Chefferie de l'ADQ - Éric Caire plonge dans la mêlée

Le député de la Peltrie, Éric Caire, a officiellement soumis hier sa candidature à la chefferie de l'Action démocratique du Québec (ADQ).

Éric Caire a emboîté le pas à Christian Lévesque, qui a déposé son bulletin de mise en candidature au bureau de Montréal du parti lundi. Il est le deuxième des quatre aspirants à la succession de Mario Dumont à la tête de l'ADQ à confirmer ses intentions auprès du président d'élection Pierre-Éloi Talbot. L'ancien bras droit de Mario Dumont, Gilles Taillon, et l'ancien conseiller municipal de la Ville de Montréal, maintenant animateur d'une émission radio diffusée sur le Web, Jean-François Plante, sont les deux autres candidats annoncés.

Éric Caire s'est présenté hier avec 1400 signatures de soutien, soit environ 200 de plus que celles récoltées par l'ancien député de Lévis, Christian Lévesque.

Près d'un partisan sur cinq de M. Caire est de la région métropolitaine, s'est-il targué hier. Il y a une volonté d'appuyer un parti «résolument de centre droite» à Montréal, selon lui.

La grogne à l'égard du gouvernement de Jean Charest est grande, a fait remarquer Éric Caire, qui vient d'achever une tournée du Québec. «Jean Charest s'est servi de son pouvoir de déclencher des élections afin de masquer son incompétence, son incurie, son incapacité, non seulement à dire la vérité, mais à gouverner le Québec. Les Québécois sont choqués de ça. Je l'ai senti», a laissé tomber le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de santé et de services sociaux et d'affaires intergouvernementales canadiennes. «Ils sont désillusionnés à l'égard de la culture de l'échec des gouvernements libéralo-péquistes qui perdurent depuis des décennies», a-t-il ajouté.

Éric Caire estime que les positions du parti, notamment quant à l'avenir constitutionnel du Québec, «devront être éclaircies». «On a besoin d'un chef qui a une vision claire pour le parti», a-t-il ajouté. «[Par ailleurs, sans chef], l'offre politique de l'ADQ est intangible.» Il entend proposer une solution de rechange «crédible» au Parti libéral du Québec et au Parti québécois.

Les candidats à la direction de l'ADQ ont jusqu'à mardi prochain pour remettre leur bulletin de mise en candidature. Les membres du parti éliront leur nouveau chef le 18 octobre.

Ce dernier aura à travailler d'arrache-pied pour réconcilier son parti avec l'électorat québécois. L'ADQ n'a remporté que six des 125 sièges de l'Assemblée nationale aux élections générales de décembre 2008. Aux dernières élections partielles, la candidate adéquiste dans la circonscription de Rivière-du-Loup, Gilberte Côté, qui tentait de succéder à Mario Dumont, a recueilli un maigre 15 % des votes. Mario Dumont avait quant à lui obtenu près de 52 % des votes sept mois plus tôt. M. Caire, 44 ans, dit être bien conscient de l'ampleur des efforts à déployer. «Redonner un second souffle à l'ADQ, ça ne sera pas chose facile», a-t-il fait remarquer hier.

À voir en vidéo