Échangeur Turcot - Des citoyens veulent du temps pour bien comprendre le projet

Des citoyens du village des Tanneries, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, disent avoir besoin de plus de temps pour se familiariser avec l'imposante documentation concernant la reconstruction de l'échangeur Turcot. Ils s'adresseront à la Cour supérieure ce matin pour demander que soient repoussées de quelques semaines les séances tenues par le Bureau d'audience publique sur l'environnement (BAPE), qui doivent commencer lundi prochain.

Les citoyens estiment que les cinq semaines qui leur ont été accordées pour éplucher les milliers de pages de documentation fournies par le ministère des Transports (MTQ) sont insuffisantes. D'autant plus qu'au cours des dernières semaines, d'autres documents ont été rendus publics par le ministère, notent-ils. «Même les spécialistes n'ont pas le temps de passer à travers cette documentation hypertechnique pour laquelle ils sont formés», signale Jody Negley, membre du Comité des citoyens du village des Tanneries.

La reconstruction de l'échangeur Turcot, qui sera réalisée au coût de 1,5 milliard de dollars et s'échelonnera sur six ans, bouleversera le quartier. Lors de la première soirée d'audience tenue le 11 mai dernier, ces citoyens avaient réclamé du BAPE un ajournement en invoquant l'absence de documents importants pour la compréhension du dossier. Deux jours plus tard, le président de la commission, Michel Germain, a rejeté leur requête alléguant que la loi ne lui permettait pas de repousser la date des audiences.

Les avocats des citoyens ne sont pas de cet avis et estiment que les règles de procédures relatives à la tenue d'audiences publiques permettent un tel ajournement lorsque le motif est valable. «On se prépare à bulldozer tout un quartier. La moindre des choses, c'est de donner l'occasion à ces gens-là d'être entendus», fait valoir Me Philippe Larochelle.

Les neuf requérants demanderont ce matin à un juge d'ordonner que le MTQ rende publics, au plus tard le 22 juin, tous les documents demandés, que le BAPE tienne d'autres audiences d'enquête les 23 et 26 juin et qu'il fixe au 1er juillet la date limite de remise des mémoires.

À voir en vidéo