Développement des énergies vertes - Québec recrute Steven Guilbeault à titre de conseiller

Québec annonce un plan pour développer les technologies de l'énergie verte, ainsi qu'une nouvelle équipe qui conseillera la ministre à ce sujet, présidée par l'écologiste Steven Guilbeault.

Le plan sera doté d'un budget de 8 millions sur deux ans, a annoncé hier la ministre des Ressources naturelles et vice-première ministre, Nathalie Normandeau, lors d'une conférence de presse à Montréal.

Le plan doit permettre de stimuler les activités de recherche sur les énergies émergentes et même sur les véhicules électriques.

«C'est ouvert aux entreprises privées, aux organismes sans but lucratif, aux universités, de même qu'aux centres collégiaux de transfert technologique, par exemple, au réseau collégial. C'est une enveloppe importante. On s'est rendus compte, malgré tous les outils dont le gouvernement dispose pour soutenir le secteur des technologies vertes ou des énergies émergentes, on s'est rendus compte qu'il y avait un besoin pour toute la dimension liée à la recherche appliquée et à la démonstration», a justifié la ministre Normandeau.

Le plan vise l'énergie éolienne, hydraulique, solaire, et géothermique, les technologies à base d'hydrogène, la bioénergie, ainsi que les véhicules électriques.

La ministre a pris la peine de souligner qu'il s'agissait de nouveaux fonds, non de fonds existants à même d'autres programmes.

Équipe-conseil

Par ailleurs, la nouvelle équipe-conseil devra produire un rapport en janvier prochain pour guider le gouvernement dans le choix de ses moyens pour développer les nouvelles énergies.

L'équipe, composée de 12 membres, sera présidée par Steven Guilbeault, coordonnateur général adjoint du groupe Équiterre.

Le mandat du groupe-conseil ne s'étendra pas jusqu'aux grandes orientations gouvernementales, mais il pourra suggérer des moyens, des voies à suivre pour développer la géothermie, par exemple.

«Il y a deux grands objectifs pour le comité: d'abord, faire un exercice de revue de la littérature, ce qui se fait autour de nous. Nos voisins ontariens ont un programme très ambitieux en ce qui concerne la petite production renouvelable. Le Manitoba a un programme très ambitieux dans le domaine de la géothermie. Voir ce qui se fait aux États-Unis et en Europe, voir un peu ce qui se fait et, ensuite, voir quel est le potentiel de différentes sources d'énergie», explique

M. Guilbeault.

M. Guilbeault trace un parallèle avec ce qui avait été fait en 2004 avec la cartographie de l'éolien afin de déterminer les sites les plus propices au Québec, avant qu'on accélère le développement de cette autre source d'énergie.

«Ce qu'on voit déjà, à l'échelle planétaire, c'est qu'il y a énormément de technologies qu'on peut intégrer de façon tout à fait économique où il y a des liens très importants avec ce qu'on peut faire en matière d'efficacité énergétique. Je n'ai pas d'idées préconçues; je n'ai pas de recommandations déjà écrites, mais je suis sûr qu'on va pouvoir produire un rapport qui va être intéressant et qui va pouvoir aider le gouvernement à prendre ce virage-là», a opiné l'écologiste.

Le PQ sceptique

Du côté de l'opposition péquiste, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, juge «peu crédible» le gouvernement Charest sur les questions des énergies vertes. Il rappelle que même les actuels projets d'éoliennes, dans certains cas, sont contestés par les communautés locales.

«Le gouvernement essaie de se donner une façade de verdure» avec un plan de 8 millions pour des activités de recherche sur les énergies vertes, a déploré le porte-parole du Parti québécois sur les questions d'énergie.

Pour ce qui est de l'équipe-conseil, le député Gaudreault juge qu'il s'agit là de gens «de très grande compétence» et il espère que la ministre Normandeau saura les écouter.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.