Québec solidaire - Six milliards pour les transports en commun

Québec solidaire promet des investissements de 1,2 milliard de dollars par année dans les transports en commun pendant cinq ans.

Entre autres mesures, le parti politique souhaite accroître la fréquence de passage des autobus, étendre le territoire desservi par les autobus et même offrir un service dans les villes de moindre importance qui n'ont pas encore de système de transports en commun.

Il veut aussi ouvrir de nouvelles stations de métro à Montréal, miser sur les trains de banlieue, bref sur toutes les formes de transports en commun.

Québec solidaire veut aussi favoriser ce qu'il appelle le transport actif, c'est-à-dire les déplacements à bicyclette, grâce aux pistes cyclables, ou à pied.

«Ce n'est pas normal qu'une ville moyenne d'Europe, comme Munich, qui est équivalente en termes de population à celle de Montréal, qui est pourtant le bastion de la voiture allemande BMW, possède un réseau de métro dix fois plus grand que celui de Montréal, sans parler du tramway et de l'autobus beaucoup plus efficaces», s'est exclamé l'un des deux porte-parole de Québec solidaire, Amir Khadir.

Il reproche au gouvernement libéral d'adopter «le vieux modèle du tout au béton», c'est-à-dire de trop miser sur les autoroutes et les infrastructures routières, aux dépens des transports en commun. «Chaque dollar investi dans le transport en commun génère 1,7 fois plus d'emplois et 2,5 fois plus de valeur ajoutée dans l'économie que l'investissement dans la voiture privée», a affirmé M. Khadir.