Élection d'un premier député de Québec solidaire - Un petit pas pour l'homme, un pas de géant pour la gauche

Amir Khadir et Françoise David
Photo: Jacques Grenier Amir Khadir et Françoise David

L'un jubile, l'autre encaisse le coup. Au lendemain des élections, le chef du Parti vert du Québec (PVQ), Guy Rainville, s'est dit «déçu» des résultats du scrutin et annonce qu'il va, dans les prochains mois, «revoir les bases» de sa formation politique. Pour sa part, Québec solidaire (QS), s'est encore une fois réjoui de l'élection de son premier député, Amir Khadir, dans Mercier, «qui a fait mentir plusieurs chroniqueurs», a dit Françoise David, une des deux porte-parole de QS. Mais elle reconnaît toutefois que son parti a encore beaucoup de travail «pour conquérir le coeur et l'esprit de [ses] contemporains».

Avec 3,79 % des suffrages, QS n'a en effet pas amélioré de manière significative ses appuis au sein de la population. Pis, dans l'absolu, le parti de gauche a même perdu l'appui de 21 000 électeurs, par rapport à 2007, «mais vous savez pourquoi? lance Mme David. C'est à cause du taux de participation le plus bas depuis 1927.»

Au-delà des chiffres, Québec solidaire estime avoir malgré tout «amélioré ses résultats» en effectuant des «percées dans plusieurs comtés», comme Hull et Taschereau, dans le coin de Québec, mais aussi dans Outremont, Rosemont ou Laurier-Dorion, sur l'île de Montréal. Par ailleurs, la victoire de M. Khadir, face au péquiste Daniel Turp dans Mercier, a été qualifiée de «grand pas» qui vient d'être franchi par le jeune parti de gauche. «Nous pensons que cela va être un levier intéressant, a dit Mme David. Cela va peut-être donner envie à d'autres» d'élire un député solidaire.

Professeur de science politique à l'université McGill et coauteur d'une étude sur la montée des tiers partis à l'élection de 2007, Éric Bélanger estime lui aussi que l'entrée d'un solidaire à l'Assemblée va donner «plus de visibilité» à ce petit parti, désormais quatrième en importance sur la scène politique. Mais il maintient toutefois que l'élection d'Amir Khadir relève de l'épiphénomène, «un peu comme l'élection de Thomas Mulcair dans Outremont», dit-il. «Je ne pense pas qu'il soit possible de dégager une tendance sur cette base.» Et il ajoute: «L'électorat de QS est très typé, très à gauche et ne rejoint pas un grand bassin d'électeurs au Québec. Il n'y a donc pas pour lui grande place à la croissance.»

De la croissance, le PVQ en a rêvé au début de la campagne en annonçant ses intentions de doubler ses appuis — en 2007, les Verts avaient séduit 3,85 % de l'électorat. Avec désormais 2,18 % des suffrages, l'objectif n'a pas été atteint. «La population, mais aussi nos troupes qui sortaient d'une élection fédérale, étaient essoufflés, justifie Guy Rainville. Et puis nous avons manqué de ressources humaines et financières sur le terrain. Dès janvier, je compte d'ailleurs amorcer une grande tournée du Québec pour parler du PVQ, écouter les besoins de la population, et revoir nos bases à l'échelle de la province.»

Pour Brian Gibb, ex-président du PVQ, la débâcle est «décevante», mais elle était aussi «prévisible». Le chef des verts, dont il a contesté publiquement le leadership en septembre dernier avant de claquer la porte du parti, «a mené une campagne nationale pas vraiment extraordinaire, dit-il. Contrairement à QS, il n'a pas réussi à s'imposer et à imposer les idées du parti dans le débat public. Il doit aujourd'hui en assumer la responsabilité», dit-il.

Pour Éric Bélanger, les verts ont aussi été victimes du manque d'intérêt pour les questions environnementales lors de cette campagne. «Les grands partis ont aussi fait un effort pour aller chercher le vote vert», dit-il en évoquant le passage de Scott McKay, ex-chef des verts au Parti québécois (PQ). Dans l'absolu, le PVQ ressort perdant du vote de lundi avec un recul de 82 000 voix par rapport à 2007. Cela devrait entraîner une perte de 54 000 $ annuellement dans son budget, selon les règles de financement des partis politiques.
18 commentaires
  • Mathias Brandl - Abonné 10 décembre 2008 00 h 27

    Le vers Solidaire...

    Message à Françoise David :

    Vous êtes l'initiatrice d'un récent parti politique, Québec-Solidaire. Moi, je suis un simple militant gauchiste, social-démocrate, souverainiste et péquiste, mais ce, depuis relativement longtemps (depuis les années 1970)

    Visiblement, vous travaillez activement à l'avancement et au succès d'un parti politique, votre Québec-Solidaire. Moi, je travaille pour l'avancement le plus rapide possible de notre statut de peuple distinct et pour la promotion et la reconnaissance de nos spécificités sociales et culturelles québécoises. Et le Parti québécois m'apparaît comme un véhicule reconnu pour l'avancement de cette cause, largement endossée au Québec.

    Le Parti Libéral représente pour l'ensemble des nationalistes québécois, un obstacle majeur à l'épanouissement de notre peuple en tant que nation. Il représente donc le parti à combattre et à mettre à l'écart. Or en seulement 5 ans, il a pu être élu 3 fois consécutivement, et la motivation ultime de tout péquiste est sa défaite pour son remplacement par un parti souverainiste et social-démocrate fort et opérationnel.

    Il apparaît que d'élection en élection depuis 2003, vous vous positionnez ouvertement comme une alternative au Parti québécois, ce qui fait de votre parti rien de moins qu'un compétiteur direct pour cette formation, susceptible d'affaiblir ses gains et ses chances d'écarter le Parti libéral du pouvoir.

    Ce 8 décembre 2008, le Parti libéral vient de remporter un troisième mandat, comme gouvernement majoritaire de surcroît, ce qui n'est pas dans l'ordre des choses et retardera inévitablement la progression du Québec dans sa démarche vers sa maturité politique. Ce gouvernement s'est en effet installé au pouvoir pour un minimum de quatre années, possiblement cinq. S'il avait été minoritaire, il n'aurait pu durer plus de deux ans.

    Avez-vous, comme formation politique en confrontation ouverte avec le Parti québécois, fait le bilan suivant : dans au moins 4 comtés, vos votes ont favorisé de façon mathématique le Parti libéral au détriment du Parti québécois, lui permettant d'engranger son score de 66 sièges et d'accéder ainsi à sa majorité ! Encore deux années de plus de destruction libérale, grâce au petit Québec-Solidaire !! Merci, merci beaucoup, Françoise David....

    Déjà frustré par votre rôle contre-productif pour le Québec aux élections de 2007, j'estime maintenant que votre bébelle de parti, qui n'arrive visiblement pas à cumuler plus qu'un insignifiant 2 % (ou 400 voix) dans la grande majorité des 125 circonscriptions du Québec, est devenu maintenant un risque majeur de recul pour cette nation au destin éminemment fragile.

    Vous avez beau vous gargariser avec votre gain d'un premier siège à l'assemblée nationale, vous savez fort pertinemment que votre présence sur l'échiquier politique relève du plus pur nombrilisme, que votre progression éventuelle au Québec sera d'une lenteur insoutenable, et que dans cette période interminable, vous continuerez à diviser le vote québécois et à hypothéquer la mission d'un parti frère dont nous sommes nombreux à attendre qu'il autorise enfin pour le Québec le pas de géant attendu depuis près d'un demi-siècle maintenant (sa période d'existence)

    Naturellement, comme dans le cas de beaucoup d'acteurs sociaux sur cette planète, être petit n'empêche pas de pouvoir s'avérer gravement irresponsable et de produire des torts regrettables dans son milieu. Votre prétention inavouée, se limitant visiblement et bêtement à celle de ''la grenouille voulant devenir aussi grosse que le boeuf'' ne fera de toutes façons jamais le poids devant la noblesse des aspirations de la majorité des Québécois, aspirations qui ont su se manifester bien longtemps avant que vous ne nous apparaissiez comme grenouille.....

    Prenez donc un minimum de recul pendant qu'il en est encore temps, vous, votre associé et votre petite tribu, simplement pour constater l'ampleur de la déviance et du vide stratégique qui marque vos activités, de même que les torts à notre bien commun que vous arrivez à générer !


    Mathias Brandl, Ste-Pétronille

  • Michelle Bergeron - Inscrit 10 décembre 2008 04 h 39

    Ce financement à ses mauvais côtés...

    Les partis politique plus loin des citoyens chose que René Lévesque avait pour but ce lien avec le peuple. Celà n'aide pas la déprime des citoyens des partis qui n'écoute plus. des partis de groupes de pression plutôt que du peuple comme individu. Ces groupes ont des intérêts que ce soit l'économie sociale, groupe environnement, syndicaux et patronaux. Tous le gagne pain ajouter aux convictions que l'on cherche à imposer. Nous avons de nombreux poteaux comme candidat aux élections qui sortent de où pour retourner où...seulement pour le $ et si il y a vague le poteau à l'Assemblée nationale malgré lui.

  • Alain Roy - Inscrit 10 décembre 2008 07 h 29

    @Mathias Brandl

    Les insultes sont l'arme des faibles. Cessez donc d'utiliser cette tactique et dites-nous exactement pourquoi on n'aurait pas le droit dans un système démocratique de défendre d'autres valeurs que celles du PQ?

    QS promeut d'autres valeurs que celles du PQ, ce n'est pas seulement l'indépendance du Québec qui nous animent mais un ensemble de revendications beaucoup plus progressistes que celles que le PQ défend.

    De plus, QS ne s'amuse pas à mettre des gens de droite à sa tête comme vous l'avez fait avec Lucien Bouchard et André Boisclair sous prétexte qu'ils étaient connus. On connaît les résultats dans le cas de Boisclair, bonne leçon.

    QS est défini par sa base et ses dirigeants écoutent sa base militante. C'est un parti politique fort différent du PQ où l'aile parlementaire dirige l'organisation.

    L'élection d'Amir Khadir va ajouter une autre voix et surtout, d'autres idée, à l'assemblée nationale. Dommage que les gens de Gouin n'aient pas vu l'opportunité unique qu'ils avaient de placer également Françoise David à l'assemblée nationale. On a pas besoin d'autres députés qui sont muselés par leur parti. On a besoin de gens comme Amir et Françoise qui défendent un autre Québec que celui que le PLQ et le PQ nous proposent (et surtout qui se ressemblent tellement, il n'y a que la souveraineté qui différencie réellement le PQ et le PLQ.. pour le reste, ça relève de la subtilité!!).

  • Daniel Di Raddo - Inscrit 10 décembre 2008 09 h 10

    Réponse à M. Brandl

    Voilà, ça recommence. M. Brandl vous êtes le premier et sûrement pas le dernier que nous allons lire sur le sujet: la «science» du déplacement des voix de Québec solidaire...qui évidemment ont fait perdre des sièges au PQ.

    Reporter 100% des voix de QS sur le PQ dans un comté relève de la pensée magique. Aucun électeur de QS ne se serait abstenu? Aucun n'aurait voté pour les verts? À moins de faire aussi disparaître, d'un coup de baguette magique, les candidats du PVQ du bulletin de vote.

    Si vous voulez vraiment analyser le phénémène de l'érosion du vote du Parti québecois, il faut regarder avec l'oeil droit ouvert lui aussi. Dans la région de Chaudière-Appalaches, en 2003 déjà, plusieurs députés péquistes sortants s'étaient retrouvés troisième; et, dans ce coin de pays, le score actuel du PQ le confine presque à un statut de tiers-parti... sans parler de la région de Québec, où, le Parti québecois peine à faire élire plus de 2 ou 3 députés, là aussi, depuis 2003. Ce sont des données facilement mesurable, à partir des statistiques électorales disponibles sur le site du Directeur général des élections. Et, ce déplacement de voix c'est fait au profit de l'ADQ.

    En passant, le 8 décembre, dans Mercier et Gouin, les 2 comtés où QS fait ses meilleures performences, le PQ augmente son pourcentage de vote...

  • jacques noel - Inscrit 10 décembre 2008 09 h 19

    "C'est à cause du taux de participation le plus bas depuis 1927»

    "C'est à cause du taux de participation le plus bas depuis 1927.» dit la Mère Téresa d'Outremont qui a manqué de classe à l'égard de Mario Dumont lundi soir (Dumont qui a quand même eu 4 fois plus de votes qu'elle!)

    Faux. Le PQ et le PLQ ont augmenté leur nombre d'électeurs.
    QS a planté de 15%