En bref - L'ADQ remet en cause la sécurité d'emploi

La sécurité d'emploi dont jouissent les fonctionnaires ne doit plus servir à protéger «les incompétents» et les «emplois inutiles», selon le chef de l'Action démocratique, Gérard Deltell. Sans aller jusqu'à remettre en cause le principe même de la sécurité d'emploi dans le secteur public, M. Deltell plaide pour en réduire la portée.

M. Deltell dit trouver anormal que la sécurité d'emploi serve de bouclier de protection pour des fonctions superflues et des travailleurs incompétents. À la veille de la rentrée parlementaire, M. Deltell presse le gouvernement Charest de lancer un vaste débat public sur les choix que devront faire les Québécois pour rétablir l'équilibre budgétaire.
4 commentaires
  • Geoffroi - Inscrit 9 février 2010 10 h 45

    Populisme pervers

    Effet pervers de la sécurité d'emploi ou effet pervers d'une droite naine aux abois

  • Roland Berger - Inscrit 9 février 2010 11 h 26

    Sécurité d'existence

    Espérons que les électeurs remettront en question la sécurité d'existence de l'ADQ, qui préfère se battre contre les syndicats plutôt que de militer en faveur d'un salaire et de conditions de travail décents pour les non-syndiqués.
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario

  • Martin Lachapelle - Inscrit 9 février 2010 14 h 29

    À quand la remise en question de la droite et du mini-parti-libéral-junior, l'ADQ?

    Très bon commentaires de messieurs Godefroy et Rolland Berger.

    Quand le Liberal party of Québec de M. Charest a pris le pouvoir, je me souviens qu'il avait martelé la fausseté qu'un vote pour le PQ équivalait à un vote pour l'AQQ. Après 7 ans de dérive libérale à tribord toute, inspirée par le programme du collabo moussaillon Dumont, est-ce qu'il y a une seule personne qui doute que l'AQQ n'est qu'une version amateur broche-à-foin et sans budget du Liberal party de M. Charest?

    Et ça prend bien un ancien journaliste de QQS pour venir critiquer la légitimité de la sécurité d'emploi, alors que ce même Gérard Deltell a pourtant braillé sur la place publique avec ses collègues du monde de la désinformation pour protester contre leur congédiement face à la réorganisation de la station vendue.

    C'est bizarre, à cette époque, Deltell ne voyait pas la sécurité d'emploi comme un luxe accordé à des "incompétents" occupant des "emplois inutiles", même si QQS est d'aucune utilité pour bien informer les gens, si l'on considère que la propagande néo-libérale diffusée sur cette station occupent déjà tout l'espace médiatique dominé par les médias de masse appartenant tous à la droite des riches.

    Martin Lachapelle, rédacteur de la planetelibre.com

  • Malartic - Inscrit 10 février 2010 10 h 58

    L'ADQ remet en cause le sécurité d'emploie

    Dans le privé, qiand les syndiqués obtiennent des conditions trop avantageuses, la compétition, éventuellement, les renvoie à la rue,
    Regardons ce qui est arrivé au travailleur de l'automobile, du textile,
    et de l'industrie manufacturière en général. On peut faire manufacturer ailleur, payer les droits de douanes et offrir la marchandise à moindre prix. Reste les "intouchables": services gouvernementaux, monopoles naturel, matière premières (mines, forêts, pétrole....). Ces "intouchables" ne sont pas majorité;... à
    quelque part, il y aura un "ré-ajustement".