romaine parce qu'il y a urgence d'agir», a déclaré le chef Georges-Ernest Grégoire.

Ces communautés innues allèguent que les installations de La Romaine, particulièrement les lignes de transport projetées, sont situées en plein coeur de leurs terres ancestrales et que le développement projeté se ferait sans leur consentement.

Au téléphone, une porte-parole d'Hydro-Québec a fait savoir que la société d'État ne voulait pas commenter la requête avant d'en avoir pris connaissance plus à fond.

Marie-Élaine Deveault a confirmé qu'Hydro-Québec a eu des discussions avec la communauté, mais n'a pas confirmé le montant de la compensation qui a circulé. «Nous, on n'a jamais avancé de montant; les négociations sont confidentielles avec cette communauté-là et on n'en discute pas le contenu», a-t-elle dit.

Les travaux du complexe La Romaine qui ont débuté sont une partie de la route d'accès, le terrassement des différents campements et les travaux préparatoires de la centrale Romaine 2, a-t-elle précisé.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Fernand Trudel - Inscrit 8 mai 2010 13 h 25

    Un os dans la moulinette

    Il est intéresant que les nartions innus soient partenaires via l'organisme Boréal Canada Inc qui forme un groupe avec Équiterre et deux organismes américains : le Pew Envrionnement ( filiale dePew Charitables Trusts ) et la Conservation Law Foundation.

    Il est intéressant d'examiner l'iInjonction des innus à la faveur de la position du groupe auquel ils se sont assoxciés sous la direction de Steven Guilbault qui s'exprimait ainsi dans une conférence de presse sur le plan nord:

    "Steven Guilbeault, coordonateur général adjoint d'Equiterre, a expliqué en conférence de presse à Montréal que le Plan Nord du gouvernement Charest, avec ses projets de développement hydroélectrique et l'objectif avoué d'exportation, imposait une analyse plus approfondie des conséquences.

    M. Guilbeault a également dû reconnaître que l'approche historique d'opposition des groupes écologistes aux grands barrages, issue d'une analyse locale ou régionale à l'origine, devait être revue dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

    Les études devront ainsi, notamment, se pencher sur les émissions de gaz à effet de serre de la production d'énergie hydroélectrique, et sur les impacts des projets de barrages hydroélectriques sur les écosystèmes, la flore et la faune et les populations locales. "

    source : http://www.canoe.com/infos/environnement/archives/

    Alors comment concilier l'action que vient d'entreprendre les innus avec cette position qui est supposée les représenter sans penser que les innus veulent plus de $$$ de l'état tout simpolement...

  • T. Julien - Inscrit 8 mai 2010 20 h 20

    Leçon bien apprise...

    "sans penser que les innus veulent plus de $$$ de l'état tout simplement..."

    Serait-ce qu'ils ont bien appris la leçon des Québécois ???

  • Chryst - Inscrit 12 mai 2010 17 h 52

    Développement et respect des premières nations

    Pour celui qui a suivi la commission parlementaire sur la refonte du régime forestier comprendra.

    G Picard, le chef des premières nations du Québec, y était .Il serait un Innu.

    Vous souvenez-vous aussi de la chasse au caribou du printemps dernier et du conflit avec les gardes-chasse du Labrador ?

    Les premières nations ont compris que tout est politique. Comme la plupart des gens, ils ignorent cependant que les nouvelles technologies des blancs (informatique et géomatique) pourraient faire la différence dans leur vie et conduire à leur émancipation.

    Michel Thibault ing.f. m.sc.