Les déposants se font rassurants

L’édifice Price, à Québec, où loge la Caisse de dépôt et placement
Photo: Agence Reuters L’édifice Price, à Québec, où loge la Caisse de dépôt et placement

Parmi les 25 déposants de la Caisse de dépôt et placement, la Régie des rentes du Québec a révélé hier que son portefeuille a subi une perte de 26,4 % en 2008 mais a insisté, comme plusieurs autres, sur le fait que ses réserves financières ne sont pas en danger. Certains indiquent toutefois qu'ils profiteront d'analyses actuarielles l'an prochain pour décider s'il faut prendre des mesures spéciales.

Le porte-parole de la Caisse a dit que ses déposants, qui ont des profils d'investisseur différents les uns des autres, ont essuyé des pertes allant de 17 % à 27 %. Les déposants dévoilent eux-mêmes leurs résultats.

Ainsi, la Régie des rentes, qui verse des prestations à 1,5 million de bénéficiaires et prélève des cotisations à 3,6 millions de Québécois, a indiqué que son fonds est passé de 34,7 milliards au 31 décembre 2007 à 25,7 milliards au 31 décembre dernier. L'an dernier, la Régie comptait pour 22 % de l'actif net de la Caisse.

«La politique de placement du fonds est établie en fonction d'objectifs de rendement à long terme», a indiqué la Régie dans un communiqué. «Elle prévoit que le fonds peut connaître des années de rendements négatifs qui seront compensés au fil des ans par des rendements plus élevés. [...] À moyen terme, il est fort probable que les marchés récupéreront les récentes pertes.»

De toute manière, a ajouté le porte-parole de la Régie des rentes, «le régime est financé en majeure partie par les cotisations des travailleurs et des employeurs. Les revenus de placement ne représentent pas sa principale source d'entrées de fonds». Depuis la création du Régime des rentes, il y a 43 ans, le rendement moyen a été de 8,5 %.

La CCQ

Du côté de la Commission de la construction du Québec (CCQ), la perte pour 2008 est de 16,9 %. Cela représente une ponction de 1,99 milliard dans les coffres du Régime supplémentaire de rentes pour les employés de l'industrie de la construction. Au 31 décembre 2007, les réserves étaient de 11,7 milliards.

«Les mesures prises au cours des dernières années par les partenaires patronaux et syndicaux de l'industrie pour faire face à des périodes défavorables de même que les bons rendements des trois années précédentes auront toutefois permis de réduire l'impact de ce rendement négatif», a dit le président-directeur général de la CCQ, André Ménard. Les rentes ne sont pas affectées, a-t-il insisté, et le régime ne changera pas cette année.

Cependant, le régime subira une réévaluation actuarielle à l'automne, «ce qui donnera aux partenaires patronaux et syndicaux l'occasion d'analyser le bilan financier du régime et, le cas échéant, les mesures particulières qui pourraient être appliquées à compter du 1er janvier 2010».

La Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances (CARRA), qui chapeaute plusieurs régimes d'employés du secteur public, a elle aussi indiqué que les prestations évoluent en fonction des lois et règlements, et non des rendements de la Caisse.

Toutefois, l'an prochain permettra de revoir certaines choses. «Il est prévu que les prochaines évaluations actuarielles seront réalisées en 2010 pour les deux principaux régimes administrés par la CARRA, soit le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) et le Régime de retraite du personnel d'encadrement (RRPE). Par conséquent, d'éventuelles modifications aux taux de cotisation pourraient prendre effet en janvier 2011», a indiqué l'organisme.

Les pertes du RREGOP — qui compte pour près du tiers de l'actif de la Caisse de dépôt —, du RRPE et du Fonds d'amortissement des régimes de retraite (FARR) devraient tourner autour de 20 milliards, a estimé l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic. «Les pertes à la Caisse de dépôt et placement pour l'année 2008 sont historiques. Les retraités comme l'ensemble des citoyens du Québec veulent savoir à qui incombe la responsabilité de ces pertes. Selon nous, seule une véritable commission d'enquête permettra de faire toute la lumière sur les événements», a dit Madelaine Michaud, présidente de l'AQRP.

À la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST), le rendement pour 2008 ne sera dévoilé qu'en mars, mais les pertes à la Caisse, a-t-on indiqué, n'ont «aucun impact sur les taux de cotisation payés par les employeurs du Québec en 2009».

À voir en vidéo