Procréation assistée: Charest se rallie à l'opposition

Si la fécondation in vitro devient un acte médical payé par l'État, comme l'ont promis les libéraux hier, les centres hospitaliers universitaires commenceront à fournir ce service de pointe, concurrençant ainsi les cliniques privées qui sont les seules à offrir ce traitement à l'heure actuelle.

C'est ce qu'a indiqué, hier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, qui accompagnait Jean Charest alors que le chef libéral dévoilait l'essentiel des engagements électoraux de son parti en matière de santé au Pavillon Marguerite-d'Youville de la Faculté des sciences infirmières de l'Université de Montréal. Les engagements libéraux totalisent quelque 180 millions par an.

«On croit qu'il y a des institutions publiques qui vont commencer ce type de service compte tenu que ça va être payé par la RAMQ», a souligné le Dr Bolduc.

Jean Charest a annoncé hier qu'un futur gouvernement libéral ferait en sorte que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) assume les coûts des deux premiers traitements de fécondation in vitro. Chaque traitement coûte entre 10 000 $ et 15 000 $.

L'ancien ministre de la Santé et des Services sociaux Philippe Couillard s'opposait à ce que l'État paie ce traitement de pointe, contre l'avis de l'Action démocratique du Québec et du Parti québécois. En juin dernier, au moment de l'étude du projet de loi 23 visant à réglementer la procréation assistée, Philippe Couillard avait déclaré qu'avoir des enfants, «ça ne fait pas partie des droits fondamentaux des individus». Le ministre se demandait «jusqu'où va la responsabilité de tout financer?». À son cabinet, l'argument qui prévalait, c'est que la myopie ou la calvitie sont des maladies et que leur traitement n'est pas payé par l'État.

Jean Charest a pris le contre-pied de son ancien ministre. Selon le chef libéral, c'est un «droit» pour un couple de recevoir toute l'aide possible pour la conception. L'infertilité, c'est une maladie (a medical condition, a-t-il dit en anglais) qui requiert un «soin médical». À ce titre, ce traitement doit être payé par la RAMQ.

Cet engagement représente un débours annuel de 35 millions. Les couples québécois dépensent à l'heure actuelle 15 millions par an pour des traitements de fécondation in vitro. On prévoit que le nombre de traitements doublera et qu'il en résultera 1500 naissances de plus par an.

À l'instar de la plate-forme péquiste, le programme libéral en santé accorde une large place aux Groupes de médecine familiale (GMF). Mais l'élément prépondérant des engagements libéraux, ce sont les mesures qui touchent les infirmières.

Ainsi, les infirmières qui font leurs premiers pas dans la profession recevraient une prime annuelle durant leur premières années d'exercice, soit 3000 $ pour les infirmières bachelières ou techniciennes et 2000 $ pour les infirmières auxiliaires pendant trois ans. Beaucoup d'infirmières quittent la profession dans leurs premières années d'exercice. Ces primes annuelles totaliseraient 17 millions.

Pour augmenter le nombre d'infirmières, un gouvernement libéral tenterait de retenir les infirmières qui voudraient prendre leur retraite. Il offrirait une prime annuelle de 8000 $ aux infirmières qui ont plus de 35 ans de service, une mesure coûtant 16 millions. Quelque 2000 infirmières sont visées.

Afin d'améliorer les conditions de travail des infirmières, on porterait de 45 % à 60 % le nombre de postes permanents dans le réseau. Cette mesure coûterait 15 millions.

À la fin du prochain mandat libéral, «l'accès à un médecin de famille ne sera plus une préoccupation pour les Québécois», promettent les libéraux. On compte augmenter de 178 à 300 le nombre de GMF, une mesure qui entraînera des coûts annuels de 61 millions. À l'heure actuelle, 30 % des Québécois n'ont pas de médecine de famille; grâce aux GMF supplémentaires, cette proportion chutera à 20 %, a dit Jean Charest. L'objectif, c'est que tous les Québécois qui voudront avoir un médecin de famille en aient un.
4 commentaires
  • Denis Beaulé - Inscrit 18 novembre 2008 05 h 31

    Eh oui ! :

    La girouettomanie, c'est contagieux : celui qui le dit, c'est lui qui l'est ?

  • Albert Descôteaux - Inscrit 18 novembre 2008 08 h 29

    35 millions pour combien d'électeurs?

    Charest annonce qu'un prochain gouvernement libéral remboursera les coûts de fécondation in vitro. 35 millions de dollars pour 1500 à 2000 couples qui chaque année entreprennent ce type de traitements. Combien de ces couples péquistes ou adéquistes décideront de voter libéral à cause de cette promesse? Une chose est certaine, cette promesse médiatisée n'aura pas un grand impact sur le cours de l'actuelle campagne électorale...

  • Fernand Trudel - Inscrit 18 novembre 2008 12 h 33

    On est loin de la revanche des berceaux

    On est loin de la revanche des berceaux quand on fonde notre avenir sur les immigrants et la conception in vitro. A quand la banque de sperme que je fasse des $$$...

  • Malaysia Roy - Inscrite 6 février 2009 00 h 07

    c'est pour quand

    jaimerais bien savoir au juste quand la loi pour les fecondations in vitro renterons en vigueur.je crois pas etre la seule qui attende se moment tant esperé!!!!!