L'épreuve des faits - Les millions des Chagnon

Ils prétendent: Au débat des chefs, Jean Charest a dit: «Nous venons de lancer avec la Fondation Chagnon un programme de 200 millions de dollars sur dix ans pour venir en aide aux aidants naturels, pour les aider dans ce qu'ils font.»

Les faits disent:

Ce n'est pas la Fondation mais bien la famille de Lucie et André Chagnon, ex-propriétaire de Vidéotron, qui a annoncé son intention d'injecter 50 millions dans un fonds de 200 millions pour soutenir pendant dix ans les aidants naturels oeuvrant auprès des aînés. Québec doit fournir 150 autres millions. En dévoilant cette intention en mars dernier, la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, a expliqué que l'enveloppe spéciale devrait notamment «accroître l'offre de service de répit, briser l'isolement et la solitude, développer des services d'urgence et offrir une formation adaptée aux besoins de la personne chère».

Cette initiative découle du rapport de la Commission sur les conditions de vie des personnes aînées déposé plus tôt cette année. Le projet de loi instituant le fonds de soutien aux proches aidants (83), déposé en juin par la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, n'a pas été adopté avant le déclenchement des élections.

«Il y a toujours une volonté de la famille et une volonté du ministère», explique au Devoir le Dr Michel Boivin, professeur titulaire de l'Université de Montréal. Il agit comme conseiller spécial dans le dossier des proches aidants et comme représentant dans les négociations qui se poursuivent avec le sous-ministre aux aînés du ministère de Mme Blais. «Nous continuons à nous parler régulièrement pour mieux comprendre ce qui doit être réalisé. Oui, il y a actuellement une période d'arrêt, mais il y a une volonté conjointe d'arriver au prochain budget avec un protocole d'entente pour mieux préciser la nature des subventions.»

L'argent viendra bien de la famille Chagnon et pas de la Fondation Lucie et André Chagnon, qui se spécialise, elle, dans l'aide aux enfants de 0 à 17 ans. Idéalement, le programme pour les aînés et leurs aides sera mis en place en 2009 et les interventions se poursuivront donc jusqu'en 2019. Le Dr Boivin refuse de dévoiler quelle forme précise prendra l'aide aux aidants. Il parle plus largement de la nécessité de leur «offrir du répit et des formations».

La perspective de voir la Fondation s'insérer dans ce nouveau créneau charitable ne plaît pas à tous. «J'ai sursauté en entendant Jean Charest parler de ces 200 millions», dit Louise Vanier, directrice de l'organisme Interaction famille, présent dans Hochelaga-Maisonneuve depuis vingt ans. «La Fondation décide, impose et espère des résultats. C'est un peu dictatorial. On est loin de la philosophie du réseau communautaire qui demande de faire avec ses partenaires, de prendre du temps pour rendre les gens autonomes. [...] On peut négocier avec le gouvernement. On ne peut pas négocier avec les Chagnon.»
6 commentaires
  • Kris Richard - Inscrit 27 novembre 2008 08 h 33

    Vérificateur Général 2007 Fondation Chagnon - Vielle Salade

    Objet : Subvention de 200M$ à La Fondation Lucie et André Chagnon
    Monsieur le Vérificateur Général du Québec,
    Pour faire suite à ma lettre du 6 juin 2007 concernant le sujet en titre et désignant la forme pensée de la Fondation Lucie et André Chagnon qui se veut de s'accaparer les subventions offertes en partage pour aider les pauvres au Québec et amoindrir la souffrance de nos démunis, je vais m'efforcer de vous prouver que Monsieur André Chagnon et SA Gang d'Avenues Commerciales tendent tous ensemble à s'accaparer l'argent du Peuple pour le faire fructifier dans leurs domaines Boursiers en se servant d'hypocrisie avant de servir Hypocrate dans leur lutte contre la Maladie et la Pauvreté, les deux Facteurs les plus payant pour les PPP présentement sur le Marché des Subventions offertes par le Gouvernement.
    la suite à lire sur:
    http://17.xooit.fr/t26-1-Lettre-au-Verificateur-Ge
    C'est 400M$ que le consortium d affaire Chagnon a eu et qu'il a Envahit nos Universités avec le Mile Pertuis et les resto Commensal...

  • Sébastien Rivard - Inscrit 27 novembre 2008 09 h 16

    Non à la privatisation des programmes de santé publique

    Les critiques commencent à se multiplier sur la nouvelle politique de sous-traitance de programmes de santé publique à la Fondation Chagnon. En s'associant avec une fondation privée,ou pis encore un individu, le gouvernement se déleste de ses propres responsabilités en santé publique car, comme le souligne Madame Vanier, on ne peut, comme citoyen, négocier avec Chagnon. Ce modèle arbitraire de développement de programmes aux visées universalistes et exclusivement fondées sur une approche épidémiologique des problèmes sociaux (les gens sont pauvres à cause de leurs mauvaises habitudes de vie), nie complètement la nécessité d'associer directement la population victime des iniquités socio-sanitaires à la recherche de solution. Les organismes communautaires sont déjà présents et bien enracinés dans leur milieu. Pourquoi alors développer un nouveau réseau parallèle d'intervention semi-privée ?

    Pour des raisons démocratiques évidentes, le gouvernement doit absolument prendre ses distances avec la famille Chagnon, aussi bien intentionnée soit-elle.

  • Donald Bordeleau - Inscrit 27 novembre 2008 09 h 23

    Charest à de bon mot pour la famille Chagnon lors du débat.

    Ce n'était pas l'idée du siècle de Monsieur Jean Charest de parler de la Fondation des Chagnon. Il va se faire taper sur les doigts par la règle de Monsieur John Parisella. M.Charest aurait pu utiliser sa cassette. Il sait bien que de toute façon cela est noyé dans un océan d'information, et comme le dit un ancien conseiller de Monsieur Charest qu'il y a avait 7 millions de brebis québécoises qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez; qu'il fallait bien un gouvernement pour diriger ça.

    En 2000, les Chagnon ont cédé la totalité des actions qu'ils détenaient dans Vidéotron en contrepartie de 1,84 milliard de dollars. Du coup, monsieur André Chagnon et sa conjointe se sont subitement transformés en grands bienfaiteurs du Québec.

    En faisant intervenir une fondation ou il y investisse 1.4 milliards, Les Chagnon économise 460 millions, les Chagnon se sont retrouvés avec un montant net après impôts estimé à 1,03 milliard! Pour que toute cette planification se réalise, on créa la "Fondation Lucie et André Chagnon". Cette fondation, financée à toutes fins utiles aux trois quarts par les contribuables, s'est donné comme objectifs: la lutte contre la pauvreté chronique, la promotion de la santé et la prévention de la maladie ; en faisant changer les lois fiscales de façon rétroactive.

    Évaluer l'âme charitable des Chagnon en regard de leur fameux don de 1,4 milliard de dollars, on doit donc considérer l'avantage fiscal qui a accompagné leur décision. Si vous calculez bien, leur fameux don de 1,4 milliard de dollars aura permis aux Chagnon de soutirer du fisc des avantages fiscaux totalisant plus d'un milliard de dollars.
    Chagnon aide le système de santé et nous ont lui donne 1.03 milliard en retour. C'est qui le cave ?

    Les Bronfman, Monsieur Paul Martin et autres font des économies en utilisant les véhicules financiers des Fondations et des paradis fiscaux et évitent de payer des milliards en impôt à nos gouvernements.

    Les Québécois sont bien charitables. Mais si l'on aurait un seul gouvernement, on paierait seulement une fois. C'est un autre milliard de trop à la dette.

    Merci spécial à Monsieur Charest et à la famille Chagnon

    http://www.voir.ca/publishing/article.aspx?article

  • Roland Berger - Inscrit 27 novembre 2008 10 h 08

    Cette belle compassion

    Les bonnes âmes religieuses aident les pauvres pour augmenter leur troupeau ; les bonnes âmes non religieuses, tels les Chagnon, aident les malades pour augmenter leur fortune personnelle par le biais de Fondation. Mais où est donc cette belle compensation qui tire les larmes ?
    Roland Berger
    St-Thomas, Ontario

  • Normand Chaput - Inscrit 27 novembre 2008 10 h 50

    Bravo Chagnon

    Contrairement à bien d'autres, les Chagnon ne sont pas très tapageurs dans leur charité. Bravo! mais je ne peux pas dire merci parce que quand mes services doivent faire l'objet de négociations entre un gouvernement et un individu, je me pose des questions sur la représentativité dudit gouvernement. Je ne dispose que de quelques milliers de dollars pour mon rapport d'impôt mais il ne m'est jamais venu à l'idée de négocier quand je fais mon paiement. Je ne doute aucunement de la sincérité du donneur. En fait, j'en tire une leçon. Si on veut réussir, il ne faut pas trop faire confiance au gouvernement en place.