Haïti: Québec assouplit ses critères d'immigration

Le Québec est une des seules administrations au monde à avoir assoupli ses règles d’immigration pour faciliter la réunification des familles haïtiennes touchées par le tremblement de terre.
Photo: Agence France-Presse (photo) Jean-Philippe Ksiazek Le Québec est une des seules administrations au monde à avoir assoupli ses règles d’immigration pour faciliter la réunification des familles haïtiennes touchées par le tremblement de terre.
Dans les grandes lignes, Québec ajoute donc les frères, les soeurs, les enfants âgés de plus de 22 ans ainsi que leurs conjoints et enfants à charge dans la liste des personnes qu'un résident permanent ou citoyen canadien d'origine étrangère peut faire venir ici, dans le cadre du programme de réunification familiale. En temps normal, ce parrainage ne touche que les conjoints, les enfants et les parents directs (père et mère).

Qui plus est, Québec modifie ses règles de responsabilité des parrains, qui seront liés financièrement aux membres de leur famille pendant cinq ans au lieu de dix ans. Cette responsabilité va pouvoir également être partagée par plusieurs personnes, y compris celles qui ne sont pas apparentées à l'immigrant, comme un bienfaiteur. Le tout est en vigueur jusqu'au 31 décembre prochain.

«C'est une très bonne nouvelle, a commenté hier Marjorie Villefranche, directrice des programmes à la Maison d'Haïti. Nous demandions cet élargissement de la notion de famille pour que notre communauté puisse prendre en charge les membres de nos familles qui se retrouvent sans maison, sans travail, sans famille à Port-au-Prince. Nous avons été entendus.»

Pour le moment, le Québec est une des seules administrations au monde à avoir assoupli ses règles d'immigration pour faciliter la réunification des familles haïtiennes touchées par le tremblement de terre. La province a un pouvoir discrétionnaire en la matière.

Outre ces allégements temporaires, le gouvernement Charest a également décidé de venir en aide à 350 étudiants d'origine haïtienne actuellement inscrits dans les universités du Québec. Comment? En assumant leurs droits de scolarité pour le trimestre d'hiver 2010, le tout pour une facture de 1,3 million de dollars, a précisé la ministre.

«Ce sont des mesures exceptionnelles et rares qui ne peuvent qu'aider les rapprochements», a reconnu hier David Chalk, président de l'Association québécoise des avocats en droit de l'immigration, qui rappelle que, par le passé, Québec a déjà allégé ses règles d'immigration, par exemple pour les Algériens dans les années 90 et les Vietnamiens dans les années 70. «Dans le cadre normal, le parrainage répond à des règles rigides qui sont maintenant suspendues pour les Haïtiens.»

Près de 100 000 Canadiens d'origine haïtienne vivent actuellement au pays. De ce nombre, 90 % sont installés au Québec, qui, l'an dernier, a accueilli 2000 personnes originaires de la Perle des Antilles.

À voir en vidéo