Labeaume rêve en... vert!

Régis Labeaume
Photo: Agence Reuters Régis Labeaume

L'environnement est au premier plan en cette fin de campagne dans la région de Québec. Au lendemain de l'annonce, par la mairesse de Lévis, d'un «schéma environnemental», le maire Régis Labeaume promettait hier de confier au vérificateur de la Ville un «audit environnemental» en plus d'introduire une politique de gestion de l'eau et une flotte de taxis écologiques.

Québec — Les engagements du maire sortant en environnement allaient dans tous les sens hier matin, à tel point que le directeur du Conseil régional de l'environnement — un lobby influent traditionnellement favorable à l'opposition du Renouveau municipal de Québec (RMQ) — a trouvé peu à redire sur sa plateforme.

«Nous sommes contents parce que le maire Labeaume n'a pas besoin de ça pour se faire élire et je pense qu'il est convaincu, a commenté Alexandre Turgeon. Il dit que ce sera une politique officielle incontournable.»

Se disant «obsédé» par les enjeux environnementaux, le maire a promis que le vérificateur serait chargé d'un audit environnemental «complet» portant sur l'ensemble des actions de la Ville.

«Le vérificateur va s'associer à plein de spécialistes. [...] Ils vont déposer un bilan et après, ce sera à nous de faire un plan de match», a déclaré M. Labeaume lors d'un point de presse à son local de campagne.

Le maire sortant souhaite en outre adopter une politique municipale de la gestion de l'eau, ce qui constituerait, dit-il, une «première au Québec». Même si les fuites d'eau ont diminué ces dernières années (de 21 % à 14 % depuis 2005), l'Équipe Labeaume croit qu'il y a encore fort à faire.

Dans le domaine des transports, on souhaite par ailleurs déployer des écolobus (NDLR: de petits autobus électriques) dans les zones à faible densité et faire l'achat de nouveaux véhicules hybrides pour l'ensemble du réseau.

Au surplus, le maire sortant propose de remplacer l'ensemble de la flotte des taxis par des véhicules hybrides, une démarche à laquelle le président de la principale coopérative de taxis se serait dit ouvert. «Il y a 480 taxis à Québec. [...] Si on pouvait tous les remplacer par des véhicules hybrides et en même temps avoir une signature sur les taxis de Québec... [...] On serait les premiers à le faire», a précisé le maire sortant.

Il faudra toutefois attendre le rapport du Comité sur la mobilité durable, créé au cours du dernier mandat, pour savoir comment Québec pourra réduire de façon significative la pollution automobile, le phénomène de l'étalement urbain et de la congestion, un problème endémique dans la capitale.

À ce titre, Alexandre Turgeon espère toujours que le maire se laissera convaincre de ramener le tramway au centre-ville, une vieille revendication du RMQ dont M. Labeaume s'est souvent moqué.

M. Turgeon encourage même les électeurs sensibles à la cause verte à soutenir plusieurs candidats de l'Équipe Labeaume, dont l'une de ses candidates-vedettes, Line-Sylvie Perron, parce que cette dernière est gagnée au projet du tramway et pourrait, selon M. Turgeon, influencer le maire sortant.

Ce sont là de bien mauvaises nouvelles pour le parti Défi vert de Québec, une petite formation sans moyens qui a réussi à présenter de nombreux candidats mais a échoué à sortir de la marginalité depuis le début de la campagne. Dans un communiqué diffusé à la suite du point de presse de l'Équipe Labeaume, le parti Défi vert s'est engagé, lui aussi, à revoir la politique de l'eau potable en éliminant les fuites et le gaspillage.

Du côté de Lévis, la mairesse Daniel Roy-Marinelli, qui a été réélue sans opposition, a annoncé lundi qu'elle mettrait en ¶uvre un «schéma environnemental» incluant une évaluation des émissions de gaz à effet de serre, une politique de gestion des fosses septiques et l'implantation de bâtiments verts.

À voir en vidéo