L'affaire de la Caisse de dépôt - Dumont revient sur l'épisode de la girouette

Scott-Jonction — Mario Dumont n'a toujours pas digéré l'épithète de «girouette» que lui a accolée Jean Charest il y a un an, lors d'un débat sur la Caisse de dépôt et placement (CDP), en chambre. Devant quelque 100 Beaucerons hier, M. Dumont a soutenu qu'à l'époque, au lieu «de faire des farces plates et de crier des noms aux autres à l'Assemblée nationale», Jean Charest aurait dû convoquer les dirigeants de la Caisse et leur demander des comptes. «S'il s'était occupé de l'épargne des Québécois. [...] Ce serait moins pire [sic] aujourd'hui», a-t-il pesté.

À l'automne 2007, les adéquistes s'intéressaient à la Caisse pour deux raisons. D'une part, ils se plaignaient que l'institution n'ait investi que 8 % de ses actifs dans les entreprises québécoises depuis que l'on avait changé sa mission. M. Charest avait alors traité le chef de l'opposition de «girouette», mot qui avait été banni du vocabulaire de l'Assemblée nationale par le président d'alors, Michel Bissonnette. (Ce dernier, un libéral, a vu sa relation avec le gouvernement s'envenimer à partir de cet épisode, ce qui a conduit à son départ cet été.)

C'est le mois suivant que M. Dumont a réclamé que la Caisse dévoile la taille de ses pertes dans l'affaire des papiers commerciaux. Il redoutait «la plus grosse perte financière de l'histoire de la Caisse de dépôt et placement du Québec», près de 4 milliards. (L'ADQ évoque aujourd'hui le chiffre de 30 milliards.)

En commission parlementaire, le président d'alors de la CDP, Henri-Paul Rousseau (il a démissionné ce printemps) s'était voulu rassurant, estimant les pertes de la CDP dans les papiers commerciaux à quelque 500 millions. En chambre, M. Charest, triomphant, se moqua encore du chef de l'opposition officielle, qualifiant ses allégations de «pétards mouillés». Il poursuivit: «Aujourd'hui, va-t-il encore prétendre que c'est vrai, alors qu'encore une fois il s'est planté? Encore une fois, il annonçait la catastrophe», a lancé le premier ministre en qualifiant M. Dumont tour à tour d'«incendiaire», d'«alarmiste qui, de manière inutile et irresponsable», a abordé cette question-là.

Avec une pointe d'amertume, hier, M. Dumont a affirmé que «dans ce dossier-là, [...] l'opposition adéquiste a fait son travail complètement, parfaitement... on a eu raison sur tous les points». Il soutient que le «seul drame» pour les Québécois, c'est que l'ADQ n'ait pas été écoutée par le gouvernement.

Séries

Le chef adéquiste a comparé hier la première partie de la campagne à une «saison régulière», alors que celle qui suivra le débat de demain s'apparentera aux «séries éliminatoires». Il a soutenu que l'ADQ mènerait bataille contre ce qu'il a appelé le couple «Charest-Marois», qui ont des programmes semblables en santé, pour les familles, pour les écoles et quant à l'augmentation de la dette et le retour aux déficits. Il a dépeint ce «couple royal» comme dansant la «valse des milliards», coupé du peuple, fréquentant les «riches et célèbres».

M. Dumont ne parle plus de former le prochain gouvernement. À la fin de son discours hier en Beauce, il a demandé que le 8 décembre, le Québec se donne «des députés adéquistes qui tous les matins vont travailler pour la population» Un de ses plus anciens députés, Janvier Grondin, élu dans Beauce-Nord a pour sa part lancé: «Moi, ça fait six ans que je suis dans l'opposition, je m'arrange très bien avec ça et je peux vous dire une chose, les citoyens de Beauce-nord n'ont jamais été pénalisés à cause de ça.»
 
5 commentaires
  • Donald Bordeleau - Inscrit 24 novembre 2008 08 h 22

    La Caisse de 4 millions de Québécois.

    Au Canada depuis 6 mois les caisses de retraites ont perdu pour 80 milliards. Dans cette foulée, notre Caisse de Dépôt et de Placement enregistre une perte de près de 20 % de son actif selon les données des bourses. La situation du crédit est plutôt inquiétante, car le gouvernement fédéral injecte 75 milliards pour soutenir les banques pour le crédit des hypothèques. Le ministre des finances déclare béatement que cela ne coutera pas un sous aux contribuables.

    Papiers Commerciaux

    La C.D.P.Q. a des titres de (PCAA) pour une valeur de près de 14 milliards. Le responsable de ce choix a été élu à la président de la C.D.P.Q. L'ancien président se retrouve maintenant chez Power Corporation qui possède pour près de 500 millions de titre de la C.D.P.Q . Il semble qu'il n'y a pas d'ingérence politique (sic) selon Jean Charest qui a imposé un changement de mandat à la C.D.P.Q. afin d'investir dans l'économie virtuelle pour des profits rapides. Cette erreur se traduit par des pertes colossales de notre bas de laine. Récemment des rencontres avaient encore lieu avec Monsieur Rousseau ( carnet d'adresse de Power) et le nouveau DG de la C.D.P.Q..

    Monsieur Jean Charest a imposé un mandat afin de maximiser son rendement à court-terme. Cela a amené H.P Rousseau à faire des investissements spéculatifs virtuels et à placer entre autres près de 14 milliards dans du papier commercial pourri (PCAA) pour un rendement de 2 ou 3 % de plus... mais ce papier commercial pourri est justement cet instrument qui a mis en faillites des dizaines de banques US et a amené le gouvernement américain à investir 750 milliards dans les banques pour éviter qu'elles ne s'écroulent. Le 14 milliards de PCAA représente une perte de 40 % des liquidités de la CDPQ.

    Également devant une certaines panique à la veille des élections, Jean Charest a créé « une équipe de vigilance » pour surveiller l'évolution des marchés financiers. Cette équipe, présidée par la ministre Monique Jérôme-Forget, doit l'aider à bien naviguer dans les eaux troubles d'un marché financier en déroute. Depuis deux semaines, la ministre Monique Jérôme-Forget est invisible. Elle a été occupée, a préparer la conférence de presse de vendredi en rappelant Pierre Brunet de son domaine de la lointaine Floride. M. Perreault et M. Brunet étaient très nerveux et voulaient vraiment se retrouver ailleurs. Selon eux le burn-out ( incapacité à gérer la pression liée au travail ) de Monsieur Guay se terminera mercredi le 10 décembre ( de quel année ). Avec les anti-dépresseurs, le congé risque de se prolonger sur plusieurs mois.

    Au sein de l'équipe de vigilance, il y a notamment des représentants de la Banque nationale, du Mouvement Desjardins, de la Caisse de dépôt, de la SGF, d'Investissement Québec, de Fondaction de la CSN. Ces nominations se justifient par l'importance de l'activité économique de chacun au Québec. Mais là on voit que Jean Charest a également nommé Paul Desmarais Jr. à ce comité de vigilance. Contrairement à tous les autres membres, Paul Desmarais Jr. représente une entreprise qui n'est presque plus présente au Québec depuis 1989.


    La panique

    Devant les pertes en cascades de la CDPQ , il semble que la stratégie libéral est de mettre au rancart Monsieur Richard Guay pour les mauvaises décisions sur le titre PCAA et les pertes sur des placements sur le marché européen estimé à 12 %. De plus, 10 conseillers en placement sont mis en disponibilité à la CDPQ. Drôle de signal qui est envoyé aux détenteurs de titres. Il va y avoir du lynchage à la Caisse, Monsieur Charest sera obligé à regret de donner des cartons rouges à plusieurs à la caisse.


    Évasion Fiscale par la CDPQ et les banques

    Selon une étude de U.Q.A.M les 5 plus grandes banques au Canada entre 1993 et 2007 ont éludé pour 16 milliards d'impôt par de l'évasion fiscale dans les paradis fiscaux grâces à leurs filiales. Les gouvernements sont au courant mais ne font rien.

    En 2003, un des placements faits en ce sens par la CDPQ a laissé une trace dans un bulletin de la Commission des valeurs mobilières du Québec (CVMQ). On y trouve la mention suivante : « J.P. Morgan Partners Global Investors (Cayman). Placement de parts de la société en commandite pour une valeur globale de 44 404 751 $ US. Souscripteur : Capital d'Amérique»DPQ inc.

    Quarante Filiales et sociétés sont administrées a l'étranger par la Caisse de dépôt et placement du Québec.( Nombre par pays = Belgique 4, États-Unis 9, France 15, Îles Cayman 6, Luxembourg 2, Malaisie 1 et Maurice 3. )

    Le but c'est de payer le moins d'impôt possible dit Suzanne Brochu de CDPQ. L'évasion fiscale, c'est moins d'argent dans l'éducation, la santé, la recherche, le développement, le dynamisme de l'économie en général. Et c'est aussi le mauvais exemple dit Yves Michaud ». «Les banques sont le haut lieu de l'évasion fiscale: 90% de l'escroquerie et de l'évasion fiscale.

    Pour aider les entreprises à se financer, ce qui est un objectif louable compte tenu de la crise du crédit, le Parti libéral propose d'autoriser Investissement Québec à prêter et à garantir des prêts pour 1 G$ de plus, et de fournir 1 G$ supplémentaire à la Société générale de financement (SGF) pour prendre des participations dans des sociétés québécoises. Deux autres milliards à la dette du Québec.

    Les provisions pour pertes

    Il y a une grande variation pour les provisions pour perte selon les différents détenteurs de (PPCA) du à la qualité du papier. A ce jour, la perte serait de près de 3 milliards pour la C.D.P.D. Et surprise, il semble que le mal est généralisé pour une quinzaine d'organismes publics du gouvernement qui ont investi pour 3.3 milliards de produit de (P.C.A.A.) dans le coffre du gouvernement, cela se traduit par une perte de 660 millions avec une provision de 20 % en perte. Un déficit pour la CSST de 328.6 millions pour l'exercice 2007. Le gouvernement passe l'éponge. La SGF a cependant également dû procéder à une dévaluation de 15 % des 132 millions qu'elle avait le malheur de détenir en PCAA, ce qui équivaut à une perte de près de 20 millions. La Financière agricole a un problème de liquidité. Le gouvernement l'a reconnu., Il reste peut-être d'autres cachettes, l'avenir le dira.

    Les frais de traitement des employés en 2007 sont passés malgré tout de 116 à 140 millions! Une augmentation de 20,7% en une seule année à la CDPQ, dans l'indifférence médiatique.

    Vendre le Québec

    Les projets du CHUM, du CUSM, de l'OSM, de l'UQAM, de l'autoroute 30 et tous les PPP qui sont dans les cartons des libéraux ne sont que le début d'une longue série de ventes de garage à nos frais auxquelles nous assisterons au cours des prochaines années si nous réélisons majoritairement un gouvernement de Jean Charest. Le pétrole du golfe St-Laurent, les hôpitaux, les CHSLD, l'assurance maladie, les réseaux d'aqueduc des municipalités, les parcs provinciaux ainsi que les routes et les rivières du Québec seront mis aux enchères une fois qu'il sera réélu avec une confortable majorité !


    Avec un actif sous gestion de 155.4 milliards de dollars, la CDPQ est un des plus gros investisseurs en Amérique du Nord. Uniquement avec la Régie des rentes du Québec, ce sont quatre millions de Québécois qui dépendent de la bonne ou mauvaise gestion de la Caisse. L'organisme gère, en outre, les fonds de 18 autres déposants, dont le Régime de retraite des employés du gouvernement du Québec, la Société de l'assurance automobile et la Société
    des alcools.

    De plus, Monsieur H.P. Rousseau est l'instigateur de la vente de débarras des fonds Évolution à notre désormais très célèbre Vincent Lacroix...ancien employé de la CDPQ. Le mandat de la Caisse est de protéger l'épargne des québécois et elle a livré en pâture 9 000 de ces mêmes québécois sans plus de vérifications. Aussi des pertes 90 millions de la CDPQ de son investissement chez Câble Satisfaction International inc en 2007..

    C'est plus inquiétant pour les petits épargnants de ne pas savoir que de connaître la vérité plus tard. Les investisseurs dans Norbourg ont su trop tard aussi avec le résultat que l'on connait.

    Malgré que le gouvernement en place a donné un beau chèque de 991 628$ venant du ministère des Finances à Vincent Lacroix sachant qu'il était en difficulté. La caisse Desjardins savait, car elle a pu récupéré 40 millions de ses placements en 2004.

    Est-ce que vous saviez qu'en 2009, la Régie des rentes ne bénéficiera aux électeurs qu'à compter de 62 ans à la place de 60 ans? Pour tous ceux qui n'ont pas de fonds de pension ailleurs devront travailler au moins jusqu'à cet âge. Le "gambling" de Monsieur Charest sur des titres à risque auront sacrifié une génération de travailleurs. Les dirigeants de la caisse le savent très bien et Monsieur Charest aussi.

    Jean Charest ( La Presse ) est capable de regarder les Québécois dans les yeux et de leur dire "moi, je le sais ce qui se passe à la Caisse de dépôt, puis vous vous êtes juste un petit déposant, vous ne le saurez pas"», a-t-il lâché."

    Votez pour un gouvernement responsable.


    La girouette c'est maintenant Monsieur Jean Charest

  • Guy Fafard - Inscrit 24 novembre 2008 10 h 54

    Ceux qui se font prendre

    Ceux qui se font prendre à dire trop d'inepties n'ont que des insultes comme dernier argument.

    Pauvre monsieur Charest.
    Lisez l'article de Donald Bordeleau.

  • Kris Richard - Inscrit 24 novembre 2008 14 h 47

    La Caisse de Bidons du Québec

    La Caisse de Bidons du Québec
    Des Bidons? Parce que les deux Gars qui sont venus parler devant les caméras sont des gérants opérant pour Desjardins un Consortium bien défini par sa Forme Pensée Coopérative et dont les Avenues Commerciales plaisent davantage aux élus municipaux qu'au Peuple en lui-même.

    La Caisse de Dépôt du Québec doit être comme l'imagerie d' un Oeuf, dans sa représentation tridimensionnelle du Trésor Québécois. Notre Or cachée dans un Coffre Fort.
    Le Jaune d'Oeuf représente l'Or et le blanc de l'Oeuf l'Argent liquide devant servir à transiger pour acheter son pain quotidien, ou payer les taxes et impôts, et le Conseil Administratif dont les membres se tiennent ensemble pour veiller à ce que des Individus assoiffés de Pouvoir ne désirant que garder leurs Caisses Populaires en fonction dans un Régime Libéral ayant fait en sorte que la Caisse de Dépôt du Québec soit devenue la Caisse Centrale Desjardins qui émet les chèques gouvernementaux...puis il n'y a personne qui réagit !
    Comment ça se fait que personne ose déclarer les magouilles à Charest?
    Parce que le Monde Québécor nous coûte cher en Tabarslak!
    La Poule aux Oeufs d'Or de Québécor, qui a pondu dans les 7 Eglises de la LNH, ose même s'en prendre aux Eglises Catholiques afin de Garantir ses mauvais placements en Engrossant son Parc Immobilier Desjardins, à 2 Piastres l'Unité en achetant nos Eglise pour Enfer des Musées et des Bibliothèques juste pour dépenser des budgets...
    En utilisant le beau cahier 2002 du Ministère de l'Education; Services Essentiels pour la Réussite Scolaire, Desjardins qui s'en ai servi, s'est graissé la patte pour faire vivre nos élus des MRC comme des Seigneurs de Comtés et ça fêtent dans les MRC depuis le premier Pacte Rural...
    Que Justice soit Rendue au Québecois et que Jean Charest vienne me répondre face à face devant la Caméra, puis nous allons voir pourquoi il a donné autant d'argents à ses amis avant de penser au Peuple.
    Vivre l'Apocalypse au Québec en 2008
    http://17.xooit.fr/index.php
    Kris Richard
    24/11/2008

  • Sylvie Paradis - Inscrite 24 novembre 2008 22 h 05

    appuie à monsieur Mario Dumont

    Je suis d'accord avec monsieur Dumont, que la lumière soit fait sur la caisse de dépôt du Québec. Les gens ont le droit de savoir, public ne demeurez pas dans l'ignorance. s.v.p. faites attention a ne pas vous faire bercer d'illusion par des partie comme Libéral et PQ. Bravo monsiur Dumont.

  • Charles Lanthier - Inscrit 25 novembre 2008 22 h 55

    CéDéPégate

    Ça devient chaud pour Charest, pourra t-il se défaire du poids montant du CéDéPégate? Il n'a pas réussit ce soir. Au contraire, il a paru plus que jamais à la défensive.