Mercier - Le président des verts abandonne son candidat et souhaite la victoire d'Amir Khadir

Intimidation et trahison dans Mercier. À quelques jours du scrutin provincial, le candidat du Parti vert du Québec (PVQ) de cette circonscription montréalaise, Olivier Adam, s'est dit hier victime d'une «campagne d'intimation» orchestrée par plusieurs sympathisants de Québec solidaire (QS) qui souhaitent encore et toujours que le Vert laisse le champs libre à Amir Khadir, candidat de QS dans ce comté. Un Amir Khadir qui, au coeur de cette tempête, a reçu toutefois cette semaine un appui de taille: le président du conseil exécutif du PVQ dans Mercier, Sylvain Valiquette, estime en effet que le «tour» du porte-parole de Québec Solidaire, est désormais arrivé.

«Je sais que c'est délicat, a indiqué hier au Devoir M. Valiquette, candidat vert dans Mercier en 2007, mais je considère aussi qu'un changement serait le fun. Amir Khadir a fait une bonne campagne. Il a désormais une opportunité. Ce serait bien que ce soit son tour.»

Joint hier au téléphone, Olivier Adam a dit avoir «très hâte que tout ça finisse». Il qualifie au passage cette fin de campagne de «détestable» et parle des «coups en dessous de la ceinture» qui sont désormais légion. «Ce n'est pas pour vivre ça que je me suis engagé en politique», a-t-il indiqué.

Selon lui, les derniers jours ont été éprouvants en raison de l'acharnement des sympathisants qui, par lettre, au téléphone ou en personne, lui demandent encore et toujours «de retirer [son] nom de la liste électorale» pour permettre à Amir Khadir de remporter le comté actuellement détenu par le péquiste Daniel Turp. En 2007, QS est arrivé en deuxième position dans cette circonscription qui englobe, entre autres, le quartier du Plateau Mont-Royal, en retard de 1123 voix sur le PQ. Cette année là, les Verts ont séduit 2398 électeurs.

«Le ton commence a être agressif, poursuit-il. C'est un peu la méthode Bush: vous êtes avec nous ou vous êtes contre nous, me fait-on comprendre. Or, comme j'ai refusé de retirer ma candidature dès le début de la campagne, cet acharnement commence sérieusement à ressembler à du harcèlement.»

Tout en se défendant d'être à l'origine de tout ça, Amir Khadir trouve exagéré de parler d'intimidation «quand Laure Waridel t'écrit», a-t-il indiqué. La militante écologiste a en effet adressé un courriel à M. Adam pour lui demander, fin novembre, de «poser un geste historique pour l'environnement au Québec en retirant [sa] candidature dans Mercier».

M. Khadir qualifie «d'ambassadeurs de bonne volonté» les personnes qui entrent en contact avec le candidat vert pour plaider la cause du porte-parole de QS, «mais c'est leur démarche, ça ne m'appartient pas». Il reconnaît toutefois que «quand les gens sont enthousiastes, il est normal qu'ils essayent de rendre leur enthousiasme contagieux». Et il ajoute: «Je trouve qu'Olivier Adam est courageux [de se présenter dans Mercier]. Mais il faut aussi qu'il assume. C'est ça, la politique.»

Tout en rêvant d'une victoire de QS dans Mercier, le président de l'organisation des Verts dans ce comté, Sylvain Valiquette, estime qu'une entente entre les deux partis aurait du être conclue avant les élections pour éviter d'en arriver là. «Mais des deux côtés, il y a des ailes dures qui compliquent les choses», dit-il. Toutefois, un pacte de non-agression aurait été entériné entre les Verts et les Solidaires dans les circonscriptions de Mercier et de Gouin, où Françoise David se présente. «Mais ce pacte n'est, de toute évidence, pas respecté», dit Olivier Adam qui déplore le fait que «deux petits partis» soient rendus à se «piler sur les pieds».

À voir en vidéo