Olivier Adam dans Mercier - Mettre l'art au vert

Olivier Adam, 42 ans dit trouver à chaque coin de rue des oreilles attentives à son message, pas simplement écologiste, précise-t-il.
Photo: Jean-François Leblanc Olivier Adam, 42 ans dit trouver à chaque coin de rue des oreilles attentives à son message, pas simplement écologiste, précise-t-il.

La scène n'a pas été écrite. Intérieur jour: elle se déroule dans un café du Plateau Mont-Royal, devenu depuis le déclenchement des élections provinciales le quartier général officieux des candidats du Parti vert du Québec (PVQ) de Montréal. Les accessoires? Une table, deux tasses à café autour desquelles un politicien et un journaliste ont pris place. Pour l'occasion.

Action. Un homme vient discrètement couper court à la conversation. Il y a urgence. «Dans le fond, deux jeunes filles du quartier songent voter pour Québec solidaire, lance-t-il tout bas par-dessus l'épaule de l'aspirant député. Mais elles ne sont pas totalement convaincues. Dépêche-toi d'aller les voir.»

Olivier Adam sourit. Ce changement de dernière minute au scénario plaît au jeune producteur de films publicitaires et candidat des verts dans la circonscription de Mercier, qui confirme d'un regard qu'il a bien saisi le changement de cadrage à venir. «Après tout, elles se sont jetées dans la gueule du loup en venant prendre un café ici, lance-t-il à la blague. Je vais aller leur parler de notre programme.»

Dans sa journée folle, la pause qu'il s'est imposée pour quelques entrevues avec des journalistes, entre deux séances de montage d'un spot à livrer sous peu, aura donc été plus que profitable. «J'aime ça comme ça. Avec le temps qu'il fait aujourd'hui, je n'avais pas vraiment l'intention de faire du porte-à-porte», lance le politicien en campagne qui reconnaît que cette technique électorale demande finalement «beaucoup d'efforts pour pas beaucoup de résultats». «Ici, c'est dans les bars, dans les cafés, dans les associations que l'on rencontre les gens», poursuit-il. «Et pour moi, c'est là que la campagne va principalement se dérouler jusqu'au 8 décembre.»

Offrir de «prendre un vert» avec le candidat du PVQ. Olivier Adam semble avoir compris l'esprit de sa circonscription qui englobe, entre autres secteurs, le quartier du Plateau, célèbre autant pour son plateaucentrisme que pour la jeunesse, l'utopisme et l'engagement social des gens qui le composent. Il s'y présente pour la première fois après avoir participé toutefois à trois autres campagnes électorales «en trois ans», souligne-t-il, dans Chambly-Borduas pour les formations écologistes fédérales et provinciales. Et son atterrissage avenue du Mont-Royal n'est bien sûr pas un accident.

«C'est une décision stratégique, résume-t-il candidement. Je suis le porte-parole des verts en matière de culture, et on est au bon endroit, ici, pour parler de ça.»

Marier art et politique

Le profil sociodémographique de la circonscription a tendance à lui donner un peu raison. Mercier, détenu actuellement par le péquiste Daniel Turp, talonné de très près lors du dernier scrutin par le solidaire Amir Khadir, affiche effectivement une couleur atypique sur la carte électorale du Québec: près de 30 % des électeurs qui vivent dans là oeuvrent dans le domaine des arts, de la culture, du loisir ou des sciences sociales. C'est le niveau le plus élevé au Québec. À titre comparatif, ce type de personnes représentent 10 % de la population de Chauveau (le fief de Gilles Taillon, de l'Action démocratique du Québec) ou encore de Vanier (occupé par Sylvain Légaré, de l'ADQ également).

La caractéristique plaît particulièrement au politicien de 42 ans qui, dans cet environnement, dit trouver à chaque coin de rue des oreilles attentives à son message, pas simplement écologiste, précise-t-il d'ailleurs. «La plate-forme du PVQ est riche en culture aussi. C'est ça que j'explique depuis quelques jours» avec en tête un des points forts, selon lui, du programme de sa formation politique: l'augmentation du budget de la culture à 1 milliard de dollars par année, financé par une taxe de 20 % sur la publicité.

«Le 8 décembre, j'espère que les électeurs de Mercier vont se souvenir de cet engagement, dit-il. Ce serait quand même dramatique qu'ils ne retiennent que la baisse de 70 cents sur le billet de cinéma [sous l'effet de la mesure fiscale en culture annoncée par les libéraux la semaine dernière].»

Ce milliard, Olivier Adam en parle d'ailleurs comme d'un investissement dans sa campagne qu'il dit mener avec calme et sagesse, sans trop s'éparpiller. «Il faut que je concentre mon message et mes actions sur le terrain, dit-il. Je sors d'une campagne fédérale, je suis un peu essoufflé. Et puis, je travaille à temps plein à une époque de l'année où les contrats sont nombreux pour moi et, en plus, je suis père monoparental.»

Les conditions ne sont pas forcément gagnantes. Mais Olivier Adam sait, de toute façon, qu'il ne va pas gagner. «Je suis lucide, lance-t-il. Je suis loin de la victoire. Mais je suis par contre convaincu qu'à une époque où les choses ne vont pas très bien, les idées du PVQ valent la peine d'être défendues», et ce, dans l'immédiat, pour atteindre une cible prévisible: faire sortir plus de votes cette année que son prédécesseur dans la circonscription, Sylvain Valiquette qui, en mars 2007, a réussi à convaincre 8,48 % des électeurs de se prononcer pour lui. Avec une campagne modeste, à la hauteur des moyens dont disposent les candidats verts. «C'est-à-dire pas beaucoup», résume le candidat.

Plan de coupe sur une enregistreuse que l'on éteint. La fin de la scène se confirme. Le politicien, fils du réalisateur Camil Adam — qui, dans les années 60 a contribué au développement du cinéma québécois moderne — se lève et salue. Avec un grand sourire. Au fond, sous l'éclairage, deux personnages féminins attendent le début de la prochaine séquence dans laquelle la partisanerie, l'écologisme et la culture vont être en vedette.

Dans une circonscription à forte concentration d'artistes, ça ne peut finalement pas se passer autrement.
12 commentaires
  • Jean-Guy Aubé - Abonné 24 novembre 2008 07 h 58

    non réciprocité des Verts

    Québec Solidaire a justement RETIRÉ son candidat dans NOTRE DAME DE GRÂCE au profit de M. Peter McQueen, le candidat vert qui était arrivé 2e en 2007.

    Malgré que Québec Solidaire et les verts soient très diférents en matière de justice sociale, de souveraineté et de la place des femmes en politique, Qc Solidaire considère qu'un vert élu à l'assemblée nationale aurait une bonne influence sur la politique québécoise.

    Sans compter que cela briserait le monopole du parti unique (libéral) chez les anglophones du west Island, monopole qui ne s'est pas démenti historiquement, sauf au fédéral au temps ou Brian Mulroney avait fait élire quelques députés dans le west Island, dont le père de Jack Layton, Bob Layton qui fut d'ailleurs ministre pour Mulroney.

    Mais les verts s'entêtent à présenter un candidat dans Mercier, le comté ou Québec Solidaire a le plus de chances de faire une percée, en voyant juste leur intérêt à courte vue. Souhaitons qu'Amir Khadir réussisse quand même à arracher la victoire malgré cet obstacle.

  • Tim Yeatman - Abonné 24 novembre 2008 08 h 47

    Olivier Adam: l'art, le vert, et bien plus...

    Pour avoir jasé avec Olivier Adam quelques fois en préparation des élections précédentes, je peux vous dire que Monsieur Adam est un homme de grandes valeurs, qui connait à fond ses dossiers, qui a une tête solide sur ses épaules, et est un candidat admirable.


    Je regrette son départ de mon comté de Chambly, et que les citoyens autour de moi n'ont pas mieux apprécié ses grandes qualités.


    Je lui souhaite le succès dans Mercier. Les électeurs de Mercier sont bien chanceux de l'avoir!


    Johanne Dion,
    sur le courriel de mon conjoint,
    Richelieu, Qc

  • Marc Desnoyers - Inscrit 24 novembre 2008 09 h 40

    Pour la culture dans Mercier, le meilleur député c'est Daniel Turp

    Daniel Turp, actuel député de Mercier, a un programme électoral complet en matière de culture. Non seulement reprend-il a son compte les engagements généreux du PQ en cette matière, mais il a un programme culturel pour le comté : de l'Église St-Jean-Baptiste au soutien aux créateurs, Turp est définitivement le meilleur candidat pour la culture dans Mercier.

    Et en plus, il a une chance de faire parti du prochain gouvernement et de vraiment aider les artistes du comté.

    Pour la culture dans Mercier, votons Daniel Turp!

  • Michaël Lessard (micles.biz) - Abonné 24 novembre 2008 09 h 50

    Plus que triste - Critique de mon propre parti, et une bonne nouvelle

    Je suis membre très actif de QS et je n'en reviens pas que nous soyons en compétition dans certains comtés contre des Verts et certain.es Péquistes réellement progressistes. Les gens sont tellement partisans, incluant à QS, qu'ils et elles ne discutent pas et présentent une candidature automatiquement à tout prix. Pratiquement aucune personne péquiste, solidaire ou verte ose même aborder le sujet de négocier certains comtés.

    À Québec, Agnès Maltais est certainement une rare véritable progressiste du PQ et son équipe aide réellement des gens démunis le plus possible. Serge Roy de Québec solidaire devrait courir dans un autre comté de la Ville. Mes ami-es ne vont pas aimer que je le dise, mais je suis un être pensant avant d'être partisan.

    Les Verts démontrent disons une idéologie verte particulière en ayant des candidats contre Françoise et contre Amir, entre autres.

    Si je parle de mon propre parti, je suis de ceux qui estiment que, quand il n'y a pas une candidature solidaire qui va réellement courir dans un comté, il vaut mieux ne pas avoir de candidature si celle des Péquistes ou des Verts est progressistes. Encore une fois, les partis veulent avoir 125 candidatures juste pour l'apparence, sans autre considération.

    :: TOUTEFOIS, UNE BONNE NOUVELLE !
    Dans Notre-Dame-de-Grâce, «l'Association Québec solidaire a annoncé le retrait d'un candidat dans Notre-Dame-de-Grâce pour donner des chances au candidat du Parti vert, Peter McQueen, de remporter une victoire malgré un mode de scrutin défavorable. Celui-ci a récolté le plus haut pourcentage pour le PVQ en 2007.»

  • Olivier Noël - Inscrit 24 novembre 2008 10 h 26

    La culture et la santé

    Amir Khadir est un homme très cultivé. Il connaît et adore les poèmes Québécois. En plus il est médecin. Pour ma part le choix est clair Amir Khadir peut qu'amélioré la culture et la santé.

    Personnellement je crois que la population de Mercier doivent votez pour Québec solidaire et M. Khadir.

    En plus Québec solidaire est supporté par des artiste de renom du Québec.

    En voici quelqu'uns: Luck Mervil, Dan Bigras, Paul Ahmarani, Paul Cargnelo, Marco Calliari, Ève Cournoyer, Ivy, Hugo Latulipe, Jean-François Lessard, Tomas Jensen, Kodiak, Lara, Richard Desjardin, Judith Richards, Yvon Deschamps et bien plus.