La fécondation in vitro sera gratuite au printemps

Yves Bolduc
Photo: Yves Bolduc

Dès la fin du printemps, la fécondation in vitro gratuite passera de promesse à réalité. Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a annoncé hier les modifications à la loi qui permettront la naissance de ce programme de 80 millions par année promis en campagne électorale et attendu avec impatience par de nombreux couples. Un investissement décrié comme futile par certains, alors que des services essentiels souffrent d'un manque de moyens criant.

«Je félicite tous les couples en attente pour leur patience», a lancé le ministre Bolduc lors de l'annonce à l'hôpital Royal Victoria à Montréal, qui abrite justement un tel centre de reproduction.

Publiés prochainement dans la Gazette officielle du Québec, le règlement sur la procréation assistée et la modification nécessaire à la Loi sur l'assurance maladie seront appliqués à la fin du printemps.

Les couples aussi bien que les femmes seules auront droit à trois tentatives gratuites, ce qui devrait tripler la popularité de la procédure, prévoit le ministre. Trente-deux millions seront débloqués pour démarrer le projet en 2010-11, mais les 7000 à 10 000 essais attendus dans cinq ans coûteront au Québec 80 millions de dollars par année.

Les hôpitaux universitaires de Sherbrooke, de Montréal et de Québec s'ajouteront éventuellement à l'offre de service des cliniques privées et de l'hôpital Royal Victoria, seul établissement public à posséder une telle expertise pour l'instant. Le Centre de reproduction de l'établissement montréalais sera rénové, une opération de deux millions de dollars, a annoncé le ministre Bolduc lors de son passage. Les cliniques privées devront faire une demande au ministère pour offrir le service gratuit en plus du service payant qu'elles prodiguent déjà.

La nouvelle Loi sur la procréation encourage les médecins à n'implanter qu'un seul embryon pour éviter les grossesses multiples, mais deux ou trois embryons pourraient être transférés dans certains cas précis. Pas quatre ou cinq, précise le ministre Bolduc.

Une priorité discutable

Que cette annonce arrive précisément au moment où le système de santé traverse une crise en a irrité certains, dont les infirmières de l'hôpital Royal Victoria. Sylvie Champagne, infirmière et représentante syndicale, a l'impression que le ministre vit dans un monde parallèle. «Ça me bouleverse, confie-t-elle. Je comprends les familles, mais ces couples vont avoir besoin de soins et on est à court d'infirmiers. Quand on regarde tout l'argent mis dans le programme, c'est difficile à accepter.» Une décision politique qui ne répond pas aux besoins réels, dit même le président du Collège des médecins, Yves Lamontagne, interrogé à RDI.

Le ministre Bolduc a balayé l'avis de la Commission de l'éthique de la science et de la technologie (CEST), qui concluait que la procréation n'est pas un «droit» et qu'il y a peut-être d'autres priorités avant d'accéder aux demandes des couples infertiles. «C'est un projet de haute qualité et je suis très à l'aise de le rendre disponible, a répliqué le ministre en conférence de presse. La discussion s'est faite à profusion, c'est le temps de passer à l'action.»

Il a fait valoir que le ministère économiserait une partie de la somme, environ 30 millions, en réduisant au moins du tiers le nombre de grossesses multiples actuellement provoquées par l'implantation de plusieurs embryons.
6 commentaires
  • Nicole-Patricia Roy - Abonnée 12 mars 2010 09 h 22

    Incohérence totale

    C'en est trop, le gouvernement prend les citoyens québécois pour des imbéciles avec la mise sur pied d'un nouveau programme dans le domaine de la santé. Le ministre de la Santé a annoncé que les services seront désormais assurés par des fonds publics pour la fécondation in vitro. Voilà un bel exemple de l'incohérence totale du gouvernement québécois qui, à l'heure où il prépare l'opinion publique à des hausses de toutes sortes dans le prochain budget, autorise le ministère de la Santé à élargir le panier de services assurés alors qu'il faudrait le réduire. D'autant plus que la Commission de l'éthique de la science et de la technologie avait recommandé de ne pas aller dans cette direction puisque ce n'est pas une priorité dans le contexte actuel. De plus, on a le culot de nous présenter cela comme une bonne nouvelle dans le secteur de la santé alors que c'est plutôt le mépris confirmé du gouvernement envers les contribuables qui n'auront qu'à payer 82 millions de plus dans ce secteur qui occupe déjà 40% des dépenses de programmes. C'est connu d'avance que cette prévision augmentera de façon inflationniste à l'image du programme d'assurance-médicaments et du programme d'assurance-parentale qui ont tous deux connu des hausses substantielles par rapport aux prévisions budgétaires. Mais de cela, le gouvernement s'en fiche puisqu'il n'a qu'à taxer davantage les contribuables pour redorer l'image d'un ministre qui en a bien besoin et de faire plaisir à un nombre restreint de personnes qui vivent une tragédie personnelle. Tout cela au détriment d'un plus grand nombre de citoyens qui ont des besoins de santé prioritaires et d'un secteur qui vit une crise majeure faute de financement nécessaire. C'est à désespérer d'un gouvernement responsable.

  • Paul Gavazzi - Inscrit 12 mars 2010 10 h 30

    Un peu de vision?

    Nicole,

    voici un petit calcul 10000 couples/mères célibataires en traitement in-vitro, avec un taux de réussite frôlant le 30-40%, donne environ 3000 naissances par année. C'est 10000 couples/mères participant à un plan de société en rajoutant au bassin de futur citoyens du pays. C'est 3000 immigrants de moins dans une province qui a une population vieillissante et qui ne peut plus absorber plus d'immigrants. Je crois que c'est un très bon pari que le ministre Bolduc prend et c'est ce qui fait vivre dans une démocratie sociale différent que nos voisins du sud (dont plusieurs états ont déjà l'IVF gratuite comme le Massachusetts). Oui ça répond à une tragédie personnelle pour plusieurs couple, mais comme le support donné avec le congé parental, ça rapporte aussi beaucoup à la collectivité. Il faut pas juste regarder au court terme, des naissances c'est des investissements qui vont se faire sentir dans 25-50 ans. ET c'est mieux que 100 millions de dollars donnés en crédit d'impôts aux pétrolières ou banques. En tout cas, moi je suis pour et je trouve ça super de pas mettre ces couples en otages pour des négociations syndicales des infirmières et des médecins. Bravo ministre Bolduc.

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 12 mars 2010 15 h 57

    IN VITRO VS RÉFUGIÉ

    Un réfugié coute plus de 50,000$ à accueillir. Faut voir ce que le gouvernement dépense présentement sur les Birmans et les Bouthanais, des gens qui sont à des années-lumière de nous
    Logementm Bs, cours de langue, vêtements, allocations familiales, la totale quoi.

    Alors qu'on donne 30,000$ à un couple de Québécois pour avoir des enfants québécois, je dis bravo

  • mark - Inscrit 12 mars 2010 18 h 02

    vous avez raison a 100% M Gavazzi

    C'est le meilleur investissement pour l'avenir du Québec depuis les garderie.

  • mathieu theriault - Inscrit 12 mars 2010 19 h 30

    en peu d'empathie!...

    les gens qui s'opposent a la réalisation de ce projet de loi manquent completement d'empathie et de vision... Pour une fois que tous les partis se sont mit daccord sur quelque chose, pour la simple et bonne raison que la population, meme celle qui n'est pas affectée par ce fléau qu'est l'infertilité réalise que si certains soins comme l'avortement sont dispensés par l'état il est logique que l'infertilité le soit aussi... c'est un investissement a long terme, et on passe par une autre avenu que l'immigration pour peupler le pays. c'est un drame immense que vivent les couples infertiles et n'allez pas leur dire que d'avoir un enfant doit passer apres d'autres besoins plus important aux yeux de ceux qui n'ont pas a traverser ces épreuves... c'est un manque d'empathie épouvantable!...Les choses importantes comme ce qui a trait a la vie doivent etre traitées en priorité et la fertilité en fait partie...Cela fait 4 ans que moi et ma conjointe essayons d'avoir des enfants, et apres avoir torpillé notre budget (une FIV peux couter plus de 15 000$), avoir réhypothéqué la maison, avoir vecu des montagnes russes emotives que seuls les autres couples infertiles ayant vécu les meme etapes peuvent comprendre, il etait temps que le gouvernement donne un coup de main... les gens qui passent a travers ces etapes veulent VRAIMENT des enfants, et c'étais une abérration de ne pas considérer l'infertilité comme une maladie comme l'a fait l'ancien ministre couillard. Bien sur c'est une dépense additionnelle, mais le probleme n'est pas la dépense en soi qui cette fois repond a un besoin réel et urgent, mais plutot de mieux gérer les projets dans lesquels nous décidons de nous investir en tant que société... assez les pot-de vins, les commandites, les compteurs d'eau et autres dépenses qui donnent l'impression que les élus ont plus a coeur leurs intérets et a piger comme bon leur semblent dans le trésor public qui semblent leur appartenir. On en est la a débattre le fait que nous n'avons pas assez d'argent alors qu'il est simplement mal géré!...Assez les dépenses honteuses, la lourdeur administrative, et autres plaies qui nous empeche de voir clair et d'avancer. Pour ce qui est des FIV il n'y a pas de débat, c'était la bonne décision, et c'est une insulte juste de prétendre le contraire...