Nouvelle salle de concert de l'OSM - Un PPP moins risqué... pour le secteur privé

La crise financière mondiale provoque des fausses notes dans le projet de construction de la nouvelle salle de concert de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM). Après un crescendo des coûts du projet, Québec apporte des ajustements.

Le gouvernement du Québec vient de décider de transformer une partie du risque financier du futur partenaire privé en dette publique afin d'ériger l'Adresse symphonique attendue depuis plusieurs décennies.

Ainsi, à la fin des travaux de construction de l'édifice, qui sera situé sur l'esplanade de la Place des Arts, Québec versera 75 millions au partenaire privé, soit environ le tiers des coûts estimés de construction. Ce faisant, le gouvernement devra emprunter cette somme, ce qui réduira les paiements subséquents qu'il devra effectuer sur une période de 30 ans pour l'entretien de la salle de l'OSM.

Un des arguments régulièrement invoqués par Monique Jérôme-Forget, ministre des Finances, en faveur des partenariats public-privé est que le gouvernement pourra ainsi alléger son service de la dette et transférer le risque au privé. Ce n'est plus qu'une portion des versements au partenaire privé qui seront faits à même le budget annuel de fonctionnement du Québec. Le même scénario s'applique pour les ententes de PPP des autoroutes 25 et 30.

La décision gouvernementale s'appuie sur l'observation des marchés mondiaux où les conditions de financement sont devenues très difficiles pour les entreprises privées, a expliqué hier Hugo Delaney de l'Agence des partenariats public-privé. «Le gouvernement a constaté l'écart entre ses propres taux et les taux de financement que peut obtenir le privé. En agissant ainsi, ça lui coûte moins cher», a précisé M. Delaney.

La situation entraîne des modifications à l'appel de propositions pour le PPP de la salle de concert qui devait se terminer aujourd'hui même. Outre le changement au calendrier de paiements du gouvernement, Québec a accordé un nouveau délai aux trois consortiums en lice afin qu'ils puissent modifier leurs propositions financières.

En novembre dernier, les soumissionnaires ont déposé leurs propositions techniques, dont la conception architecturale de la salle de concert. Au même moment, ils ont remis leur estimation des coûts de construction. Ces propositions ont été déposées en fidéicommis. Compte tenu de «la baisse de certains coûts dans le domaine de la construction observée depuis quelques mois», le gouvernement propose aux consortiums de bénéficier de ces changements en modifiant leur offre initiale.

Cet aspect de la proposition financière du projet ainsi que les coûts de financement pour le PPP devront être communiqués au gouvernement le 5 mars prochain. Par la suite, on retiendra un candidat. La signature de l'entente pourrait se faire en avril pour une livraison attendue de la salle en 2011.

C'est en juin 2006 que le gouvernement de Jean Charest annonçait le projet d'une salle de concert réalisée en PPP et baptisée l'Adresse symphonique. Coût de l'opération: 105 millions de dollars. L'été dernier, Le Devoir révélait une explosion des coûts. Le budget maximum s'établissait alors à 266 millions. En septembre 2008, ce plafond budgétaire a sauté; les soumissionnaires pourront présenter des projets plus dispendieux.

À voir en vidéo