Le PQ abordera des questions délicates lors d'un colloque

Le Parti québécois abordera la question des accommodements raisonnables et du cégep en français lors d'un colloque qu'il tiendra prochainement sur le développement culturel.

Et ce colloque se tiendra quelques jours après la parution d'un livre attendu de l'ancien premier ministre péquiste, Jacques Parizeau, sur la souveraineté du Québec. Malgré la proximité des deux événements, la chef péquiste Pauline Marois affirme ne craindre nullement la parution de l'ouvrage de M. Parizeau, reconnu pour ses déclarations-chocs à des moments clés. «Je ne crains pas le livre de monsieur Parizeau. Il porte sur la souveraineté et on a besoin de gens qui continuent de réfléchir et de nous alimenter sur la souveraineté», a-t-elle affirmé.

Le Parti québécois se réunira donc les 21 et 22 novembre à Montréal pour discuter de l'intégration des immigrants, du renforcement de la langue française, de l'enseignement de l'histoire, de l'apprentissage des langues, ainsi que des communications à l'ère des nouveaux médias.

Au cours d'une rencontre avec la presse, hier, pour donner des détails sur le colloque «Gouvernement souverainiste et développement culturel», Mme Marois a admis que la délicate question des accommodements raisonnables y sera abordée.

«Oui, il va en être question. Mais vous savez, au Parti québécois, on a toujours eu la réputation — et j'en suis fort heureuse, d'ailleurs — d'avoir des débats francs, des débats parfois qui nous opposent, où il n'y a pas nécessairement unanimité. Mais c'est sain dans un parti politique. Et en particulier quand on est dans l'opposition, c'est le temps de les faire ces débats-là, pour ensuite tirer une ligne», a affirmé Mme Marois.

La question du cégep en français, ressuscitée récemment par un autre ancien premier ministre péquiste, Bernard Landry, sera aussi abordée.

À voir en vidéo