Un train aérien entre Québec et Lévis?

Régis Labeaume
Photo: Agence Reuters Mathieu Belanger Régis Labeaume

Québec — Des dirigeants de Bombardier et le maire de Québec, Régis Labeaume, auraient discuté à Vancouver de l'éventualité de reprendre la formule du SkyTrain afin de relier les villes de Québec et de Lévis.

C'est du moins ce qu'a déclaré hier le président de Bombardier Transport pour l'Amérique du Nord, Raymond Bachant, qui était de passage à Québec.

«Monsieur Labeaume a passé quelques heures avec nos représentants là-bas pour voir tout le système du SkyTrain, a-t-il dit. Il y a des projets pour relier Québec et Lévis, et le SkyTrain est une solution qui pourrait être considérée.»

M. Labeaume, qui ne nous a pas rappelés hier, devait effectivement rencontrer les dirigeants de Bombardier, Laurent et Pierre Beaudoin, pour parler du SkyTrain, qui a été conçu en partie par la compagnie pour le réseau de transport en commun de Vancouver.

Lancé à l'occasion de l'exposition de 1986, le SkyTrain est un train automatisé circulant sur un réseau de plus de 68 kilomètres qui traverse notamment le fleuve Fraser et qui compte 47 stations.

Le maire de Québec avait par ailleurs fait savoir avant son départ qu'il comptait profiter de son séjour dans la ville olympique pour tester ses différentes innovations en matière de transports publics.

Hier, M. Bachant a laissé entendre que sa compagnie avait aussi fait des démarches pour faire connaître dans la capitale les différents modèles de tramways qu'elle avait dans son portfolio.

La possibilité d'offrir un nouveau lien entre les villes de Québec et Lévis est un vieux rêve dans la région de Québec. L'an dernier, un retraité du ministère des Affaires municipales avait présenté à la Chambre de commerce un projet de métro de surface qui relierait les deux rives en passant par l'île d'Orléans.
4 commentaires
  • Fernand Trudel - Inscrit 17 février 2010 10 h 24

    Une solution encore plus économique

    Il faudra un jour régler le problème de la fluidité du trafic entre les deux rives de la région de Québec. Quand au tramway dans les rues de Québec, c'est du pur snobisme coûteux qui aggrave la fluidité du trafic encore plus. Je salue l'ouverture d'esprit du maire qui voit dans un véhicule surélevé comme une solution. Il a fait un pas mais ne doit pas s'arrêter à cette solution du skytrain de Bombardier car c'est une solution dispendieuse et on ne garanti pas 100% de contenu québécois car ces multinaionales ont sdes usines sur plusieurs continents. La recherche est en Europe plus au Québec, alors le maire devra prendre l'avion pour discuter dans une autre langue peut-être de plans et de devis pour fabriquer on ne sait où, peut-être au Québec. Déjà celà occasionnne des coûts supplémentaires afférents.


    Le monorail de concetion québécoise, le Trensquébec, est une solution au projet super dispendieux de Bombardier. Voici un exemple où on pourrait devenir innovant en plus d'économiser car pour son implantation c'est de beaucoup moins cher car la recherche et le développement serait à Québec. Déjà une ligne expérimentale pourrait être installée et dveloppée dans les rues de Québec ce qui cpompendse pour le tramway très coûteux et diminue=ant les voies de circulation en sa faveur. Car sur la grande=Allée le trançmway diminuera de moiti les voies automoibiles et ainsi aggravera la fluidité du trafic.

    http://trensquebec.qc.ca/

    Déjà, un débat a eu lieu sur le TGV, le Trensquebec peut autant concurrencer le TGV que le tramway ou le skytrain car il s'adapte facilement à toutes les situations même les cotes et les courbes. Dans le débat sur le TGV, le coût est de 4 à 6 fois moindre pour avoir un monorail aussi rapide.

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/266173/tg

    Le Trensquebec est un véhicule vert car il fonctionne sur un monorail surélevé et est actionné par le moteur-roue électrique développé par les chercheurs d'Hydro-Québec.

    http://www.vehiculevert.org/

    Le Trensquebec est donc une solution québécoise la plus économique et permettant de créer du travail ici au Québec à 100%. Le maire Labeaume ne doit pas écarter cette solution surtout qu'elle peut créer un dynamisme pour sa ville vocar le siège sociale et la recherche sera implantée à Québec en plus d'avoir un contenu québécois à 100%.

  • Geoffroi - Inscrit 17 février 2010 14 h 15

    Petits vieux pour Sky Train

    Est-ce que les petis vieux qui mangent de la poutine à Québec vont pouvoir alller à Lévis et... revenir en Reggy Sky Train ?

  • Doris Brulotte - Abonnée 17 février 2010 16 h 18

    Fluidité mon oeil!

    Je crois que Québec devrait s'inspirer de Copenhague pour créer une ville qui finalement laissera un espace pour les piétons, cyclistes, etc.

    Limiter la fluidité du trafic est un impératif si on veut que les Québecois cessent de prendre leur automobile au profit des transports en communs qui sont bien plus verts. Comme la saucisse Higrade : plus on en consomme plus elles sont fraîches. C'est aussi vrai pour le transport en commun... Il faut pousser les Québecois à cesser d'utiliser leur automobile pour faire 15-20 minutes de route et offrir un service qui va donner le goût à tous de l'utiliser.

    J'espère que M.Labeaume va pouvoir réaliser un projet qui sera rassembleur qui redonnera la place aux êtres humains et réduira l'emprise de l'automobile qui est roi et maître partout.

    Bernard Tremblay
    Québec

  • Fernand Trudel - Inscrit 19 février 2010 11 h 07

    Quand les vélos payeront la note ?


    @ Bernard Tremblay qui croit que l'argent pousse dans les arbres, c'est beau de vouloir que les vélos tassent les autos qui payent la note sur toute la ligne.

    Une auto a besoin d'essence et là il paye presque la moitié en taxes diverses sur le prix d'un litre. Il y a même une taxe carbone de 0,02$ le litre pour justement payer pour l'environnement qui privilégie le transport en commun et les vélos et les villes en réclame encore car le transport en commun est déficitaire. Les vélos n'achètent pas d'essence alors quand ils auront remplacé les autos. Qui payera les centaines de millions de taxes sur l'essence versées aux gouvernements qui s'en servent pour construire des voies publiques et des pistes cyclables ??? La pensée magique de Monsieur Tremblay va solutionner cela...

    Un automobiliste paye 30$ par année pour le transport en commun et on paye d'augmenter sa participation. Les vélos aucune immatriculation et zéro de taxe.

    La SAAQ charge à tous les véhicules motorisés une assurance accident et naturellement les vélos en sont exemptés même si le cycliste est compensé et la SAAQ paye sa réhabilitation et remplace son revenu lors d’un accident de la route. Demandez aux motoneiges et aux VTT s'ils trouvent ça normal qu'eux qui ne peuvent pas circuler sur les routes publiques comme les vélos, qu’ils doivent s'immatriculer et payer une assurance accident à la SAAQ.

    On peut partager la route avec les vélos mais il y aura diminution des revenus de l'État à moins que les vélos en paye la note que les autres ne payeront plus...