De l'utilité de l'ADQ

«Le lendemain de l'élection, on interprétera les résultats», dit Mario Dumont. Au rythme où son parti dégringole dans les sondages, il pourrait bien devoir envisager une nouvelle carrière.

Faudrait-il regretter la disparition de l'ADQ? On peut être en désaccord avec les idées qu'elle véhicule, comme la mixité de la pratique médicale ou encore le versement d'une allocation mensuelle de 100$ pour chaque enfant de moins de six ans. Quand M. Dumont défend son programme sans verser dans la démagogie, il n'en contribue pas moins de façon très utile au débat public. Il faut lui reconnaître d'avoir forcé une réflexion sur l'efficacité du «modèle québécois» que les «vieux partis» n'aurait peut-être pas initiée. En revanche, quand il brandit la menace d'une amputation des pensions de vieillesse en raison des pertes de la Caisse de dépôt, il sème l'inquiétude de façon partisane et irresponsable chez des personnes déjà suffisamment vulnérables.