Le PQ accuse le gouvernement de favoritisme dans le réseau des garderies

Les places qui soulèvent l’ire de l’opposition portent sur huit projets situés à Montréal-Nord, Blainville et dans les régions des Laurentides et de Lanaudière
Photo: Agence Reuters Gopal Chitrakar Les places qui soulèvent l’ire de l’opposition portent sur huit projets situés à Montréal-Nord, Blainville et dans les régions des Laurentides et de Lanaudière

Québec — L'opposition péquiste accuse les ministres Michelle Courchesne et Tony Tomassi d'ingérence politique et de favoritisme dans l'attribution des places en garderie.

Le député de Gouin, Nicolas Girard, a multiplié, hier à l'Assemblée nationale, les allégations de copinage, en soutenant que près de 400 places en garderie privée avaient été octroyées, en 2008, soit à des amis personnels du ministre Tomassi, soit à ses organisateurs électoraux ou à de généreux contributeurs à la caisse du Parti libéral du Québec (PLQ).

Dans tous les cas, preuve à l'appui, il a démontré qu'il s'agissait de résidants de la circonscription de Lafontaine, soit celle du ministre Tomassi.

Ce dernier a répliqué sèchement, estimant que le député de Gouin tenait des propos «racistes», vu que les personnes visées portaient toutes un nom à consonance italienne. Il a dû retirer ses propos.

Au moment de l'attribution des places en question, c'est la ministre Courchesne qui était ministre de la Famille, avant que M. Tomassi ne prenne la relève à la fin de 2008.

Selon M. Girard, c'est la ministre Courchesne qui avait modifié le processus d'attribution des places, pour faire en sorte que les hauts fonctionnaires et son cabinet puissent avoir le dernier mot.

L'un des bénéficiaires, Joe Magri, un ami d'enfance du ministre et maire de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies, a reçu une réponse positive à ses deux projets, pour un total de 130 places, même s'il avait obtenu la cote D, selon l'évaluation du ministère obtenue par le député péquiste. L'évaluation portait sur huit points, dont la faisabilité et la qualité du projet.

«Il est clair, à mon avis, qu'il y a eu ingérence du politique dans l'attribution des places. Ce qui est très clair, c'est qu'auparavant le processus d'attribution des places était fort différent», a commenté M. Girard, en point de presse.

Il accuse l'ex-ministre de la Famille, Mme Courchesne, d'avoir «politisé» le dossier, vu que des places ont été accordées malgré une évaluation négative des fonctionnaires.

Des places dans huit projets

Au total, les places qui soulèvent l'ire de l'opposition portent sur huit projets situés à Montréal-Nord, Blainville et dans les régions des Laurentides et de Lanaudière.

Dans ses questions adressées au ministre, M. Girard a aussi évoqué les noms de Loredana et Josephine Primiani, «contributrices à sa caisse électorale», qui ont obtenu 80 places pour une garderie à but lucratif dans sa circonscription, «malgré le fait que son ministère leur a décerné, à six reprises, la note D, lors de l'évaluation du projet».

Il a aussi noté que certaines des personnes visées avaient contribué à la caisse du PLQ pour la première fois, «après l'attribution des places», y voyant une relation de cause à effet.

Des gens qui ont agi comme organisateurs électoraux du ministre Tomassi, dont Frank Scaringi, Ernesto et Anna Maria Buscemi, ont eux aussi obtenu des places en garderie, même s'ils «n'avaient aucune expertise dans les services de garde», selon M. Girard.

Le ministre Tomassi a déjà remercié publiquement M. et Mme Buscemi, de même que Frank Scaringi, pour avoir contribué à son élection dans Lafontaine.
2 commentaires
  • Hermil LeBel - Inscrit 12 février 2010 21 h 15

    Réseau mafieux

    Le temps est venu de sonner la fin de la récréation. Les révélations du député Girard sont suffisamment sérieuses et bien documentées pour pointer le doigt accusateur vers ces personnages sulfureux. En développant le réseau des CPE à l'échelle de la province, les libéraux ont étendu le réseau mafieux dans toutes les circonscriptions de cette province..

  • Donald Bordeleau - Abonné 12 février 2010 21 h 24

    De Michèle à Tony

    Fin de mandat

    La situation actuelle révèle une certaine perte de contrôle du gouvernement pour redéfinir un Québec tourné vers l'avenir. Garder le pouvoir mais pourquoi ? C’est de noyer le fait francophone par l’émigration et un certains laisser-aller en éducation pour former des décrocheurs.

    Il est dommage d’avaliser l’identité par le cours d’éthique et culture religieuse. Le filon de fierté des élèves se camouffle dorénavant depuis plusieurs années derrière le rideau tendu d’un processus qui tend à induire une transformation dans les différentes instances de l’État québécois afin de transformer radicalement le Québec en le programmant selon l’idéologie du multiculturalisme du fédéral initié depuis 2003 par le gouvernement Charest.

    Que penser de la stratégie du gouvernement Charest d'édulcorer l'identité québécoise dans un processus de multiculturalisme.

    http://irq.qc.ca/journal/2009/12/2/le-cours-ethiqu

    La stratégie globale est de s’assurer l’allégeance des promoteurs par l'octroi de projet en passant le témoin de main à main, comme une course olympique. Il faudra bientôt concevoir des tests pour ceux qui abusent pour gagner au fil d’arrivée. Dans l’état actuel des choses, ils gagnent la médaille d’or les deux doigts dans le nez.

    Cette bataille sera gagné par le camp qui aura le plus d’argent, ce qui permet de se maintenir au pouvoir avec un coussin de 40 comtés acquis d’avance.

    De recevoir les dons des promoteurs anglophones et allophones afin d'assurer un contrôle comme pour les garderies. Mais dans tout cela, il y a des honnêtes personnes qui sont les dindons de la farce. Que dire des agences publicités qui obtiennent des contrats de gré à gré. Voir des orgies de publicité pour Copenhague et le projet Grippe Pandémie de plusieurs millions.


    Que dire des dépenses de 40 milliards en travaux d’infrastructures, une cagnotte de plus de 10 milliards de dépenses qui tomberont entre les mains des donateurs du parti Libéral. De plus, Monsieur Jean Charest reçoit 75,000 $ / par an pour maintenir son niveau de vie depuis 1998. À la fin du présent mandat, plus d’un million de dollars de contribution des donateurs du parti libéral sera reçu par Monsieur Charest.

    La caisse du parti libéral va atteindre en 2009, la somme de 11 millions. Est-il éthique que des dons publics paient une partie du salaire du chef du parti Libéral ? Soudain des donateurs offrent 3000$ à la caisse du parti libéral. En 2006 suite à des plaintes, il y aurait des surfacturations de l’ordre 100,000$ à 200,000$ dans des installations de 80 places. Les places en garderie sont à 7$/jour selon le règlement, mais des parents paient jusqu’à 15$ et 20$.
    Des enquêtes ont permis de récupérer certains montants. Il est urgent de mettre de l’ordre dans le réseau des garderies. Bizarrement plusieurs promoteurs, ont été les heureux gagnants pour la loterie des nouvelles installations de garderie. Certaines propriétaires se plaignent de ne pas faire de profit, mais ils trouvent l’argent pour payer un petit 3000$ en guise de remerciement et de reconnaissance pour Monsieur Jean Charest qui reçoit ce don pour ajouter un peu de luxe à sa vie. C’est un peu indécent comme procédé, il semble que c’est la règle au parti libéral. Il doit un merci à Monsieur Desmarais, son mécène.

    Le parti Libéral malgré une diminution de 5000 membres en 2008 recueille 2.1 millions de dollars de plus qu’en 2007 pour une augmentation de 23% de dons, il faut ajouter à cela les 75,000$ de Monsieur Jean Charest. Cela représente plusieurs milliers de membres qui par magie augmente leurs dons pour faveur obtenu.

    En 2008, des installations de 80 places ( 10 poupons ) ont perçu 30 % de plus du gouvernement comparativement à d’autres installations qui reçoivent 550,000$ pour le même travail. Très lucratif d’obtenir et de gérer une garderie, l’appât du gain mène à tout les abus.

    On ne parlera pas des Fiers, des contrats, collusions, voyages de pêche, bâteau au Caraibes FTQ ….. ect.


    Ce qui est répugnant dans la situation actuelle c’est que les contribuables vont payer pour les égarements du gouvernement libéral. Qui est le dindon de la farce ?

    Reste-il des hommes et des femmes d’honneur dans ce gouvernement pour arrêter cette dérive ? Bientôt l’histoire décrira ce moment très triste de notre parcours.

    Une petite enquête serait utile, pour bien des économies. À vous de jouer les journalistes .

    Un peu d’aide ci-dessous pour vous.


    http://www.quebecpolitique.com/partis-politiques/c


    http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespu

    http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespu

    http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespu

    http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespu

    http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Comptespu


    Faire une recherche sur les donateurs du parti de Monsieur Jean Charest. Très révélateur. Beaucoup de nouveaux donateurs à 3000$.

    http://www2.electionsquebec.qc.ca/corpo/francais/r