891 millions d'investissements pour économiser l'énergie

La Régie de l'énergie a commencé hier à tenir audience pour étudier le Plan d'ensemble d'économies d'énergie 2007-10, le premier mis au point par l'Agence d'efficacité énergétique du Québec (AEÉ).

La réalisation de ce plan triennal coûtera 891 millions, dont 113 millions ou 13 % sont alloués pour la gestion des dizaines de programmes gérés par les distributeurs d'énergie ou par l'agence elle-même. Les distributeurs fourniront 778 millions pour réaliser ce plan, qui doit permettre au Québec d'économiser 25 655 terrajoules, soit 17 % de l'objectif de la Stratégie énergétique du Québec d'ici 2015.

Hydro-Québec Distribution va fournir la part du lion des investissements requis, soit 621 millions, suivie par Gaz Métro avec 53,4 millions. Les distributeurs de mazout et d'essence n'auront pas à financer de plans respectifs. Ce sont plutôt les fournisseurs de ces combustibles qui devront ensemble verser à l'Agence une somme de 84,8 millions, laquelle aura des répercussions sur les prix facturés aux distributeurs et aux consommateurs.

Ces investissements devraient générer des «bénéfices nets actualisés» de 638 millions pour la période 2008-10. En comparant les économies annuelles aux coûts globaux, y compris les investissements exigés des acteurs économiques, le coût de revient des initiatives du Plan d'ensemble coûtera 8 $ par gigajoule économisé.

Un gigajoule (GJ) est une mesure internationale qui représente 1 milliard (10 -9) d'unités d'énergie, toutes formes confondues, alors qu'un terrajoule (TJ) en représente 1000 fois plus.

Ce premier plan, qui sera débattu et critiqué en audiences, sera suivi dès le début de l'été prochain d'un deuxième, sensé couvrir la période 2010-13. C'est à partir de ce plan que plusieurs des projets annoncés par l'AEÉ hier vont prendre forme sur le terrain.

Résidentiel

Dans son plan, l'AEÉ annonce pour une date indéterminée une importante révision de la réglementation sur l'efficacité énergétique des bâtiments, qui aboutira notamment sur une norme Novoclimat plus rigoureuse et sur deux normes adaptées aux régions nordiques et arctiques.

Le secteur résidentiel est régi par un total de 29 priorités gouvernementales, ce qui a donné lieu à 27 programmes offerts aux consommateurs d'énergie qu'on retrouve dans le patrimoine bâti ou à venir. L'importance et la multiplicité — certains disent le fouillis! — des programmes offerts s'expliquent par l'importance du secteur, lequel consomme 20 % de toute l'énergie au Québec. Cette consommation se répartit ainsi: 68 % sous forme d'électricité, 6 % en gaz naturel, 17 % en mazout et 9 % en bois.

Le chauffage des locaux fournirait le potentiel d'amélioration le plus important, selon l'AEÉ, principalement en ce qui a trait à l'enveloppe des bâtiments et à l'efficacité des équipements de chauffage. L'essentiel des fonds des différents programmes offerts au public visent la clientèle des ménages à faible revenu, une mesure sociale qui accorde moins d'importance aux résidences souvent plus grandes et plus énergivores des mieux nantis.

De ce côté, l'agence vise principalement le remplacement des appareils de chauffage au mazout, le déploiement de nouvelles technologies énergétiques et le recours à des énergies renouvelables, y compris, mais marginalement, à la géothermie.

L'agence annonce qu'elle entend s'investir éventuellement dans des programmes destinés aux bâtiments à logements multiples et aux autoconstructeurs. La mesure la plus novatrice est sans contredit la possibilité de rendre obligatoire l'évaluation de la performance énergétique des résidences au moment de leur vente.

Commerces, industries et municipalités

Les 5300 bâtiments de ce secteur, dit des affaires, sont responsables d'une facture d'énergie annuelle de près de 800 millions $. Le potentiel d'économies se concentre du côté des bâtiments, dans l'achat et l'usage des véhicules. Mais de ce côté, rien d'obligatoire. On vise plutôt à informer, à former et à inciter à la reddition de comptes. En tout, 31 programmes, presque tous en place depuis un bon moment. L'agence annonce pour plus tard un «guichet unique» pour démêler, là aussi, les usagers, une approche plus fine des clientèles moins sensibles comme les petits commerces, et de s fonds pour la conception des futurs bâtiments.

Le secteur industriel, qui consomme déjà 39 % de l'énergie au Québec, obtient des fonds importants, comme ces 50 millions déjà offerts pour aider les entreprises à «réduire la période de récupération» de leurs investissements, par ailleurs déductibles de leurs revenus et donc en partie financés par le Trésor public. Dans ce secteur, aucune règle ne limite, comme du côté résidentiel, l'aide aux plus démunis.

Transports

Les vraies surprises de ce Plan d'ensemble se situent sans contredit du côté des transports, où l'agence propose de financer les «plus mauvais consommateurs», propriétaires de gros véhicules énergivores, s'ils veulent faire l'acquisition de véhicules qui consommeront minimalement trois litres de moins.

Aucun financement du genre n'est prévu pour encourager les consommateurs déjà moins énergivores et qui veulent le demeurer par des programmes de type «malus-bonus», comme l'Europe, d'autres provinces et des États voisins en utilisent avec succès depuis des années. En plus d'une aide à la mise au rancart des vielles voitures, l'agence annonce une aide supplémentaire, mais non définie, pour les «véhicules à haut rendement énergétique», comme les véhicules électriques.

Le plan de l'agence se limite enfin à un programme d'inspection et d'entretien sur les composantes mécaniques ayant une incidence sur la consommation de carburant, dont on ne voit aucunement la portée.

Enfin, l'agence propose un programme relativement marginal par son enveloppe budgétaire, consacré à l'innovation technologique et aux énergies alternatives.

Texte intégral: www.aee.gouv.qc.ca
6 commentaires
  • Michelle Bergeron - Inscrit 8 janvier 2009 01 h 09

    Le bois énergie renouvelable qui tue et sale

    Chauffer au bois avec un poêle EPA durant 60 heures est égal en paticules fines 2.5 à une année auto ayant parcourru 18000 kilomètres. Ajoutez quelques haures de plus poour les poêles aux granules. Avec un poêle à combustion 9 heures égal une année auto ayant parcouru 18 000 kilomètre.
    Au Canada le Québec sommes les champions de la pollution de l'air en particules fines 2.5 qui tuent causée par la combustion du bois et des camions diesel.

  • Daniel Beaudry - Abonné 8 janvier 2009 07 h 45

    beaucoup d'argent pour peu

    26755 terrajoules sur 7 ans (2015-2008) c'est la consommation d'environ 28000 maisons pendant cette période.
    891 millions divisé par 28,000 maisons représente 31500 dollars par maison sur 7 ans ou autrement dit, la consommation de 190,000 maisons sur un an. Si on estime à 2 millions le nombre de maisons au Québec, (4 personnes par maison) le montant représente 64 dollars par maison par an
    Mon calcul est basé sur une estimation fournie par Enbridge qui écrit dans ses dépliants que la consommation moyenne annuelle en Alberta est de 135 gigagoules par an et par maison. L'économie de 26655 terrajoules sur 7 ans représente 2 gigajoules par an et par maison, soit 1.5% de la consommation des maisons. Refaites le calcul vous-même et dites-moi si je suis loin de la réalité.
    Daniel Beaudry

  • Fernand Trudel - Inscrit 8 janvier 2009 09 h 44

    Ou sont les constructions nouvelles là dedans

    La Rupert, la Romaine, les Lower Churchill Falls, Gentilly II et les éoliennnes s'ajouteront aux économies recherchées par divers programmes ci-haut décrits pour produire d'énormes réserves d'énergie.

    Ou ira tout cette électricité nouvelle et économisée ???

    Et puis les nouvelles technologies comme les nano batteries qui pourraient rentabiliser encore plus les barrages existants en emmagasinant l'électricité en période d'accalmie de la demande alors qu'actuellement on ouvre les vannes de dérivations pour faire tourner moins vite les turbines.

    On est en droit d'avoir un bilan énergétique global surtout qu'on se lance sans raison à l'arnachement de La Romaine. J'ai hâte qu'on m'explique les besoins de le faire surtout avec les chantiers en cours et les plans d'économie d'énergie qui frisent le milliard.

  • Kris Richard - Inscrit 8 janvier 2009 21 h 35

    Trompe l'Oeil

    Un Trompe l'oeil oligarchique contrôlé par QUI au juste?
    Et Pourquoi le Ministre Béchard a-t-il besoin de cet Agence?
    Sur le Site Web,
    http://www.aee.gouv.qc.ca/lagence/financement-et-o
    on ne voit pas beaucoup où va tout ce bel argent.
    Les quotes parts des distributeurs de pétrole sont un leurre car les distributeurs vont augmenter leurs tarifs et cela va faire augmenter le Litre de Lait au Couche Tard.
    On se fait radicalement VOLER des deux BOUTS!
    On prend l'Argent qui arrive au Gouvernement et on le redonne pour faire des études, créer une Balounne juste pour trouver une raison à dépenser des Budgets puis favoriser certaines personnes plutôt que d'Autres. Autrement dit il n'y en a que pour les Riches. C'est Libéral!

    QUI a décidé que cet Argent n'appartenait pas aux Pauvres?
    Qui a décidé, et ce autant pour le Fonds Vert, de syphoner et même de faire dériver les quotes parts avant leurs rentrées au Gouvernement.
    http://www.regie-energie.qc.ca/regie/Declaration_F

    Où sont présentement ces Millions?
    Qui en a la gestion?
    Qui va payer pour tout ça?
    Les CONS TRIBUABLES comme NOUS?
    L'Organigramme de l'Agence d'Efficacité Energétique du Québec est une Agence?
    http://www.aee.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/Org

    Les Postes de polices des MRC sont devenues des Agences!
    La Sureté du Québec alors, c'est devenue quoi?
    Les Caisses Populaires Desjardins sont devenues des Agences dont deux ou plus sont dans la même Caisse.
    Ainsi on fait plus de COOPERATIVES. Une Province COOPERATIVE/
    Les Agences...Les Agents et les Agentes.

    En tout cas, Monsieur Béchard, c'est rire du Peuple pas à peu près...

    Kris Richard
    08012009

    http://17.xooit.fr/index.php

  • Kris Richard - Inscrit 8 janvier 2009 21 h 45

    Merci Daniel Beaudry

    Merci Daniel Beaudry, vous démontrez vraiment que nous n'avions pas plus besoin du Fonds Vert que cette Agence pernicieuse au plus haut point.

    C'est Libéral, c'est pour les Riches...

    @+

    Kris Richard